Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 21:05

Je constate qu'il y a de plus en plus de lecteurs sur le blog. Je vous remercie de me redonner l'envie d'écrire comme par le passé pour nourrir les lecteurs. Je travaille à élargir la conscience des BENA NTEMO. C'est une besogne ardue. Cependant, on constate que la conscience des nôtres s'élargit car de plus en plus de sœurs et frères participent à cette lourde tâche. Le plus dur est de briser les chaînes religieuses, les plus coriaces, les plus abêtissantes, les plus annihilantes...

 

Personne n'aime les "Noirs". Même pas les "Noirs" qui ont fini par se détester, accepter qu'ils étaient maudits (par un faux dieu importé) - comme le prétend la Bible du saint mensonge. Aux États-Unis, on constate par exemple que les Noirs décèdent plus que les autres dans les hôpitaux au point où des avocats s'en mêlent désormais. En France, on a l'impression que peu d'Africains ressortent vivants des hôpitaux dès qu'ils sont atteints du Covid-19 ou pas. Ce n'est vraiment pas le moment de tomber malade à l'étranger car le trafic des organes des nègres bat son plein partout. En Libye, en Mauritanie, en Arabie saoudite, l'esclavage des nègres est toujours de mise. Dans ce contexte de haine perpétuelle, de mépris continuel, à qui se fient les BENA NTEMO ? A leurs bourreaux, aux religions de ceux qui nous prennent pour des animaux. La prière est devenue un refuge qui enrichit les faux pasteurs et les faux prophètes. Pendant que l'Asie et l'Inde s'émancipent de l'Occident, nous restons divisés, maintenus en enfance par la religion, l'éducation, la culture, l'économie et la politique. Tout est fait pour que nous acceptions notre infériorité inculquée par les autres races. La dernière place est le lot de l'homme à peau noire. Qui n'a pas vu des vidéos de nègres lynchés aux États-Unis, battus en Inde, enchaînés en Libye, torturés en Inde ?

Les Arabes disent que les Noirs sont des animaux et qu'on peut les tuer - sans retenue, sans vergogne et qu'il n'y a que les Blancs qui font semblant de les considérer comme des êtres humains.

Un Africain s'est noyé à Venise - sans que personne ne lui vienne en aide. Au contraire, on entendait crier : "Nègre, meurs !" En somme, tous nous détestent mais nous aimons tout le monde. TOUTES LES RACES SONT EN GUERRE CONTRE NOUS ET NOUS L'IGNORONS ! C'est vraiment triste. Et avec ça, nos propres frères pactisent avec ceux qui veulent nous exterminer sur la face de la terre. Étrange !  

 

Bonsoir, Pascale. Merci pour l'audio. 

 

Les Chinois que vous recevez comme des rois chez nous sont des racistes. En fait, toutes les races différentes de la nôtre exercent du racisme contre les BENA NTEMO - même si tous au milieu d'eux ne sont pas racistes. 

Les Chinois vont jusqu'à manger des Africains ! C'est dire qu'ils prennent l'homme noir pour un animal comestible. Pourtant, tu vois comment Denis Sassou Nguesso s'aplatit devant eux.

 

Pour la chasse aux Africains, c'est juste un relent raciste. Il y a pourtant deux possibilités pour éviter que les Kamites soient dehors : 

1) la Chine mobilise des avions pour les rapatrier dans leurs pays respectifs ou
2) la Chine invite les États africains à récupérer leurs concitoyens, au lieu de les laisser dehors. En dépit de la fermeture des frontières, on voit des avions débarquer sur les aéroports africains.

 

Les Africains ont un complexe d'infériorité qui a complètement éteint notre sens de l'honneur et de la dignité. C'est la seule façon d'expliquer qu'en Afrique, il ne se passe rien quand bien même on tue des      Kamites dans un pays. Qui peut imaginer que les Chinois aient pareil comportement face à des Occidentaux ou à des Américains ? Personne. Le respect de mérite et se gagne. Nous avons été affaiblis par des fausses religions, l'esclavage, la destruction de nos identités ataviques. Comme des arbres déracinés, nous sommes couchés et exposés à tous les vents et à tous les bûcherons.

 

Nous ne faisons que nous plaindre, parloter, gémir, pleurer. C'est tout. C'est la marque du faible. Le fort parle peu, agit et frappe. Entre les forts, il y a comme un équilibre de la terreur : tu ne me touches pas car ma réaction pourrait être pire.

La Bible comporte pourtant la loi du talion dans ses lois. La plupart de nos concitoyens se disent chrétiens. En fait, crétins. Or, les faux pasteurs des églises de sommeil et de mensonge ne l'enseignent jamais.  Oeil pour oeil, expulsion pour expulsion. Ce devrait être ça. Au contraire, ils affaiblissent les nôtres avec des concepts comme l'amour, la charité, le pardon, tendre la joue gauche quand on te fracasse la joue droite avec un marteau.  Bref, le christianisme enseigne la faiblesse, la soumission, l'esclavage. Tant que les religions importées auront droit au chapitre, l'Afrique des hommes à la peau sombre sera faible.

 

Où a-t-on déjà vu le buffle adhérer à la religion du lion, son prédateur ? Nulle part. LES PRINCIPES DE NZAMBI KALÛNGA SONT UNIVERSELS. ​​​​C'est en Afrique que les lions et les buffles coexistent. Pourtant, nous ne tirons pas les leçons de la nature. Les Occidentaux eux suivent les leçons de Darwin qui a élaboré la théorie de la sélection naturelle, c'est-à-dire, le fort vit, le faible disparaît. Et qui sont les faibles parmi les races ? Je vous laisse deviner...

 

 

 

MBUTA NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB'

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 12:25

Salay Lukelo, je vais vous faire le point de mes recherches : NZAMBI A CRÉÉ TOUS LES ÊTRES DANS L'UNIVERS. CEPENDANT, IL A MIS UNE RACE PAR PLANÈTE. JUSTE UNE RACE. LES BENA NTEMO SONT LES SEULS QUI ONT ÉTÉ CRÉÉS POUR VIVRE SUR LA TERRE ET LA PEUPLER. TÉLÉOLOGIQUEMENT, LES MÉLANODERMES SONT LES SEULS HUMAINS HABILITÉS À VIVRE SUR LA TERRE ET LEUR ORGANISME EST TOTALEMENT ADAPTÉ À LA TERRE.  

Pour ceux qui ne connaissent pas la téléologie, il faut juste savoir que dans la nature, rien n'est fait par hasard : tout concourt à l'atteinte d'un objectif précis et est fait à ce titre.

CEPENDANT, LA TERRE A ÉTÉ DÉCOUVERTE PAR LES HABITANTS DE PLANÈTES PLUS ÉVOLUÉES POUR AVOIR ÉTÉ CRÉÉES DES CENTAINES DE MILLIONS D'ANNÉES AVANT LA TERRE (TOUS LES ÉCRITS ANCIENS L'ATTESTENT ET CERTAINS DÉCRIVENT MÊME DES GUERRES NUCLÉAIRES COMME LE PURANA). ILS SONT DONC VENUS DÉPOSER SUR TERRE LEURS PRISONNIERS LES PLUS IRRÉCUPÉRABLES, LEURS FOUS ET LEURS GARDIENS. CES ALIENS ONT DÛ SUBIR DES TRANSFORMATIONS POUR VIVRE SUR TERRE. CEPENDANT, LES PRISONNIERS ONT FINI PAR CRÉER UNE CIVILISATION À L'IMAGE DE LEURS PLANÈTES D'ORIGINE - EN DÉTRUISANT LES NÔTRES AU PASSAGE. 

C'est l'histoire secrète de ce monde. La terre est surveillée. Ils savent que les mauvais esprits qu'ils ont emprisonnés sur la terre veulent retourner chez eux, dans leurs planètes d'origine où ils peuvent vivre beaucoup plus longtemps que sur terre. Tout le système qu'ils ont mis en place sur la terre n'a que cet objectif. L'argent a été créé à cet effet. 


Ces entités ont déjà provoqué des guerres effroyables qui ont ravagé mama Ntoto dans le passé, depuis la première qui opposa les prisonniers à leurs gardiens. Cela risque à nouveau de se produire. Sachez qu'il y a une certaine distance que l'homme n'est pas autorisé à franchir. Cependant, leurs scientifiques travaillent pour réussir à vaincre cette barrière...

TOUS LES AUTRES "HUMAINS" SE SONT ADAPTÉS SUR LA PLANÈTE, SOIT EN S'UNISSANT À NOUS, SOIT EN COPIANT NOTRE NATURE - POUR VIVRE DANS CETTE DIMENSION TERRESTRE.

Ils ne sont là que depuis 6000 ans tandis que nous y sommes depuis au moins 600000 ans. Regarde ce qu'ils ont fait de la planète que nous avons protégée et préservée pendant tout ce temps en à peine 6000 ans : pollution des océans, de l'air, de l'eau, de la terre, épuisement des ressources, dégradation de l'environnement, etc. Encore un millénaire et ils auront épuisé les ressources de la planète. Quand ce sera fait, ils extermineront les BENA NTEMO et vivront avec leurs frères qui viendront de l'espace. QUAND NOUS AURONS COMPRIS CELA, IL SERA SÛREMENT TROP TARD.

Les prisonniers que les Néphilim ont enfermé sur terre sont dangereux car ils n'ont pas d'âme et ne connaissent pas des sentiments comme la pitié, la compassion, l'empathie, l'altruisme, etc. Ce sont des êtres très cruels, voraces et cupides qui n'ont qu'un objectif : asservir toute l'humanité, à savoir, nous, les BENA NTEMO. Ce n'est pas par hasard qu'ils furent expulsés de leurs planètes d'origine. Ils boivent du sang humain, sont cannibales, etc. Lis bien la Bible ; tu le découvriras. Quand ils sont arrivés sur terre, ils ont trouvé des "Noirs" partout et se sont employés ou à nous chasser, ou à nous exterminer ou à nous réduire en esclavage. Ils ressentent une haine immense à notre égard car ils savent que nous sommes une espèce à part, plus proche du Créateur NZAMBI qu'eux. Aussi oeuvrent-ils à nous détruire en nous plongeant dans le péché et l'immoralité.

Le livre d'Enoch a révélé leur première arrivée sur terre avec des connaissances accumulées pendant des millions d'années. Vous les voyez inventer des choses extraordinaires mais ce n'est rien à côté du niveau qui existe dans leurs planètes d'origine qui vont bientôt s'éteindre. Ils vont donc tous chercher à venir vivre sur la terre. C'est la vraie histoire que les religions ont manipulée pour tromper l'Humanité. Ceux qui viennent ne projettent pas de venir nous sauver. Au contraire. Par ailleurs, il y aura une guerre atroce entre ceux qui viendront et les descendants de prisonniers qu'ils ont envoyés sur la terre, une guerre pour le contrôle de la planète.

LE LIVRE D'ENOCH A ÉTÉ ENLEVÉ DU CANON CATHOLIQUE CAR IL MONTRE QUE L'ENTRÉE DU MAL DANS CE MONDE N'A RIEN À VOIR AVEC LE MYTHE D'ADAM ET EVE MAIS AVEC L'ARRIVÉE DES FILS DES TÉNÈBRES, LES FILS DE BELIAL SELON L'APPELLATION DES ESSÉNIENS. Vous n'avez qu'à étudier l'histoire de cette planète pour vous en convaincre. 

NE NKOSSI ZA MAKANDA

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2019 2 03 /09 /septembre /2019 10:05

Bonjour, mon frère. Merci de m'avoir envoyé cet audio. Je vais juste te répondre par une boutade :  le prédateur vit aux dépens de sa proie. Ce n'est pas en lui parlant qu'il change de nature. Le léopard est insensible aux cris de l'antilope qu'il tient à la gorge. Pour se tirer de cette situation, il faut que la proie déploie la même énergie que le prédateur. Le buffle attaque et tue le lion ; il va jusqu'à s'en prendre aux lionceaux POUR RÉDUIRE LE NOMBRE DE PRÉDATEURS. 

Nous avons la nature chez nous mais nous ne tirons pas assez ses leçons. Les autres le font mieux que nous. Remarquez que la prédation du Rwanda sur la RDC a transformé ce petit pays qui n'a aucune ressource essentielle. Et vous croyez que le Rwanda va avoir pitié de la RDC ? Non. C'est à la RDC de se défendre...

Tu as entendu ce monsieur répondre à Nitou que c'est parce que son pays prend nos richesses qu'il est reçu en France. C'est une maigre compensation mais c'est l'os à ronger qu'on donne aux faibles qui ne savent pas chasser. A nous de nous battre pour obtenir plus.

Les mots ne suffisent pas quand l'enjeu est du ressort de la survie. Sarkozy a été clair : la France a un rang international à tenir et elle ne le peut qu'en PREDATANT  l'Afrique. Et vous avez la crédulité de croire que des mots peuvent changer cela. Eh bien, vive la naïveté !

Le problème du dictateur démocratiquement élu ou s'étant proclamé élu est une question qui a une dimension juridique et une dimension politique. La dimension juridique est inopérante car la nature d'une dictature est de piétiner le droit, la justice. Reste donc la dimension politique. Nous avons une opposition collabo qui ne peut pas mobiliser le peuple. Reste que le peuple congolais lui-même doit prendre son destin en main. C'est à ce niveau que nous échouons. NOUS AVONS CERTES UNE CONSCIENCE POLITIQUE MAIS MIEUX, IL NOUS FAUT UNE ÉDUCATION POLITIQUE. LA DIFFÉRENCE SE SITUE À CE NIVEAU : LA CONSCIENCE POLITIQUE SE SITUE JUSTE AU NIVEAU MENTAL TANDIS QUE L'ÉDUCATION FAIT DESCENDRE LA POLITIQUE AU NIVEAU PHYSIQUE, TERRESTRE.

La France a la nature d'une nation prédatrice d'autres nations comme le lion est un prédateur d'autres animaux. VOUS NE POUVEZ PAS LUI DEMANDER DE CHANGER DE NATURE. LES ÉTATS-UNIS LA PREDATENT AUSSI EN LUI PIQUANT SES INDUSTRIES DE POINTE.

Nous n'avons pas les moyens de devenir à notre tour des nations prédatrices. CEPENDANT, on peut et on doit développer une meilleure résistance à la prédation des autres nations - ce qui est plus difficile à faire quand vos propres frères agissent comme des étrangers, c'est-à-dire, des prédateurs. Le combat se situe au plan intérieur car c'est la nature même de la société congolaise qui doit changer. A ce niveau, il y a encore beaucoup à faire. Je ne peux rien exposer ici.

Le christianisme nous a formaté de sorte que nous croyons que nous vivons dans un monde régi par la morale. Erreur : nous vivons dans un monde de prédation dans lequel les plus gros et les plus forts mangent les petits. A l'intérieur, les Occidentaux jouent à la démocratie où le peuple dominé a juste le pouvoir de choisir son maître, un peuple qui en retour reçoit quelques droits mineurs. A l'extérieur, les nations occidentales jouent aux prédateurs purs et durs. Tout le reste, qu'on parle de diplomatie ou pas, est du boniment. 

On empêche l'Iran d'entrer dans le club des prédateurs en évitant qu'il obtienne la bombe atomique. Les États-Unis empêchent la Chine de devenir le prédateur économique suprême. La lutte pour l'hégémonie se déroule devant nos yeux mais nous ne comprenons pas parce que nous ne la voyons pas, préoccupés par le quotidien. Le niveau de notre peuple est celui de la survie,  c'est-à-dire, celui de la proie au point d'avoir suscité un prédateur intérieur, un virus. 

NOUS AVONS UN DEVOIR : CELUI DE MIEUX PERMETTRE À NOTRE PEUPLE DE COMPRENDRE LA MARCHE DE CE SYSTÈME DE CHOSES.

Ce n'est pas pour rien que les Occidentaux étudient les lois de la nature. LA MORALE ET LA RELIGION ONT ÉTÉ CRÉÉES POUR ENDORMIR LE NAÏF ET LE FAIBLE.

 
Regardez donc la nature et tirez les leçons : il y a partout résistance et lutte à la survie. Les proies développent des aptitudes à la course, à la lutte. Même le moustique résiste aux produits qui veulent l'éradiquer de la surface de la terre. 

Ils nous ont plongés dans un monde virtuel au travers de la religion pour que ne puissions pas voir  la véritable nature du monde qu'ils ont construit. l'Occident pratique le darwinisme social. Pour lui, seuls les FORTS ont le droit de survivre car même dans la nature, il n'y a pas de place pour les faibles.

QUAND COMPRENDEZ-VOUS QUE LE PRÉDATEUR N'A PAS PITIÉ DE SA PROIE ? LA PITIÉ DU PRÉDATEUR POUR SA PROIE SIGNIFIERAIT SA MORT. 

Cependant, la mort de TOUTES les proies est aussi celle du prédateur. Il faut juste respecter un certain équilibre. Et là, dans leur lutte pour l'hégémonie, la domination du monde, les puissances de ce monde sont sur le point de rompre l'équilibre naturel. Hélas, elles ne savent plus comment arrêter le système bestial qu'ils ont créé.

Si nécessaire, pour leur survie, ils sacrifieront tous les enfants de Kama. Quand il est question de survie, la pitié, la compassion, l'empathie n'ont plus de place. Où a-t-on vu un prédateur avoir pitié de la proie ?

Dans la nature, chaque espèce sait reconnaître son prédateur. Hélas, chez l'homme, surtout l'homme noir, ce réflexe naturel a été ôté par le biais de la religion, de la politique, de l'éducation et de la culture. 

Le roi Nzinga Nkuwu avait une excuse mineure : il ignorait tout de l'étranger à qui il donnait le gîte et le couvert. Il ignorait ce que cette race avait fait aux Indiens d'Amérique. Nous, qui savons qu'ils nous ont fait souffrir les affres de l'esclavage, qu'ils continuent à piller nos ressources, qu'ils cherchent à réduire nos populations, quelle est notre excuse de continuer à ne pas nous méfier d'eux ? Comment expliquer que nous nous condamnons nous-mêmes ? NOUS ALLONS DISPARAÎTRE DE LA SURFACE DE LA TERRE ET CE SERA DE NOTRE FAUTE...

NE NKOSSI ZA MAKANDA,
LION DE MAKANDA,
MWAN' MINDZUMB',
MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 15:55

Depuis mon arrivée en France, il est toujours question de crise, quel que soit le gouvernement, de crise et encore de crise et cela, dans la plupart des pays européens, Or, cette crise ne signifie qu'une chose : "pas assez d'argent dans les caisses des Etats" tandis que les caisses sont pleines ailleurs dans les grandes entreprises multinationales. Pour ne prendre qu'un exemple, aux Etats-Unis, au moment où j'écris cet article, Apple a plus de liquidités que l'Etat américain et de nombreuses sociétés pèsent plus que des pays entiers. Les économies semblent toutes souffrir des mêmes maux comme si le mal était identique. Nous avons connu une grave crise financière aux conséquences mondiales et ce n'est pas fini. L'Europe souffre et ne cesse de s'endetter... pour payer ses dettes ! Une dette pour payer sa dette, c'est une dette qui grossit encore plus.

 En fait, mes recherches me mènent à une découverte effroyable : les Etats souffrent à cause de l'évasion fiscale et de la corruption. Nous allons en faire la démonstration.

La Grèce est le pays le plus endetté d'Europe mais c'est aussi le pays où la fiscalité est la plus poreuse de toute l'Europe. Nous allons donc regarder ce qu'il en est de la fiscalité dans le monde car si la fiscalité est faussée, c'est de l'argent en moins dans les caisses de l'Etat.

Que n'avons-nous pas été plusieurs à être choqués lorsque nous avons appris que Total-ELF FINA, la plus grosse entreprise de France ne payait pas d'impôts ! Des dizaines de milliards d'euros de bénéficies et zéro pointé aux impôts. Incroyable ! Mais tout ne s'arrête pas là. Si en France, le taux standard  de l'impôt sur les sociétés est de 35%, il est curieux de constater que seules les PME payent à peu près 25% tandis que les grosses entreprises du CAC40 ne sont imposées qu'à hauteur de ... 8% ! Si elles payent ! TOTAL et LAFARGE ne paient toujours pas d'impôt sur les sociétés en France. Et on peut bien se demander pourquoi. En 2010, Eric Woerth, l'ancien ministre de l'économie, avait chiffré à 20 millards d'euros le coût de l'évasion fiscale en France.   En Allemagne, il avoisine les 30 milliards d'euros - même si l'Allemagne a un excédent commercial de 150 milliards d'euros.

Les pays en voie de développement ne sont pas du reste : l'ONG Global Financial Integrity estime à 400 milliards de dollars l'évasion fiscale dans ces zones où la justice et la fiscalité font largement défaut. Ce qui représente plus de deux fois le montant de l'aide publique au développement, soit environ 150 milliards de dollars que leur accordent les pays riches. Une société comme Glencore ne paierait pas d'impôt à la Zambie et je me demande si TOTAL verse un petit franc cfa d'impôt au Congo.

L'évasion fiscale n'est qu'une partie de l'évaporation des recettes des Etats. Pour la petite anecdote, les fortunes privées de l'Afrique et du Moyen-Orient sont évaluées à 1500 milliards de dollars, déclaration confidentielle des financiers de la City à Londres (MyPrivateBanking Brif) qui gère une partie de ces fonds où pourrait se trouver une partie de la fortune de monsieur Denis Sassou Nguesso. Qui sait ?

Même en France où le pays ratifie des conventions internationales comme celle des Nations unies contre la corruption, on constate que la justice est mal outillée contre la délinquance financière et qui plus est le pouvoir politique n'hésite pas à intervenir dans les dossiers sensibles en évoquant le secret-défense. Par ailleurs, à ce qu'il paraîtn, certains hommes politiques de premier plan au pays de Molière et de Montesquieu ne paieraient même pas un centime d'impôts !

Il n'y a pas pour l'Afrique qu'un seul combat mais plusieurs dont celui de réduire l'évasion fiscale mais si celui de la démocratie n'est pas gagné, tous les autres sont perdus d'avance puisque même dans des pays dits de vieille démocratie, certains combats semblent titanesques, l'esprit humain étant facilement  corrompu par les pesanteurs de l'argent.

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 20:21
La Cenap réfute les résultats donnés par TOUS les candidats



 

Le Président de la Commission électorale nationale et permanente (Cenap), René Aboghe Ella, a démenti cette après-midi lors d’une conférence de presse, les résultats de trois des candidats qui revendiquent déjà leur victoire aux élections présidentielles de dimanche dernier. Amoindrissant ainsi les élans des candidats Pierre Mamboundou, André Mba Obame et Ali Bongo Ondimba, le Président de la Cenap a par ailleurs indiqué que les résultats définitifs du scrutin seront connus le 2 septembre prochain.

Comme pour rester maître de la situation dans la proclamation des résultats de cette élection historique âprement disputée par trois candidats ayant raflés les suffrages des Gabonais et qui se déclarent vainqueurs, le Président de la Commission électorale nationale et permanente (Cenap), René Aboghe Ella, a tenu une conférence de presse en fin d’après-midi pour clarifier les choses.

Pour le Président de la Cenap, les résultats donnés par les différents Etats-majors des candidats Pierre Mamboundou, André Mba Obame et Ali Bongo Ondimba, n’engagent que ces candidats. Seuls les résultats qui seront proclamés par la Cenap détermineront l’issue de ce scrutin.

Par ailleurs, M. René Aboghe Ella dont l’Institution a la lourde responsabilité de gérer à bon escient le traitement des résultats de cette élection, a précisé que les le peuple gabonais sera fixé sur l’idée de leur prochain Président 2 septembre prochain.

C’est vrai que la publication des tendances lourdes de cette élection peu après la fermeture des bureaux de vote par les différents États-majors des trois candidats qui se sont nettement détachés des 18 candidats en piste au cours de cette élection a semé la confusion dans les esprits.

Les déclarations aux accents présidentiels de Pierre Mamboundou au soir du scrutin et de Ali Bongo Ondimba devant la presse à la mi-journée du 31 août ont épaissi davantage cette confusion, au point de susciter le doute sur la capacité de la Cenap à donner les vrais résultats issus des urnes.

Cette mise au point de la Cenap peut-elle ramener à la raison les uns et les autres et laisser aux organes chargés de la gestion du scrutin conduire à terme cette élection historique, ouverte et qui a mobilisé les Gabonais qui aspirent tous au changement ?

La balle est désormais dans le camp de la Cenap et les Gabonais la jugeront à l’aune de la clarté dans le traitement des résultats de ce scrutin qu’elle se propose de publier le 2 septembre prochain.

Source : Gabon Eco

Partager cet article
Repost0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 21:22

COMMENTAIRE : Dans un article dans lequel j'expliquais pourquoi ce qui se passe au Gabon nous intéresse, nous Congolais, j'ai démontré que le ton en Afrique est à la dynastisation du pouvoir. On utilise certes le canal électoral comme prétexte pour éviter de passer par la force et le coup d'Etat mais on viole la volonté du peuple en rendant le pouvoir héréditaire. et en faussant le verdict des urnes. Omar Bongo a été battu deux fois par Mamboundou mais rien n'y a fait. Le pouvoir en héritage, tel semble être le nouveau destin des fils de chefs d'Etat africains. Et la France semble se complaire dans cette continuité familiale de l'exercice du pouvoir car ainsi elle est sûre que rien ne change, que rien ne puisse perturber la poursuite de ses desseins néocoloniaux. Un nouveau processus successoral politique au sommet de l'Etat apparaît qui veut que les fils succèdent aux pères. Avant, nous avions des coups de force ; depuis l'avènement des élections, nous assistons au passage des "républiques bananières aux royaumes républicains".  C'est un phénomène sociologique nouveau car avant, quand le pouvoir était au bout du fusil, il était plus difficile d'imposer un fils après le père car le processus d'accès au pouvoir en Afrique, notamment dans les républiques situées dans les grands lacs, était violent et imprévu. Nous l'avons vu au Maroc mais le royaume chérifien a l'avantage d'avoir la royauté comme mode de gouvernance, nous l'avons encore constaté avec l'avènement de Kabila fils au fauteuil de Kabila père, le processus s'est enchaîné au Togo avec la prise du pouvoir par Faure Eyadéma et nous allons certainement voir Ali Bongo succéder à son père Omar Ondimba Bongo qui aura tenu le fauteuil présidentiel gabonais pendant plus de quarante ans. Il est à constater que ce processus qui montre que subtilement la royauté s'installe en Afrique sous le couvert de la république va se poursuivre au Congo-Brazzaville avec l'avènement de monsieur Christel Sassou Nguesso comme successeur de son père - encore que nous ne voyons pas les Congolais manifester le courage des Gabonais qui protestent contre la monarchie du clan Bongo qui risque de s'installer si les Gabonais ne font rien.

Nous savons tous qu'en dépit du fait que la constitution ait été respectée par la désignation de la présidente du sénat comme présidente de la république du Gabon, nous savons tous que c'est Ali Bongo qui tient l'armée qui dirige véritablement l'appareil d'Etat. Et il est bien placé pour succéder à son père le 30 août 2009 car le clan Bongo semble s'acheminer vers cette préférence. Certes, Ali Bongo a le droit de se présenter à l'élection présidentielle si aucun élément constitutionnel ne l'en empêche mais les Gabonais ont compris l'intention qui se dessine, celle de remplacer le père par le fils et peu importe qu'il ait des origines nigérianes, qu'il soit un fils adopté. C'est un Gabonais comme les autres mais ce qui gêne c'est qu'il tient l'appareil d'Etat et on voit mal comment il se refuserait de prendre un pouvoir qui est à sa portée. Si le processus électoral évite en Afrique l'accession violente au pouvoir, il ne garantit en rien une élection transparente et juste : en effet, on voit mal le parti PDG créé par Bongo qui tient les clés du pouvoir gabonais ne pas favoriser son candidat, fils de Bongo ou non. De toutes les façons, la volonté du peuple en Afrique a été rarement respectée et c'est certainement le premier des grands combats pour la naissance véritable de la démocratie sur le continent noir.

 

************************************************************************************************************

 


Des affrontements violents ont opposé vendredi à Libreville plusieurs milliers de manifestants aux forces de l’ordre après la dispersion d’un rassemblement interdit par les autorités gabonaises, faisant plusieurs blessés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces heurts ont éclaté après la dispersion par les forces de l’ordre d’un rassemblement de plusieurs centaines d’opposants qui demandaient la démission du gouvernement du ministre de la Défense Ali Ben Bongo, fils du défunt président Omar Bongo et candidat à la présidentielle du 30 août.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui ont répliqué par des jets de projectiles, a constaté le journaliste de l’AFP.

Plusieurs milliers de personnes ont alors rejoint les opposants pour affronter les forces de l’ordre qui ont continué les tirs de gaz lacrymogènes.

Plusieurs blessés ont été dénombrés par le journaliste de l’AFP, mais aucun bilan précis n’était disponible de source indépendante.

Jeudi, une coalition d’une dizaine de candidats à la présidentielle avait annoncé pour vendredi une marche afin de demander la démission de Bongo. Les autorités ont déclaré jeudi soir que cette marche était interdite.

Les affrontements entre manifestants et policiers ont cessé avec le retrait des forces de l’ordre.

Entre 5000 et 6000 personnes sont restées sur les lieux des heurts, scandant des slogans hostiles à Bongo. « Ali démission », « Ali dictateur », pouvait-on entendre. « On veut le changement », le « Gabon n’est pas une monarchie », ont lancé aussi les manifestants.

Plusieurs candidats à la présidentielle -les opposants Pierre Mamboundou, Zacharie Myboto, Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, Luc Bengono Nsi, les indépendants André Mba Obame, Bruno Ben Moubamba, Casimir Oyé Mba et Anna Claudine Ayo Assayi ainsi que Paul Mba Abessole, en lice pour un parti de la majorité- ont rejoint les manifestants, a constaté l’AFP.

Suivis par leurs partisans, les candidats ont lancé la marche qu’ils avaient initialement prévue et parcouru quatre kilomètres avant d’être à nouveau stoppés vers 8h30 par la gendarmerie et la police au rond-point de la Démocratie, où ils sont restés rassemblés. Environ 10 000 personnes ont pris part à ce mouvement, selon des estimations de l’AFP.

Depuis plusieurs semaines, la présence au gouvernement de deux ministres candidats, Pierre-Claver Maganga Moussavou (Enseignement technique) et Ali Ben Bongo est très critiquée par les 21 autres candidats, de nombreux hommes politiques et membres de la société civile.

Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a répondu fin juillet qu’« aucune disposition ne disqualifie les candidats à l’élection présidentielle pour siéger au gouvernement », estimant que les demandes de démission étaient « un faux débat ».

Jeudi, Maganga Moussavou a cependant annoncé sa démission du gouvernement pour se « consacrer à la campagne » électorale.

Vingt-trois candidats sont en lice pour la présidentielle, scrutin à tour unique.

À Paris, près de 70 manifestants se sont également rassemblés près de l’ambassade de Gabon en France, pour demander un processus électoral « transparent » et la démission d’Ali Ben Bongo.

Agence France-Presse, Libreville

Partager cet article
Repost0

PrÉSentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles RÉCents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg