Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 11:57
A JOEY : L'AFRIQUE NE PEUT S'AFFRANCHIR DANS LE MENSONGE

Joey, je partage votre point de vue. Cependant, il y a des pépites qui ont réchappé de la Bible sinon les falsificateurs auraient tout modifié comme Amos 9 : 7 où il est clairement stipulé que pour Dieu, les Ethiopiens, précisément les Cushiim ou Coushites, sont les êtres les plus importants et que les enfants d'Israël ont à ses yeux presque la même importance (d'autant qu'ils sont aussi noirs à l'origine). Les gens ont besoin qu'on leur dise la vérité. Les faux prédicateurs exploitent cette soif de spiritualité de notre peuple pour leur vendre de la fausse croyance, de la fausse spiritualité. Il faut qu'on s'interroge
1) Sur comment la Bible fut compilé : Dieu n'a pas fait tomber un livre du ciel, un livre plein d'erreurs et de contradictions. Il y a plus de 18400 différences entre la Bible actuelle et le Codex Sinaiticus qui est est le plus vieux exemplaire de la Bible qu'on trouve en Angleterre. La Bible a été écrite et compilée par des hommes qui ont rassemblé de nombreux écrits. On voit bien les ressemblances de certains textes et versets avec ce qui fut écrit auparavant. Par exemple, l'histoire de Moïse ressemble à celle de Sargon d'Akkad mais ne tient pas debout car Moïse ne peut pas naître d'une fille de Jacob nommée Yécobed qui vécut quatre siècle en arrière - c'est tout simplement impossible. On ne veut pas avouer que cet homme était noir puisque les filles de Jéthro l'identifieront comme un Egyptien - donc si on en croit Hérodote qui les vit - un Noir. Les faux juifs actuels ne pouvaient pas accepter que le fondateur de leur religion soit un Noir comme le reconnut Freud. Ils ont par ailleurs abandonné le Dieu de Moïse pour adorer Satan au travers du Talmud ;
 2) D'où viennent les textes qui composent la Bible : nombreux viennent des textes des pyramides, de l'enseignement d'Amenemope, du livre des morts, de l'Avesta, etc. Il y a ensuite les livres cités par la Bible elle-même comme le livre d'Adam (écrit par des Ethiopiens), le livre de Jasher ou livre du Juste, le livre d'Hénoch dont huit manuscrits complets furent retrouvés parmi les textes de la mer morte, le livre des guerres de l'Eternel, etc ;
3) Pourquoi les originaux hébreux, araméens et grecs ont-ils disparu sous les catacombes du Vatican : l'église catholique s'est toujours arrangée à racheter tout vieux manuscrit compromettant - surtout lorsqu'il parle de Jésus - pour ensuite le cacher ou le détruire. Dès que l'église entendait qu'il existait un manuscrit quelque part ayant un rapport avec la Bible, elle se dépêchait pour être la première sur place. Il n'y a qu'à voir comment le père Roland Guérin De Vaux a contrôlé la publication des manuscrits de la mer morte ou manuscrits de Qumran pour le compte de l'église - en supervisant les recherches et la traduction ;
 4) Sur la distinction entre la parole de l'homme et celle supposée de Dieu : il est facile comme on le voit aujourd'hui qu'un homme confonde sa parole avec celle de Dieu - ce sont les faux prophètes. Et les copistes qui étaient tous des prêtres catholiques au commencement ont introduit de nouveaux versets. Une phrase comme : "Je suis le chemin, la vérité et la vie" a été prononcée avant Jésus par Zarathoustra et bien d'autres prophètes. Il faut savoir qu'au début, la lecture de la Bible n'était pas accessible à tous ;
5) Sur le vrai peuple de la Bible : le peuple adamite est-il blanc à l'origine  - alors qu'on sait que le premier homme était noir ? Qui sont les vrais Hébreux ? Il est possible de démontrer aujourd'hui que même les premiers Sumériens étaient noirs - sous l'appellation de Coushites. Nemrod qui fonda Babylone était un Noir, une information que les copistes n'ont pas eu le temps de modifier dans la Bible ;
6) Sur le message le plus important de la Bible : quel est le message le plus important de la Bible ? Il ne peut s'agir de l'existence de Dieu puisque nous croyions déjà en Nzambi Ya Mpungu avant l'arrivée de Diego Cao. Existe-t-il un message en dehors du salut de l'âme et du jugement de l'âme que les Egyptiens prêchaient déjà, un message réactualisé par Jésus ? De toute façon, la Torah ne se préoccupe que de l'obéissance de la loi, une loi qui existait déjà en Afrique, notamment en Egypte (lire ici la confession négative dans le livre des morts). Quel est le message fondamental de la Bible - même si chaque individu est porté à sauver sa petite âme ? Le cœur du message de la Bible et des autres livres sacrés est pratiquement le même mais les prêtres ne prêchent jamais dessus ;
7) Sur la façon dont ce message explique la descente aux enfers de notre planète : il y a trois histoires. D'abord la fausse histoire officielle qui exclut les vrais acteurs qui influencent le cours de l'histoire de l'humanité, ensuite l'histoire honteuse qu'on nous cache car les desseins de l'élite sont mauvais et une histoire spirituelle qui est la plus importante qu'on escamote en faisant croire que Dieu n'existe pas et que vivre sur la terre, il suffit de travailler, gagner sa vie, faire des enfants, construire une maison et mourir sans rien comprendre de ce que nous faisons véritablement ici-bas. Les Illuminatis veulent détruire la religion, la croyance en Dieu pour lui substituer le culte de Lucifer. Pourquoi l'élite satanique mondiale veut-elle détruire l'homme, la planète et la croyance en Dieu ? Que cache le Nouvel Ordre Mondial ? Pourquoi les Etats-Unis préparent-ils une troisième guerre mondiale nucléaire contre la Chine et la Russie ? Qui dirige vraiment ce monde ? Autant de choses qu'il convient de comprendre car il est dit : cherchez la vérité et la vérité vous affranchira (du mensonge, dans la mesure où nous sommes esclaves du mensonge propagé par l'élite dans ses médias)  ;
8) Sur le fait que Moïse, Jésus, Bouddha, Krishna, Confucius, fondateurs de grandes religions, soient tous des Ndombi : pourquoi sur cette terre la haute spiritualité est-elle le fait des Noirs ? Sans les Ndombi ou Noirs, l'Egypte n'existerait pas ; sans l'Egypte, il n'y aurait pas de Moïse, donc pas de Torah, pas religion juive,  pas de philosophie, pas de civilisation grecque et pas de philospohie car ce sont les prêtres égyptiens qui se disaient "amis de la sagesse" - ce que Pythagore admis à la prêtrise en Egypte - a repris pour devenir aujourd'hui le mot "philosophe". Ses écrits sont tous égyptiens - y compris son fameux théorème, comme ceux de Platon, Socrate ou d'Aristote qui pilla les bibliothèques sacrées d'Egypte au temps d'Alexandre dont il était le précepteur, à l'époque où les Grecs dominaient l'Egypte. Il est impossible qu'un seul homme ait pu écrire autant de livres comme l'a fait Aristote. Tandis que les œuvres de l'esprit étaient collectives en Egypte où on les attribuait à Thot, les Grecs, pour satisfaire leur ego, en feront des écrits individuels et créeront des écoles avec le savoir égyptien - c'est-à-dire, noir. De tout façon, avant que les Egyptiens ne civilisent les Grecs, il n'y a pas du tout de philosophie en Grèce dont les Etats passaient leur temps à se combattre.
La foi n'exclut pas la recherche de la vérité. La vérité à la différence du mensonge peut être éprouvée car elle peut être prouvée. Le mensonge demande à être cru sans vérification, sans question. Et si la foi est croyance aveugle dans le mensonge, c'est la perte de son âme et c'est ce qui nous est arrivé à partir de 1483. Nous sommes dominés parce que nous avons perdu notre foi originelle, notre identité, notre culture et notre véritable histoire.
A partir des Hycksos, les Egyptiens connurent la domination étrangère mais ils n'abandonnèrent pas leur foi, leur identité, leur culture et leur histoire. Ce furent les étrangers qui adoptèrent la culture égyptienne. La fermeture du dernier temple signa la fin de l'Egpyte. Nous avons une mission de la plus haute importance : REDEVENIR NOUS-MEMES. Et pour cela, il nous faut d'abord récupérer tout notre héritage spirituel volé et tout ne vient pas d'Egypte qui est fille, je dis bien fille, de Kathiopa...


                  LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 17:25
CONGO : C'EST QUOI CETTE ENTOURLOUPE DU 'VIVRE ENSEMBLE' ?

Le Congo, une société colonisée par une ethnie-Etat, vit une triple instabilité politique, économique et sociale : politique car le régime actuelle est une dictature militaire ethnique illégale, économique parce que notre pays est en faillite - même si le surendettement nous maintient la tête hors de l'eau et sociale parce que la société est divisée en deux blocs, l'un soutenant le pouvoir et l'autre, le plus important rejetant le système qui l'oppresse et ruine le pays tout entier. L'arbitraire, la discrimination ethnique et la violence sont les seules réponses du régime criminel de Sassou face aux vélléités démocratiques du peuple congolais pris en otage. Conscient de ses excès qui peuvent précipiter sa chute, le régime démocide venu des bords de l'Alima essaie de trouver des formules pour amadouer le courroux du peuple qui l'a vomi à 92%.  Et ce courroux risque d'être dévastateur quand le peuple se rendra compte que cette racaille faite de gangsters politiques cupides pille les caisses de l'Etat et nous laisse des dettes en héritage. Ils prennent l'argent et nous laissent des dettes, nous appauvrissant ainsi deux fois. Or, qu'est donc la dette sinon la vente de notre pays et de ses ressources à des étrangers ?

Il faut faire attention quand les hommes politiques, notamment en dictature, vous bassinent avec un nouveau concept de leur cru qu'ils vont saupoudrer d'idéologie pour vous enfumer afin de vous maintenir dans un statu quo qui leur profite juste à eux et à leur camp et, c'est encore plus suspect quand les prostitués politiques qui jouent à l'opposition partagent le point de vue du système. Quand il y a conspiration entre les deux blocs qui nous jouent la comédie de la démocratie, c'est que la situation est très très grave.

C'est quoi cette entourloupe, cette arnaque politique du "vivre ensemble" qu'on entend claironner ici et là et qui est devenue soudain le slogan à la mode ? Attendez, les Congolais sont forcés de vivre ensemble puisqu'ils appartiennent à un même pays délimité par des frontières coloniales arbitraires qui n'ont nullement tenu compte de l'homogénéité ethnoculturelle de l'Afrique - ce qui aurait évité pas mal de problèmes. S'ils le pouvaient, il est à parier que 92 % des Congolais quitteraient le Congo et iraient vivre à l'étranger. Et ne me dites pas que c'est impossible quand on a vu l'Allemagne accueillir un million de réfugiés en une seule fois. Après tout, nous ne sommes que trois millions, étrangers nationalisés à part. Avec son vaste territoire, la RDC pourrait très bien nous contenir tous.

Nous vivons dans le même pays, ayant mis les ressources naturelles en commun, les terres en commun, juste pour qu'une poignée vive comme seigneurs et les autres comme des colonisés ou des esclaves. Le problème n'est pas le "vivre ensemble" mais le pourquoi vivons-nous ensemble comme ça ? Il y a effectivement d'autres façons de vivre ensemble sans ethnie-Etat, sans ethno-discrimination, avec le respect de la vie humaine, sans arbitraire, sans violence gratuite et sans haute trahison du peuple par un petit clan, dans la solidarité. Si nous vivons de la sorte, c'est parce que l'ethnorégionalisme a été érigé en moyen ultime de conservation du pouvoir. Ce traitement ethnique du pays divise le peuple et l'affaiblit car une partie du peuple est prête à décimer une autre juste pour que le pouvoir reste dans son camp. Pour maintenir ce système inique, le régime de Denis Sassou Nguesso a transformé les droits de tous en privilèges de quelques-uns.

Oui, il y a plusieurs "vivre ensemble" et voir les putes de la république et les vendus du pouvoir commencer à en parler, c'est qu'il y a une inquiétude quelque part au coeur du système qui sait qu'il y a avec la faillite un risque d'explosion sociale totale. A-t-on peur que ce statu quo moribond au moment où la faillite pointe le bout de son nez vole en éclat ou s'agit-il d'une forme de marchandage de truands politiques comme Itadi et Moukouéké qui revendiquent leur part de boukoutage ?

Vivre ensemble ! On peut effectivement vivre ensemble sans rien partager en érigeant le communautarisme comme unique projet politique dominant. On peut vivre ensemble pour que quelques-uns aient tout, volent tout et laissent des dettes à la majorité. On peut vivre ensemble et se voir bombardés un matin alors qu'on ne s'y attendait pas. On peut vivre ensemble pour que certains soient arrêtés sans motif sérieux, battus ou assassinés. Alors, quel est le problème ou la problématique foireuse de ce vivre ensemble où certains meurent de faim, de soif et de maladie tandis que d'autres voyagent en jet privé pour aller faire leurs courses à Dubaï ou à Paris ?

Voici quelques exemples de vivre ensemble au sein de notre petit Congo, certains ayant vraiment du sens comme

- le vivre ensemble entre l'ethnie-Etat et la fausse opposition : elle se porte bien, la dictature subventionnant les têtes d'affiche dont la mission est de tenir le peuple en laisse pour qu'il ne se révolte pas. En échange, ils sont députés, sénateurs, chefs de partis financés par le pouvoir, chômeurs de luxe, etc. Ce vivre ensemble va bien et vous avez vu Clément MOUAMBE vrai faux transfuge de l'UPADS au PCT réunir son beau monde ;

- le vivre ensemble au sein de la famille et du clan Sassou & Nguesso : celui-là va bien car même lorsque le Kiki fait son caca en détournant l'argent de l'Etat, personne ne sent ni l'odeur, ni ne voit le gros tas de merde pourri. Ce vivre ensemble va très bien car lorsque les Chinois disent à Sassou que de nombreux membres de sa délégation ont détourné pour plus de 500 millions d'euros dont 150 millions juste pour Bouya et Ondongo, Denis Sassou Nguesso ne dit rien, pire, ne fait rien. On se soutient, on s'entraide, on fait front contre ceux qui sont contre la dictature, quitte à bombarder toute une vaste région comme le Pool ;

- le vivre ensemble entre Mbochis et Nordistes ; celui-là aussi marche bien : bien que l'on ait arrêté injustement le colonel Marcel Ntsourou ou le Général Mokoko, personne ne moufte - même pas quand le 4 mars 2012, Sassou les explose dans leur sommeil pour ensuite les laisser vivre en plein air, ils endurent leur sort sans rien dire. Nous vivons une faillite insoutenable et lorsque les sudistes réclament le droit, la démocratie, la république pour tous, à Mpila, Talangaï, Oyo, on boit la Ngok et la bière Ndzokou. Si nos compatriotes du nord avaient le même réflexe démocratique que le reste du pays, il y a longtemps que Sassou aurait quitté le pouvoir. La serrure de la démocratie se trouve au sud mais la clé pour l'ouvrir se trouve au nord. Il est temps que nos frères du nord choisisse la république au lieu d'un monstre qui détruit le pays tout entier. Au sud, en votant Mokoko plus qu'il ne l'a été dans le nord du pays, nous avons montré que nous sommes capables de dépasser notre appartenance ethnique pour faire passer avant les intérêts de la république et de la nation avant notre petite appartenance ethnique. Nous attendons le même sursaut républicain au nord. Nous savons tous que si le nord  se révolte, Sassou tombe. QUAND L'ETAT CONGOLAIS ENTRERA EN FAILLITE TOTALE, TOUT LE PAYS EN SUBIRA LES CONSEQUENCES. CEUX QUI AURONT SOUTENU SASSOU EN CONNAISSANCE DE CAUSE EN SERONT INDIRECTEMENT RESPONSABLES...

S'il y avait du mal vivre ensemble assumé et éclaté au sein de ces deux derniers vivre ensemble et qu'il y avait vraiment révolte, on verrait un changement rapide dans notre pays mais non, au contraire, ils sont armés et attendent qu'on leur ordonne d'aller massacrer les sudistes qui suvivent - sans demander leur reste à personne.

Il y a un seul pays mais plusieurs vivre ensemble et pas de vivre ensemble global du tout car les Congolais vivent en communautés ethniques dans un pays spatialement divisé et ethniquement occupé (exemple ; quartiers nord et sud de Brazzaville).

Non, qu'ils ne vous entubent pas : ils ont tout volé, tout pillé, ruiné le pays qui est aujourd'hui en faillite. Cette histoire du vivre ensemble n'a pas de sens que pour des traîtres comme Jean Itadi, Christophe Moukouéké, Tsaty Mabiala, Paul Marie Mpouélé, entre autres. Ceux-là réclament leur part de la dépouille Congo. Même totalement désossé, le Congo a de beaux restes qui intéressent les vautours et les hyènes de la république. Vous, le petit peuple, vous n'avez rien à voir avec ça car vous pouvez crever la bouche ouverte, personne ne viendra à votre secours. Par contre si le vivre ensemble dégénère au sein du clan et de l'ethnie-Etat, il y aura vraiment un gros problème. Ils sont tous armés et risquent de se canarder entre eux.

Ce statu quo  où quelques-uns ont tout et les autres rien va-t-il encore durer longtemps ? Allez-vous continuer à les soutenir juste pour une illusion du pouvoir appartenant aux Mbochis ou au nord ? Aujourd'hui, tous les les traîtres de la république sont identifiés, tant au nord qu'au sud. Ils rendront des comptes au moment arrêté par l'histoire.

Nous devons donner une vraie chance au Congo en devenant une vraie nation, une vraie démocratie, une vraie république. Sinon, cela ne sert à rien de vivre ensemble pour que quelques-uns vivent comme s'ils étaient des colonisateurs. Si mentalement nous discriminons notre voisin parce qu'il n'appartient pas à notre ethnie-Etat, alors nous ne vivons pas mentalement ensemble avec lui car même s'il a faim, on ne daignera pas lui donner un bout de moungouélé. On peut cohabiter sans vivre ensemble. La preuve, il y a très peu de sudistes au nord du pays. Au sud du pays, nous cohabitons mais ne vivons pas ensemble car il y a la souffrance extrême d'un côté et l'enrichissement insolent de l'autre.

Comment supportez-vous de ne pas être payés ? Comment supportez-vous l'insupportable ? Le vrai vivre ensemble est mental car on peut vivre dans une même maison, dormir ensemble dans le même lit et avoir envie d'étrangler son partenaire chaque soir.  Que cette idéologie du vivre ensemble ne vous détourne pas de la réalité, de votre réalité qui est faim, soif, maladie, misère absolue. Le vivre ensemble est un état d'esprit. Hélas, les Congolais sont mentalement divisés. Il suffira d'une vraie justice sociale pour que le vrai vivre ensemble se mette en place. Il y a assez de ressources pour que tous les Congolais vivent heureux mais pas assez pour satisfaire certaines cupidités insatiables.

Nous cohabitons dans un même territoire à cause du découpage colonial. La preuve peut être faite par dix que nous ne vivons pas ensemble car vivre ensemble suppose un partage équitable des ressources, une répartition harmonieuse du travail selon la compétence, le respect de l'autre selon sa différence, l'assistance à autrui quelle que soit l'ethnie. Il suffit de voir comment se redistribue la ressource nationale pour s'en convaincre.

Si cette idéologie du vive ensemble est une astuce pour que ceux qui ont plongé le pays dans la faillte après avoir écarté la majorité des Congolais de la jouissance de la richesse publique ne rendent pas des comptes, qu'ils se rassurent : nous sommes unis autour du concept de justice et nous ne vivrons vraiment ensemble que lorsque la justice passera. La victime et le bourreau ne peuvent pas vivre ensemble sans que le bourreau rende des comptes et paye sa dette à la société.

Les Français ont toujours utilisé des étrangers comme bourreaux contre les fils du Ntsi. Ceux qui nous massacrent de mille et une manières ne sont pas plus Congolais que nous, ces fils de Soudanais et d'Ouest-Africains arrivés au Congo entre 1880 (dans le cortège du colon) et 1910 lors de la déportation des Abeys de Côte-d'Ivoire (voir sur wikipedia) au nord du Congo. Nous vous avons accueillis dans notre pays, nous vous avons laissé vivre parmi nous en vous accordant le privilège d'être des compatriotes et en vous traitant comme tels mais vous nous tuez et nous opprimez comme si vous étiez plus Congolais que nous et nous des étrangers dans notre pays. Cela doit s'arrêter. Et nous arrêterons cette situation inacceptable par tous les moyens...

 

                LION DE MAKANDA, MWAN', MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 10:32
APRES LES FESTIVITES DU 15 AOUT 2016, LE POUVOIR EST VACANT AU CONGO

Les nouvelles officielles font nettement état que sur les 435 milliards de francs cfa initialement prévus pour la municipalisation du détournement accéléré, seuls 80 milliards ont été utilisés dans la Bouenza, le reste ayant disparu dans les poches du clan Sassou & Nguesso, d'après Bitala Bitemo, porte-parole du comité de suivi.  Voici le message que nous avons reçu :

" Le comité de suivi de la municipalisation de Madingou est corrompu. Les 435 milliards prévus sont partis dans les poches du pouvoir puisque 80 milliards seulement ont été décaissés d'après le porte-parole du comité de suivi Bitala Bitemo..."

Si vraiment tout cet argent avait été utilisé convenablement, il y avait de quoi moderniser de petites communes rurales comme Madingou mais ce qui intéresse Sassou et les siens, c'est de pouvoir trouver un prétexte pour décaisser de l'argent du Trésor Public et le faire dsparaître en Chine ou dans les paradis fiscaux. Seules quelques infrastructures toutes vouées à la gloire du nkani seront construites pour créer l'illusion. Une fois la fête du 15 août terminée, Madingou retombera dans son quotidien fait de privations de toutes sortes.

Comment peut-on expliquer que l'UPADS à travers Tsaty Mabiala reçoive 30 millions francs cfa pour mobiliser sa base à Madingou ? Ce n'est pas normal que la mobilisation populaire lors d'une fête nationale se fasse contre de l'argent - ce qui prouve que la capacité de mobilisation du régime dictatorial est très faible - notamment au sud du pays. De toute façon, nous avons appris que le responsable UPADS de Madingou refusait d'utiliser les 3 millions de francs cfa qu'il a reçus pour mobiliser qui que ce soit. Cet argent ne sortira pas de sa poche. Tsaty Mabiala en tant que bon serviteur de Sassou doit aller faire le job de mobilisation corruptive lui-même. De toute façon, Sassou fera précéder son public de rdciens pour être sûr qu'il y aura du monde à Madingou où les habitants n'auront pas le coeur à la fête à cause de l'emprisonnement arbitraire du fils de Madingou, Paulin Makaya.

Passons au vif du sujet. Pour nous démocrates républicains, bien que Denis Sassou Nguesso ait réussi à s'accrocher au pouvoir, by force, son règne s'arrête le 13 août 2016. Pourquoi ? Parce que la seule constitution valable est toujours celle du 20 janvier 2002. Le référendum étant entaché d'illégalité et d'inconstitutionnalité, il est simplement nul et de nul effet. Les apparences de légalité ne peuvent nous faire oublier que Denis Sassou Nguesso a pris et conservé le pouvoir par la force des armes maquillée en autorité juridique et constitutionnelle. Comme nous respectons le 15 août à cause du combat livré par les pères de l'indépendance, nous faisons une exception en laissant passer les festivités de l'indépendance nationale qui consacra la naissance du Congo tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Après le 15 août 2016, le pouvoir de Denis Sassou Nguesso se poursuivra certainement parce qu'il a l'armée tribale avec lui mais que les Congolais sachent que nous engagerons des actions judiciaires à tous les niveaux possibles pour que ce pouvoir ne soit plus reconnu nulle part. Nous attaquerons tous ceux qui font affaire avec le monstre de l'Alima. Y compris Total. Comme il s'agit d'une société française, nous porterons plainte auprès des tribunaux français. Nous sommes même prêts à attaquer le gouvernement chinois.

Que tous ceux qui prêteront de l'argent à Denis Sassou Nguesso à partir du 13 août 2016 sachent que nous ne reconnaîtrons pas cette dette car ils ont sciemment fait affaire avec un régime dictatorial qui n'aura plus aucune autorité légitime pour engager la responsabilité du Congo une fois la date du 13 août 2016 passée.

A tous les juristes et constitutionnalistes du dimanche et de la ngok : la constitutionnalisation inconstitutionnelle d'une illégitimité n'en fait pas une légitimité. Vous avez voulu imiter le Moundélé en jouant à la république et au droit, alors, on va se la jouer droit jusqu'au bout, pas dans la supercherie et pas sous la menace de la kalachnikov.

Que tous les Congolais se mettent dans la tête que le Congo n'aura plus de gouvernement légitime à partir du 13 août 2016 parce que le pouvoir sera vacant et Denis Sassou Nguesso, l'homme qui se maintiendra au sommet de l'Etat, ne peut le faire que par la terreur de la force armée ethnisée et non par l'entremise du droit et de la constitution.

Il est temps que le monde qui se prétend civilisé et qui nous a apporté le droit et la république se mette à donner du crédit à nos institutions et à nos constitutions. Ce qui est valable en France parce que c'est une république, doit être valable au Congo qui est aussi une république. Vous nous avez apporté le droit et la république, nous allons vous le rappeler dans vos tribunaux. Tout commerce d'une prétendue  vieille démocratie avec une dictature assumée comme celle de Denis Sassou Ngueso  fait de cette démocratie - en dépit de sa vieillesse - une ... DICTATURE. Une dictature du dehors.

 

                         LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 12:20
A ANDERSON : LA REALITE N'EST PAS QUE 'SOCIOLOGIQUE'...

NOTA BENE : pour bien comprendre ma réponse, lisez le commentaire de monsieur Anderson dans la partie commentaire du blog. Je savais que j'allais être combattu par les miens mais c'est une bonne chose qui me permettra de manifester la vérité qui peut aider à désaliéner le Muntu.

 

Monsieur Anderson, je ne me souviens pas de vous à l'époque où j'étais étudiant en sociologie. Anderson est certainement un pseudo. vous parlez d'expliquer l'inexplicable par des illusions ; de quoi parlez-vous ? Un sociologue doit être clair et ne pas se baser sur des généralités. La science prouve ce qu'elle avance, en le démontrant si nécessaire. Hélas, la science a des limites et tout ne relève pas du domaine scientifique sinon Newton n'aurait pas prophétisé la fin du monde en 2060 ! En effet, un scientifique de sa trempe n'aurait pas pris le risque de s'appuyer sur le livre de Daniel pour tirer une telle conclusion ! Quant aux visions, à l'esprit et à toutes ces choses, vous ne les comprenez pas pour avoir été totalement acculturé et coupé de vos racines par le moundélé mais ce n'est pas pour autant qu'elles n'existent pas.

Si vous pouvez le prouver, n'hésitez pas une seconde : je vous mets au défi de prouver que Dieu n'existe pas, un Dieu en qui croyaient Descartes, Newton, Einstein et même Hegel - ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas de fausses religions ou de fausses doctrines et c'est justement ce à quoi je vais m'attaquer. Croyez-vous que la sociologie peut tout résoudre et tout expliquer ? Les premières études de Marcel Mauss ont été faites sur le fait religieux. Donc même la sociologie ne nie pas le fait religieux qui ne se réduit pas au champ de la chrétienté - même si pour des raisons pratiques, nous sommes amenés à en parler. Bien entendu, je vous vois rétorquer la religion est l'opuim du peuple mais même si c'était vrai, cela ne prouve pas en quoi Dieu n'existe pas. Je vous vois me retourner l'argument de démontrer que Dieu existe. Je le ferai dès que vous aurez démontré que Dieu n'existe pas et cela n'a rien à voir avec la religion, n'est-ce pas ?


La Bible est une compilation de textes en grande partie égyptiens et vous savez bien que le fait religieux était au centre de la société égyptienne et de son harmonie. J'explique pourquoi je prends illustration sur la Bible car il est le livre que mes compatriotes connaissent le plus. S'ils pouvaient réaliser que la Bible n'est pas livre de Dieu - même si elle contient des propos inspirés - mais une compilation d'écrits anciens issus de leurs ancêtres dont les connaissances furent volées, les Ndombi regarderaient la Bible autrement.


1. Ce n'est pas la méthode sociologique que d'affirmer péremptoirement que Dieu n'existe pas car ce qui existe pour la conscience collective en tant que représentation collective EXISTE. Le fait n'est pas que physique ; il est aussi idéel. La sociologie n'est pas là pour dire ce qui existe ou qui n'existe pas. La science s'occupe des faits et de rien d'autre. Et c'est cela qui est triste pour un prétendu sociologue. Le professeur Côme Manckassa, certainement le plus grand sociologue du Congo, notre professeur à tous les deux,  croyait en Dieu. Je me souviens de ce qu'il me dit chez lui au quartier Plateau des Quinze ans sur le Christ dans l'ancien Testament : "Ils ont prophétisé sa venue et puis, plus rien !" La religion est du domaine de la croyance et non du diktat péremptoire basé sur du vent.


2. A vous entendre, la Bible est l'outil de l'aliénation du Muntu, du Ndombi. Oui, si on le prend comme de la vérité manifeste en tout et pour tout mais pas comme un livre d'illustration. Si les Mindélés ont été assez malins de prendre des connaissances chez les Egyptiens, c'est-à-dire, les Ndombi, pour enchaîner les Ndombi, cela me conforte dans l'idée qu'il faut utiliser le même outil pour libérer les Ndombi. Dieu n'est pas enfermé dans la Bible ou la Torah ou n'importe quel autre livre. Pour sortir d'un piège, il faut comprendre comment il a été fabriqué, tendu. Et cela, à Mbanza Kongo, ils n'en avaient pas les moyens. Notre génération le peut. Hélas, pour sortir d'un piège, IL FAUT MANIPULER LE PIEGE. Toutes les données sont disponibles. Hélas, pour moi, je ne lis pas le portugais - même si je lis l'hébreu et le grec...


3. Si vous étiez vraiment sociologue, vous auriez compris que le fait de se balader ou non avec une Bible le dimanche ne prouve en rien l'existence ou non de Dieu ou même le fait de croire ou non en Dieu. Le Ndombi est spirituel, là où le Moundélé est matérialiste - ce que vous êtes devenu pour avoir blanchi parce que vous avez perdu votre identité, là où j'ai conservé la mienne. Le Ndombi est xénophile et non raciste là où le Moundélé est xénophobe et raciste et je peux ajouter de nombreuses différences psychologiques qui devraient interroger le sociologue que vous êtes. Mes écrits parlent pour moi : j'ai dit que TOUTE LA SPIRITUALITE DU MONDE EST SORTIE DU NDOMBI. Hélas, le sait-il ? Je ne le pense pas. Vous n'avez donc pas lu la première partie de mon texte où je démontre comment la Torah, pas toute la Bible est venue à voir l'existence ?


4. Jésus n'est pas né Juif mais Judéen. Et là, il y a une grande différence.  En fait, le mot Juif est apparu plus tard. Voici ce qu'en dit Wikipedia  que je cite pour que vous puissiez vérifier :
Le terme français « Juif, » ainsi que le « Jew » anglais proviendraient du vieux français giu ou juieu depuis le latin iudeus et le grec Ioudaios (Ἰουδαῖος), transcription de l'araméen Yehoudaïé, lui-même issu de l'hébreu יהודי (Yêhûdi), «Judéen», enfant d'Israël sujet de la province de Judée (et là encore, on oublie de dire qu'il y a deux royaumes dans cette ancienne Palestine). Le mot Judée lui-même provient de Yehouda, le quatrième fils de Jacob et Léa, ainsi nommé selon la Bible par sa mère car «pour le coup, je rends grâce à l’Éternel (oDeH [ett] YHWH)».

Cela, les Juifs, vrais et faux, le savent. Il suffit de se dire que les écrits du Nouveau Testament et même de l'Ancien sont assez tardifs après l'apparition de cet homme, de ce Jésus. Dire que les Juifs n'utilisent pas la bible est assez inexact : les Juifs utilisent la Torah ou Ancien Testament et non le Nouveau Testament. Il faut bien nuancer les faits quand on se prétend sociologue. Ils ont un second livre le Talmud qui leur permet d'expliquer les paradoxes et les insuffisances de la Torah. Et justement, dans ce Talmud, il est question de Yéhoshua Ben Staada ou Ben Pandira - ce qui montre qu'ils ne sont pas très sûrs de qui est le père de cet homme. Ils l'assimilent à un magicien qui aurait soi disant volé les rouleaux de la Torah pour ensuite la recopier sur sa peau - ce qui est invraisemblable ou qui aurait volé des formules magiques égyptiennes. Je possède des livres écrits par des Juifs qui attestent de la guérison de rabbins faites au nom de Jésus, le Galiléen, qui était nazoréen.
Les Juifs ne l'aimaient pas parce qu'il est venu dire qu'ils n'adoraient pas le VRAI DIEU. Ils se sont dits que cet homme menaçait l'autorité du Sanhédrin, leur religion et leur emprise sur le peuple. Aussi devait-il mourir. Connaître ces faits pour bien comprendre comment toute cette histoire nous a été vendue afin de nous enchaîner est l’œuvre d'un vrai sociologue que vous êtes certainement.

La Bible est entrée à Mbanza Kongo sous la soutane des Jésuites, les disciples du juif De Loyola, des juifs qui avaient infiltré le catholicisme pour le détruire de l'intérieur. Ils connaissaient la nature spirituelle du Ndombi comme vous dites et l'ont exploitée tandis qu'en tant que matérialistes, ils ne regardaient l'Afrique que sur le plan du lucre. N'ayant pas trouvé l'or qu'ils espéraient tant, ils ont commencé la traite des esclaves.
Ma démarche est simple : comment fut acculturé le Muntu ? Par la religion mensongère mal tournée. Sa délivrance doit passer par là puisque nous faisons la preuve que par la voie politique, c'est mission impossible. Il faut libérer l'esprit pour ensuite libérer la chair. Autrement, c'est mission impossible. Hélas, il y a chez le Muntu plus de cinq siècles d'aliénation mentale. Il faut le délivrer avec la VERITE et non l'insolence ou les formules creuses comme vous le faites.
Juste une  question : Si selon vous, Dieu n'existe pas, qui agissait au travers du prophète Simon Kimbangou quand il faisait tant de miracles ? Vous répondrez peut-être que Simon Kimbangou n'a jamais existé car ce que vous n'avez pas vu n'existe pas pour vous, n'est-ce pas ? Je ne fais que vous taquiner. Il y a des connaissances qui dépassent la sociologie car la réalité n'est pas que sociologique, mon cher Anderson.

J'ai pris de l'école du Mundélé ce que je devais prendre, une école que je n'aimais pas, enfant, parce que des voix me demandaient de ne pas y aller. Hélas, je n'y allais pas mais on m'y ramenait de force. J'ai lu un premier bout de papier avant d'aller à l'école ; je devais avoir quatre ans. Ce bout de papier perdu dans un village tropical parlait du Tzar de Russie et de sa mort. Ma tante qui vint me prendre dans mon petit village pour m'amener à Mbounda, à l'école des maîtres où son mari était économe, Martine, vit en France. Elle peut témoigner de plus de choses que je dis ici. Comme des voix que j'entendais qui me permettaient de prophétiser sur des cas de décès. Elle me battit si fort que j'arrêtai de parler, de prophétiser. Je devais avoir sept ans.
Anderson, ils ont gagné : en ne croyant en rien, vous êtes pires qu'eux  qui croient en des forces obscures qui tirent leur légitimité de KMT car la plupart des rites maçonniques s'en inspirent. Il vous suffit d'aller sur YouTube pour écouter des prêtres et des francs-maçons repentis.

Quand Zebrowski dit que Sassou est le représentant des forces du Mal, c'est un Moundélé qui parle. Si votre science sociologique suffisait dans la mesure où Dieu et les forces du Mal n'existent pas, pourquoi n'usez-vous pas de votre superscience blanche pour délivrer le Congo ? Vous y avez peut-être renoncé en vivant comme un petit bourgeois vous gavant de fromage et de whisky. Alors, laissez-nous dans nos illusions et regardez comment nos illusions vont agir sur l'histoire de notre pays et elles agissent déjà.
Nous avons perdu notre spiritualité, notre identité, notre savoir ancestral, notre science. Nous nous sommes perdus en rencontrant ceux qui sont venus au nom du MAL. Il faut recourir aux puissances du BIEN pour sauver le Congo et nous y parviendrons que vous y croyez ou non.
Dieu est celui de mes ancêtres, pas celui des blancs, car le premier Homme fut Muntu. Le Fils de l'Homme était de ma "race" et j'ai toutes les preuves de ce que je dis. Ce n'est pas parce que ils ont fait du visage de César Borgia celui de Jésus que cela change quelque chose à la vérité qu'ils connaissent très bien. Ce qui est en jeu, mon cher Anderson, dépasse votre petit fromage et la tiédeur de votre Bourbon. Ce qui est en jeu, c'est la destruction ou la survie de cette planète si le Muntu ne redevient pas ce qu'il était avant que les Ténèbres ne nous frappent - afin de réveiller le reste de la planète. Ce travail de fourmis se fait de toutes parts. Un jour, la VERITE nous affranchira. Bien sûr, tout cela, vous échappe, monsieur le sociologue. Et pour enfoncer le clou, combien savent que cette religion appelée christianisme issue du chef des Nazoréens existaient déjà en Afrique ? Notre héritage a été volé et le Moutantou s'en est servi pour nous dominer mentalement. Quand la religion échoue, il y a l'éducation et la culture occidentale qui prennent le relais. Le sociologue que vous êtes peut comprendre que je songe à présent à restituer à notre peuple, aux Kathiopas, ce qui leur a été volé. Au-delà de toute aliénation et de toute acculturation, il y a quelque chose en nous qui nous rattache à un ETRE invisible qui voit les souffrances de son peuple ignorant car on ne peut être ignorant que de la vérité. Aussi, tendre à la chercher pour la faire triompher me paraît plus important que toute la sociologie du monde.

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 21:22
CONGO : EN CAS DE FAILLITE TOTALE, TOUT LE PAYS EN SUBIRA LES CONSEQUENCES

Livrer le combat spirituel ne signifie en rien rénoncer à dire la vérité sur les maux qui frappent nos concitoyens, sur les dangers qui menacent le Congo physique, le Congo visible. Nous en appelons aux forces sacrées du Congo invisible pour avoir constaté la faiblesse du Congo visible divisé. Or, divisés, nous n'arriverons jamais à surclasser les esprits dominateurs étrangers qui manipulent l'élite politique de notre pays. Un jour, les forces obscures qui enchaînent le Congo invisible seront vaincues : il suffira que nous en prenions conscience et que nous décidions de les combattre. Ce jour-là, le Congo visible ou physique retrouvera son unité. Nous vivrons en paix, ayant chassé tout esprit de division.

Sachez que sur un plan strictement humain, tout se joue d'abord au niveau de l'esprit avant de descendre dans le monde physique en passant par notre coeur. Or, il est écrit que le coeur de l'homme est mauvais. Cependant, par le kimuntu qui est la stature de l'homme parfait, nos ancêtres avaient réussi à dominer les passions funestes du coeur humain. Sans kimuntu retrouvé, nous ne réussirons jamais à rebâtir l'harmonie des anciens qui vivaient sans oppresser personne, sans volonté de domination ou d'asservissement d'autrui, sans esprit de division avant 1483. Toute l'histoire de l'Afrique est celle du règne et de la destruction du kimuntu. Sachez que le vrai nom de l'Egypte était KMT car les Egyptiens l'écrivaient sans voyelles. Les Blancs qui ont l'art de déformer les mots pour leur faire perdre leur sens initial et par là leur puissance sémantique ont ajouté des voyelles pour dire : Kemet ou Kamit. Le professeur Cheick Anta Diop disait que les Egyptien s'appelaient eux-mêmes kémétiou. Si vous regardez bien, vous finirez par comprendre que le mot exact est KIMUTU. L'Egypte fut donc la terre du kimuntu à son apogée. De ce kimuntu naquit toute la civilisation.  N'oubliez pas que la terre sacrée de KMT fut détruite par les étrangers. Avec nous, l'histoire se répète. Ceci est un préambule.

Si pour payer les salaires, Denis Sassou Nguesso doit aller emprunter de l'argent en Chine, c'est que l'Etat congolais ne peut plus faire face à ses obligations. Ceux qui nous lisent ont vu les documents d'endettement du Congo auprès de banques privées. Ce n'est pas plus la baisse du baril du pétrole qui nous a plongé dans la crise que la mauvaise gestion des finances publiques. Trop d'argent gaspillé, trop de contrats surfacturés, trop de détournements de deniers publics, trop de sorties d'argent sous des prétextes fallacieux et enfin, épuisement du fonds de réserve des générations futures. Rappelez-vous la vidéo de l'ancien ministre des finances, monsieur Gilbert Ondongo dont les frasques portugaises doivent être rappelées.

Nous approchons dangereusement de la situation du Vénézuela. Les étudiants réclament leurs bourses, les professeurs d'université et les agents municipaux leurs salaires. Dans le privé, de nombreux employés cumulent des mois sans émoluments. Jusqu'à quand la peur tiendra-t-elle captif notre courage ?

Dans ce chaos, certains s'en sortent mieux que d'autres pour avoir accumulé des milliards de francs cfa mais il ne s'agit que d'une infime portion de nos compatriotes. Le reste survit du nord au sud, d'est en ouest. Ceux qui tirent le diable par la queue au quotidien sont de toutes les ethnies - même si certaines semblent mieux loties que d'autres.

Cependant, si une faillite totale survenait, ce que Denis Sassou Nguesso retarde par l'endettement, c'est tout le pays qui en subira les conséquences. Les tensions pourraient même commencer au sein du clan au pouvoir et de ses fidèles alliés.

Des forces ténébreuses poussent certains fils du Congo à ruiner leur pays, à le livrer en servitude à l'étranger par le biais de la dette. Si le pouvoir ne sert plus qu'à faire du mal à son propre peuple, il est clair que les esprits qui possèdent l'élite sont des esprits du Mal. Regardez au-delà de l'enveloppe charnelle pour entrevoir les esprits diaboliques qui conduisent ces hommes qui n'ont d'ethnie que la cupidité et le goût du lucre. Ceux qui les soutiennent aveuglement sont comme sous l'emprise d'un charme mais il arrivera que le charme soit rompu quand ils se rendront compte qu'ils ont été manipulés à des fins de conservation du pouvoir.

Les rations alimentaires des mercenaires rapetissent. Il suffira que la force publique ne reçoive plus ses émoluments pour que le soutien aveugle à Denis Sassou Nguesso et son clan se dissipe.

L'argent de notre pays ne circule plus sur les comptes du Congo mais sur des comptes privés. Les créditeurs comme Hojeij entre autres qui le traquent finiront un jour par y mettre la main et la machine s'arrêtera.

Le Mal a pris le pouvoir dans notre pays et veut le détruire. L'esprit de division ne vient pas de Dieu. Chaque pays a un ange. Celui du Congo doit être libéré des chaînes qui l'entravent pour que tous les Congolais comprennent que ce qui est en cause, ce n'est pas juste le pouvoir, la domination d'une ethnie sur toutes les autres mais l'avenir de notre pays que l'Etat chinois achète silencieusement en rachètant les dettes du Congo envers les sociétés chinoises.

Des nuages terribles s'amoncèlent sur le ciel de notre pays. La faillite, telle une épée de Damoclès est suspendue au dessus de l'avenir du Congo. La chance de Sassou réside dans le fait que de nombreuses puissances du monde tiennent à maintenir le Congo dans une situation de statu quo car si ce pays s'embrase, le reste de l'Afrique centrale suivra.

A notre peuple : faille-t-il laisser Denis Sassou Nguesso ruiner notre pays parce qu'il appartient à notre ethnie ? A notre région ? Que l'ange d'Elisée vous ouvre les yeux pour que vous voyiez que cette horde de vipères prendra la poudre d'escampette quand la situation deviendra intenable. D'où que vous soyez, nous n'avons qu'un seul pays, nous partageons un seul destin. La division artificielle introduite par l'esprit du Mal ne sert qu'à mieux posséder notre pays pour le dépouiller de ses richesses.

Quand viendra le chaos, la faim n'aura pas d'ethnie. La mort non plus. Quand le Malin aura totalement terrassé le pays, il sera trop tard. Il nous faut exorciser la division. Que les chefs coutumiers du sud, du centre, du nord, de l'est et de l'ouest se retrouvent pour sauver le pays physique, les fils du Congo. N'avez-vous pas compris que le tyran Sassou passera et qu'il veut vous laisser la haine, la faillite et la soumission à l'étranger en héritage ? L'avenir de notre pays, c'est la dette énorme qui suit la faillite qu'il va nous laisser.

Que les esprits de toute la terre du Congo se lèvent pour conjurer ce sortilège puissant, sortilège qui enchaîne notre pays !

Que tous les envoûtements pourrissent et soient nuls d'effet !

Que toutes les forces des Ténèbres soient terrassées par les quatre vents de l'Amour divin !

Que vos yeux s'ouvrent pour que vous regardiez vers notre avenir commun et non vers nos petites différences !

Divisés, nous faisons le jeu de ceux qui livrent notre pays aux étrangers pour avoir été enchaînés dans des cultes obscurs comme ceux des hauts degrés de la franc-maçonnerie.

Ancêtres, intercédez auprès du Dieu créateur pour que vos fils se réveillent avant qu'il ne soit trop tard !

Que la malédiction d'Afonso nous soit pardonnée afin que le kimuntu règne à nouveau sur la terre sacrée du Congo.

 

                 LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 18:51
CONGO : LE COMBAT N'EST PAS QUE POLITIQUE MAIS AUSSI ET SURTOUT SPIRITUEL

Lutter pour la justice, le respect de la vie et de la chose commune, le bien-être de tous, l'égalité de droit, la démocratie, est une noble cause quand nous ne le faisons pas juste pour se faire remarquer afin d'en tirer profit au service de son ambition personnelle. Quand nous usons de l'arme politique, nous brandisssons le droit, nous nous appuyons sur le sens de la justice, nous marchons, faisons d'énormes meetings, nous contestons contre la dictature. C'est important pour le réveil de la conscience collective. Cependant, si vous observez bien, le monde de la politique ou du pouvoir terrestre est entre les mains de qui ? De Satan, dispensateur, des pouvoirs terrestres matériels sous conditions d'être adoré et servi. Ce n'est pas étonnant que nous ayons en  face, des occultistes, des sorciers, des francs-maçons, des individus qui veulent tous les pouvoirs et invoquent des forces obscures quand ils ne font pas usage de la force physique. Pour résumé, nous sommes dans une guerre des forces du Bien contre celles du Mal et croyez-moi, ceci n'est pas valable que pour le Congo. Même aux Etats-Unis, le pays est sous envoûtement franc-maçonnique à partir du tracé des villes. Satan n'a-t-il pas dit à Jésus que tous les royaumes de la terre lui appartenaient et qu'il donnait le pouvoir à qui l'adorait ? Ceci met automatiquement le monde politique en liaison avec le monde spirituel, avec l'emprise des forces du Mal.

Que les Congolais comprennent que ce qui se déroule sur terre se passe d'abord dans l'invisible où les combats commencent entre anges et démons, armées de Satan et armées de Dieu. En 1992, nous n'avions aucun moyen de coercition pour faire plier Sassou. Il aurait pu prendre des mercenaires, mater l'opposition en tuant ou en emprisonnant les leaders. S'il l'avait voulu, non s'il le pouvait, il aurait pu interdire la conférence nationale ou la manipuler à son profit. Nous ne l'avions pas vaincu par des moyens physiques. En effet, il n'y a pas eu usage de la violence, pas de meetings monstres, pas d'émeutes, non, rien de tout cela. Tout s'est joué dans une sphère métaphysique où la volonté de Denis Sassou Nguesso a été vaincue. C'était déjà la même chose du temps des indépendances. Avions-nous les moyens de faire plier l'empire français ? Non.

Que chacun de vous me dise d'où viennent les idées, les courants de pensée qui font parfois évoluer les sociétés. Hier, les Romains applaudissaient les combats de gladiateurs dans des arènes. Aujourd'hui, ce n'est plus possible. Pourtant, c'est le même homme. Quant à l'esclavage, nous n'avions pas du tout les moyens de l'arrêter. Des forces spirituelles se sont battues dans le monde invisible et ont conduit à changer le paradigme des pensées. La lutte continue. Les forces du Mal résistent et donnent même l'impression de prendre le dessus. Nous semblons avancer par bonds. Une certaine force met des idées dans certains esprits pour éviter que ce monde ne sombre dans la violence, dans le chaos ou ne s'autodétruit. Sachez que lorsqu'il y a une guerre sur la terre, c'est qu'il y a déjà une guerre dans le plan invisible qui contrôle les pensées des humains pour contrôler nos volontés.

Ceux qui découvrent des médicaments, inventent des armes de destruction sont tous influencés par l'invisible en Bien ou en Mal et cette dimension que je nomme INVISIBLE se trouve ici, sur terre, ici et maintenant. Hélas, nous avons les yeux voilés pour ne pas voir ce qui s'y déroule.

Depuis que j'ai annoncé que le Lion de Makanda se mettait au service du Lion de Yuda, j'ai subi le même jour une attaque. En ce moment, j'ai de la peine à marcher. Les forces du Mal et du Bien ont besoin de volontés humaines pour influencer la sphère matérielle terrestre. Nous sommes nombreux à servir de canaux aux forces du Bien et remarquez que de ce côté-là, nos armes les plus redoutables sont la pensée, la volonté, la parole, la raison, la prière, la foi. Du côté des forces des ténèbres, il y a en plus de tout cela la force armée, la capacité de détruire même cette planète, s'il le faut. Sachez que des êtres dans l'invisible empêchent le déclenchement d'une guerre nucléaire totale qui détruirait la planète encore une fois. Les livres comme le Mahabaratha où vous trouvez la descriptions des effets de la bombe nucléaire en parlent. C'est en lisant ces livres que les nazis ont réalisé que des armes terrifiantes étaient possibles, plus terrifiantes même que la bombe atomique. Les Allemands auraient pu obtenir la bombe atomique avant les Américains. Satan qui a donné une avance technologique considérable à l'Allemagne a été déçu et utilise désormais les Etats-Unis pour servir ses funestes desseins.

Dans toutes les grandes religions, on assiste à la guerre des forces du Bien contre celles du Mal. Dans l'Avesta, Ahura Mazda combat Arhiman, Horus affronta Seth, Le Christ affronte Satan, etc. En gros, le message est le même : des guerres se livrent dans l'invisible entre le Bien et le Mal, et finissent par se matérialiser sur le plan terrestre. Même en l'homme, ses désirs, ses pensées se font la guerre pour dominer sa conscience et sa volonté. Quelques hommes parviennent à s'élever au dessus de la fascination du plan matériel car le plan le plus important est le plan invisible. Hélas, il est invisible ! D'où viennent les pensées des savants qui nous font faire des bonds en avant ? Cependant, si vous regardez bien, il y a toujours un prix à payer : destruction de l'environnement, pollution terre, air, eau, maladies, pauvreté extrême, guerres, apparition d'abominations comme l'homosexualité, etc.

Quand Sassou apprend des Chinois que de nombreux membres de sa délégation ont investi 580 millions d'euros en Chine dans son dos dont 150 millions juste pour Bouya et Ondongo, un homme normal aurait réagi avec colère et cherché à récupérer l'argent. Non, Sassou se contentera de venir emprunter de l'argent pour payer les salaires. Qui sait s'il n'est pas lui-même l'intigateur de cette fuite de capitaux ? Si Belzébuth détruit sa propre maison, comment subsisterait son royaume ? Vous voyez ? Sassou ne sévira pas. Le travail de destruction du pays est sous la conduite de démons qui tiennent les hommes à qui ils ont donné de la puissance. Servir Mammon, c'est servir le Diable et nous le voyons tous les jours à l'oeuvre. Attention, à ne pas confondre avec le fait de gagner honnêtement sa vie.

Nous devons prendre conscience que nous pouvons influencer le monde de l'invisible par le simple fait de la prière et de la foi. Les esprits de Dieu ne gagnent pas tous les combats ; ils ont parfois besoin d'aide de notre part ou de la part des anges. Daniel n'a-t-il pas demandé à Dieu pourquoi la bénédiction qu'il avait demandé à Dieu ne parvenait pas à son peuple ? Vous souvenez-vous de la réponse de Dieu : "Je l'ai déjà envoyé par un ange mais il a été arrêté au deuxième ciel. Je dois encore envoyer Gabriel..." Le but de cet ange était d'apporter la bénédiction sur le monde de l'invisible qui se trouve sur terre avant qu'elle ne se manifeste physiquement et visiblement. Le Christ a dit : "Ce que je fais, je vois d'abord le Père l'accomplir". Sur quel plan ? Dans l'invisible. Quand Elisée dit à son serviteur Guéhazi que les armées de Sabaoth protègent le peuple - alors que le pays est entouré par des légions ennemis, il est normal que Guéhazi doute puisqu'il ne voit rien sur la montagne.  Et quand Dieu lui ouvre les yeux, il voit les armées envoyées du ciel sur le plan invisible terrestre. Balaam dont l'ange barrait l'âne pour qu'il n'avance pas était pourtant prophète mais il fallut que l'ange lève le voile pour qu'il le voit. Satan aussi choisit parfois de montrer à ses serviteurs son royaume invisible.

Il faut par nos prières et par nos intercessions chercher à influencer le monde invisible terrestre pour qu'il influe à son tour sur le monde visible terrestre. Le Christ a dit : "Pendant que vous chassiez les démons, je voyais Satan tomber..." Le travail de prière sur le plan terrestre peut donc jouer sur les plans invisibles qui sont nombreux.

Sur le plan physique, notre ennemi, c'est Denis Sassou Nguesso et tous ceux qui servent les forces du Mal mais sur le plan invisible, ce n'est pas lui qu'il faille combattre : on se retrouve face-à-face aux démons qui le possèdent. Voilà pourquoi il est dangereux de combattre par la prière si on ne sait pas à qui on a affaire. Paul dit bien que ce n'est pas la chair et le sang que nous combattons mais les Trônes, les Dominations, etc." Paul combat par la prière qui pénètre tous les mondes jusqu'à atteindre Dieu quand elle n'est pas bloquée. Les démons qui portaient Rome ont fini par être vaincus. Le Christ n'était pas venu pour agir sur le plan physique mais son but était de modifier la donne invisible au profit des croyants et des vraies créatures  de Dieu.

Je peux comprendre ceux qui pensent que prier pour ses ennemis est comme une trahison mais si l'ennemi est délivré, le combat qui cause des millions de morts sur le plan terrestre peut s'arrêter. Pensez à cela.

Je vais vous faire une révélation : les forces maléfiques sataniques sont entrées sur le continent africain introduites par les jésuites portugais et lors de la bataille d'Ambuila, la malédiction s'abattit sur Mbanza Kongo et ses provinces provoquant une onde de choc démoniaque sur tout le continent africain. Denis Sassou Nguesso fit un discours où il invoqua l'importance de la bataille d'Ambuila. En tant qu'initié, il savait de quoi il parlait. Le lien avec les ancêtres qui tenait nos pays en harmonie fut rompu. Il faut savoir que le lien avec les ancêtres était béni parce qu'il nous faisait remonter jusqu'au Dieu créateur qui inscrit sa rupture comme une malédiction (Deutéoronome 28 qui ne se vérifie pas chez les faux juifs mais chez nous). Personne n'avait jamais contesté la transmission du pouvoir et surtout, personne ne l'avait jamais pris de force lors d'une guerre avant Afonso. En prenant le pouvoir par la force et le sacrifice de milliers de vies, Afonso modifia la composition des esprits qui le gouvernaient (des esprits du Bien aux Esprits du Mal) et cela se ressent encore jusqu'à ce jour.

Le Mal s'abattit sur le royaume du Kongo avec l'esclavage et les guerres entre tribus. De là naquit le sentiment tribal qui fait que l'on se mit à détester son voisin qui travaillait pour l'esclavagiste portugais. Nous n'en avons pas conscience mais il faut exorciser cette malédiction qui plane sur des pays comme le Congo, la RDC, l'Angola, la RCA, le Gabon, le Tchad, etc. Cela ne vous étonne-t-il pas que des étrangers règnent sur nous désormais ?

Nous avons à nous réconcilier avec nos ancêtres pour nous réconcilier avec Dieu : c'est par l'intermédaire de notre premier ancêtre qu'il bénit tous les hommes car il est reconnu de tous que le premier homme fut noir.  C'est tout à fait normal que la malédiction frappe les fils de Kathiopa aujourd'hui. Il faut prier pour que les sortilèges des jésuites soient vaincus. Afonso comprit quand on faillit l'assassiner dans une église à qui il avait vraiment affaire mais c'était trop tard pour faire machine arrière comme son père Nzinga Nkuwu. Le sang de son frère était déjà sur ses mains et il avait compris que le Dieu qu'il adorait, les jésuites ne l'adoraient pas car ils faisaient exactement le contraire de ses prescriptions...

 

                         LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 23:06
MA REPONSE AU COMMENTAIRE DE DAVID

David a posté un long commentaire sur l'article que vous trouverez ci-dessous. J'y ai répondu mais après vérification, je ne retrouve plus mes réponses - alors même que le compteur marque huit commentaires. Vous lirez son commentaire infra pour comprendre ma réponse.

 

David, c'est un très long commentaire. Je vais essayer d'y répondre de façon brève. Au moins les points importants. Cela fait vingt ans que j'ai gardé le silence sur la REVELATION. Je ne le ferai plus. J'ai combattu par la chair pour inspirer nos frères et nombreux m'ont dit être venus à la politique en me lisant. Le temps de former une gangue spirituelle autour des combattants politiques est arrivé.

En ce qui concerne le cerveau, je t'enverrai un livre qui montre l'effet de la prière sur celui-ci. Plusieurs zones sont simultanément activées. C'est une étude faite sur des bonnes sœurs catholiques par un scientifique.

David, ce qui est né de la chair est CHAIR et non esprit au sens d'entité immatérielle. Moshé (Moïse) révèle l'existence de l'esprit en toute chair (vie animale) mais c'est un esprit matériel qui est l'ADN. L'être charnel lié à sa mère vit selon la vie de la chair et cela n'autorise pas qu'on aille contre la volonté du ciel en avortant parce qu'il ne s'agit que d'une vie de chair : la chair est le temple de l'Esprit en ce qui concerne l'homme et en cela, elle est importante. L'enfant est nourri par sa mère et respire par elle. Il a une vie charnelle car ce qui est né de la chair est chair.

Quant à dire que l'esprit n'entre jamais dans la chair, je t'en laisse la liberté. Un esprit malin est entré dans Judas afin qu'il trahisse Jésus. C'est écrit dans la Bible. Que sont les démons que Jésus chassaient ? Non, il faut éviter d'égarer nos frères. L'homme est la seule créature terrestre biologique dans laquelle Dieu insuffle quelque chose d'immatériel. Alors, d'où te vient ton dogme ? Ce qui est né de l'esprit est esprit. Christ conseille de NAITRE à nouveau en ESPRIT. Ce n'est pas ma doctrine mais celle d'un être céleste venu éclaircir un coin du voile. Pourquoi David supplie-t-il Dieu de ne pas lui retirer son Esprit Saint si celui-ci n'est pas au-dedans de lui ?

Je ne dis pas que Sassou était un homme bon avant son retour en 1997. De grâce, l'envie de susciter le débat ou la controverse ne doit pas amener à des erreurs d'interprétations. Ce que j'affirme est simple : l'homme était déjà possédé mais il était encore lui et son esprit vivait dans son corps mais sa soif de revenir au pouvoir l'a entraîné à côtoyer des êtres démoniaques qui sont entrés en lui et ont pris totalement possession de son véhicule charnel au point où il a été éjecté de son corps. Mais il vit ! Les morts en esprit ont une vie charnelle. Le Congo est gouverné par une légion d'horribles démons à cause de cela et rien ne marche.

Ce que je dis est traité dans la Bible dans la partie qui concerne le cordon d'argent qui lie l'être spirituel et l'être charnel. Cherchez dans le livre des Paumes. Il faut lire les psaumes avec attention. Le cordon d'argent peut être rompu... Ecoute, je te ne t'en dirai pas plus. 

Avant de dire que les Congolais ne veulent pas se débarrasser de Sassou volontairement, il faut se demander s'ils ont les moyens de s'en débarrasser, s'il n'existe pas des forces occultes qui les retiennent en captivité. Nous avons secoué les choses jusqu'à voir la jeunesse sortir mais hélas, sans bon berger, la cause a été perdue - alors même que Sassou a été battu dans les urnes.

Il y a le temps des hommes et celui de Dieu, les voies des hommes et celles de Dieu mais il arrive toujours un moment où les deux se rencontrent...

Que s'est-il passé lors du baptême de Yahoshua ? Quelque chose est entré en lui, n'est-ce pas ? N'est-ce pas le Saint-Esprit qu'il a promis à ses disciples ? Je n'ai pas été conduit que dans la Bible. J'ai beaucoup lu sous la conduite de l'Esprit car on ne peut combattre une doctrine si on ne la connaît pas. Avant l'obtention de l'Esprit Saint, quand je lisais la Bible je m'endormais mais avec l'Esprit, j'ai été conduit dans toute la Parole. Je sais que le Malin me combattra en utilisant mes propres frères. J'y suis préparé.

Pourquoi parle-t-on de possession ? Quel est le travail du prêtre exorciste ? David, le Christ n'est pas le véhicule de chair Jésus puisqu'il dit avoir rencontré Abraham. Christ a vécu avant Jésus en Esprit et ce qui est spirituel ne peut être vu que par des yeux spirituels, des yeux que notre ancêtre Adam a perdus mais Dieu peut vous faire grâce comme à Guéhazi, serviteur d'Elisée.

l'Esprit peut s'incarner mais la chair peut vivre selon la simple vie de la chair. Les animaux sont là pour le prouver.

"Laisse les morts enterrer leurs morts et suis-moi". La doctrine ésotérique du Christ n'a pas été totalement prêchée aux enfants de Dieu. Ils ont essayé de galvauder son enseignement mais par un miracle, quelque chose a fait que des éléments ont transpiré et ont demeuré.

La foi concerne les choses à venir mais la connaissance et le passé sont du domaine de la vérité. Il y a un monde invisible sur terre mais nos yeux sont voilés. Il y a un monde céleste trop éloigné de nous. Seul celui qui vient d'en-haut peut en parler. Le Christ a révélé plusieurs choses à ses disciples. Toutes ne sont pas hélas dans la Bible. Certaines, il faut les déduire pour les comprendre, d'autres, il suffit de les prendre comme ils sont.

Elisée n'a-t-il pas reçu une double portion de l'esprit d'Elie ? Quand vous dites l'esprit ne peut entrer dans le corps, d'où tenez-vous cette doctrine ? La mienne vient de l'Etre céleste, la Parole, qui a participé à la création du monde car le Père a tout créé seul mais arrivé à l'homme, il a eu besoin d'aide. Pourquoi ? En créant seul, Il jugeait sa création bonne mais pourquoi n'a-t-il pas pensé la même chose de l'homme une fois le travail accompli ? Pour l'instant, je ne m'inspire que de la Bible.

 

        LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 10:36
MESSAGE TRES IMPORTANT DU LION DE MAKANDA : DU COMBAT DE LA CHAIR A CELUI DE L'ESPRIT

Chers compatriotes, chers abonnés, chers lecteurs, chers amis, chers parents,

cet article que je publie à ce jour est le plus difficile que j'ai à écrire. Toute la nuit d'hier, je n'ai pas pu dormir - tourmenté. J'ai reçu la révélation que je vais vous faire aujourd'hui qui ne sera peut-être pas comprise par tout le monde. Je m'efforcerai à me faire comprendre.

Cette nuit, en réponse à mes prières, j'ai reçu une réponse en vision. Pourquoi n'arrivons-nous pas à terrasser Denis Sassou Nguesso ?

Il m'a été montré ce qu'est devenu le VRAI Denis Sassou Nguesso. C'est une âme qui a été sortie de son corps physique pour être jetée dehors et des puissants démons l'ont remplacé. Ils sont LEGION et disent qu'ils ne quitteront pas ce corps - quitte à provoquer sa mort. J'ai vu l'esprit de Sassou dans les Ténèbres qui implorait Dieu en criant : "Au secours !" Car il est perdu dans le monde invisible et persécuté. Cela, l'être physique Sassou ne le sait même pas et ne le ressent pas car le corps n'est qu'un véhicule bien qu'ayant son propre esprit (ADN) qui gère son métabolisme et toutes les fonctions de l'organisme.

Je vous révèle ce qui suit : Quand un enfant naît, il y a un moment où il aspire quelque chose comme un éther ou de l'air. C'est en fait l'entrée de l'esprit vivifiant dans le corps physique. Il devient bleu avant d'expirer et de pousser un cri pour ensuite redevenir normal quand la fusion de l'esprit et du corps a été réalisée. "Il souffla dans ses narines et l'homme devint une âme vivante." Avant cette entrée, l'enfant ne vit que par l'esprit de la chair ou ADN.

Il m'a été expliqué qu'en 1991-1992, l'esprit de Sassou se trouvait encore en lui, dans son corps ; il pouvait donc décider par lui-même de lâcher le pouvoir mais aujourd'hui la légion qui a pris possession de son corps après sa perte de pouvoir l'a éjecté de son propre véhicule charnel. Il voulait absolument du pouvoir et était prêt à tout mais il ignorait qu'il allait perdre son âme, son ETRE SPIRITUEL. Son penchant pour l'occultisme et la magie noire l'a condamné.

A mes chers frères qui prônent le courant religieux Vutuka, le Christ est notre frère car il est sorti de nous et toute la spiritualité du monde vient de nous. Ce que vous appelez "christianisme" existait déjà avant Christ et vivait en vous. Le peu qui a filtré de l'enseignement de Yahoshua est clair et nous permet de comprendre que nous aimions en Afrique notre prochain comme nous-mêmes car nous ne l'exploitions pas avant que nous ne nous perdions en voulant imiter les étrangers. Imaginez les royaumes de notre continent avant l'arrivée des étrangers et regardez ce que nous sommes devenus pour faire une idée de notre déchéance spirituelle. Regardez non pas le nom "christianisme" mais plutôt l'enseignement et les préceptes de cette religion et ensuite observez comment vivaient nos ancêtres. Je démontrerai tout cela. Ce n'est pas ici le propos pour le moment.

La chair n'est rien ; c'est l'esprit qui vivifie. Notre vrai être est ESPRIT mais tout est fait par les serviteurs du dieu de ce système de choses pour que l'on puisse croire que nous ne sommes que des êtres de chair. La chair a un esprit qui lui est propre : c'est l'ADN. Et cet esprit de la chair peut faire que l'homme vive sans ESPRIT VIVIFIANT en continuant à mener une vie ordinaire. "Laissez les morts (en ESPRIT VIVIFIANT) enterrer les morts (en esprit ADN)".

Denis Sassou Nguesso est perdu. Il faudra que les croyants prient pour que son esprit vivifiant revienne dans son corps mais je vous assure que ce n'est pas une mince affaire. Qu'on se rappelle les paroles du Christ : quand on chasse un esprit d'un corps, il va en chercher d'autres pour revenir prendre possession du corps et la situation de l'homme devient pire. En ce qui nous concerne, les démons qui sont entrés et ont chassé Sassou de son corps sont plus dangereux que le petit démon qui n'avait pas parvenu à chasser l'esprit vivifiant qui fait le vrai Sassou. La légion a réussi à chasser Sassou de son véhicule. Il est devenu un être froid, arrogant, orgueilleux, méprisant quiconque ne s'abaisse pas devant lui.

Souvenez-vous des paroles de Paul : "nous ne combattons pas la chair et le sang mais les Trônes, les Dominations, etc."

Vous comprenez pourquoi la situation du Congo a empiré et elle ne cessera d'empirer. Vous direz : Que nous raconte LDM ? Ce sont les démons qui font faire au corps physique Sassou un certain nombre d'horreurs qu'une personne avec tout son esprit (vivifiant) ne peut faire aux autres. Les démons n'ont que faire de notre souffrance, de l'argent gaspillé, etc. Au contraire, ils ont soif de sang et n'aspirent qu'à répandre le MAL pour faire proliférer le péché.

Le prophète Simon Kimbangou et bien d'autres ont livré le combat spirituel pour l'obtention des indépendances politiques. Hélas, les démons sont revenus pour mieux nous enchaîner en utilisant les propres fils de l'Afrique contre leurs frères.

Vous ne me perdez pas mais vous gagnez une entité qui va livrer le combat dans les deux mondes : le visible et l'invisible. Je ne suis pas de ce monde car les choses de ce monde ne m'intéressent pas, ne m'attachent pas. J'ai toujours vécu sur terre comme un étranger.

Vous constatez bien que la lutte politique a permis de vaincre le Sassou physique, politique au dernier scrutin du 20 mars 2016. Hélas, si en 1992, Sassou était encore dans son véhicule corporel et pouvait réagir en laissant le pouvoir, désormais, en 2016, il est hors de son corps et les démons qui règnent à sa place ne veulent pas lâcher prise. Les démons en entrant dans un corps ressentent des sensations qu'ils n'éprouvent pas en tant qu'êtres incorporels forcés de rester dans le monde invisible et se plaisent à cela. Dans un corps humain, ils éprouvent les sensations humaines et peuvent travailler à multiplier le MAL. Tapis dans l'homme, ils peuvent oeuvrer à accomplir les desseins de leur maître Belzébul, Satan ou Lucifer. En l'homme, ils font proliférer le péché en décuplant le mal.

Exactement un an après mon arrivée en France, je reçus le baptême du Saint-Esprit sous la prière et l'imposition des mains du père Giraud, un évangéliste français, et d'un autre chrétien.

Le Saint-Esprit m'inspira un document de plus de 1300 pages manuscrites écrites en écriture très serrée qui contient une très importante révélation. Au lieu de travailler pour Dieu, je suis retombé dans le monde et j'ai été puni dans la chair.

J'ai fait plusieurs voeux en disant : "Si mon Dieu, tu fais ceci...", tout a toujours été réalisé jusqu'au dernier voeu.

Il y a un homme qui est mon témoin oculaire de cette époque où parfois animé par l'Esprit Saint j'écrivais toute la nuit - pour aller travailler le matin sans être fatigué. Il a failli mourir d'une leucémie. Je lui ai dit qu'il ne mourra pas car il doit témoigner. Un témoignage est valable avec trois témoins : lui témoignera, le manuscrit témoignera, moi, je témoignerai mais il y a quelqu'un d'autre qui pourrait aussi témoigner car il reçut un rêve me concernant. Il vit à Lyon.

J'ai décidé de tenir le voeu que j'ai fait à Dieu et à apporter la REVELATION qui m'a été confiée de 1993 à 1996 au monde. Si j'avais été un homme ordinaire, calculateur, désireux d'agir pour le goût du lucre, j'aurais fait une église et commencé ce travail depuis d'autant qu'une femme en transe dit un jour dans une église : "Tu as déjà reçu l'Esprit Saint, qu'est-ce que tu attends ?".

Moïse aussi a commencé par se dresser devant pharaon en tant qu'homme en prenant le parti de ses frères. Il dû même tuer pour cela là où moi j'ai eu des mots parfois durs voire insultants, par dépit et colère. Il a fallu attendre des années pour que Moshé revienne pour accomplir une oeuvre spirituelle cette fois-là. Toutes les années où j'ai trouvé prétexte à ajourner ce travail, j'ai dit : "Seigneur, la famille souffre, laisse-moi d'abord travailler, etc.." Il a répondu que les miens viendraient en France. Aujourd'hui, ils sont nombreux ici et leur intégration est parfaite. Ils peuvent témoigner. D'autres viendront mais moi, je dois rentrer chez nous...

Le Lion De Makanda passe de la lutte politique à la lutte spirituelle. Bien sûr que c'est pour la recherche du même résultat : le salut de notre peuple mais au-delà, le salut des âmes et du monde.

Le Lion De Makanda va servir le Lion de Yuda, l'Ancien des Jours, manifestation physique du Dieu créateur de nos ancêtres, qui a conduit le prophète Simon KIMBANGOU lors de son ministère terrestre. Il m'a été demandé de prier pour l'âme de Denis Sassou Nguesso pour qu'elle réintègre son corps. Je n'ai que le choix d'obéir. Souvenez-vous qu'il a dit : "Mais moi je vous dis : priez pour vos ennemis..." J'ai enfin compris le sens de toutes ces paroles.

Dans mon humilitié, je ne revendique aucune gloire car ce n'est pas pour me faire plaisir que je vais faire un travail que le ciel m'a confié il y a 20 ans. J'ai toujours repoussé l'instant mais ce n'est plus possible. Lui-même, Nzambi Ya Mpungu, inspirera la forme que ce nouveau combat spirituel prendra.

La révélation que j'ai reçue de Dieu n'est pas pour moi. Je dois l'apporter à mes frères, à mon pays, au monde. Je demande pardon au Dieu des Ancêtres pour avoir retardé l'accomplissement de son oeuvre. Qu'Il me fasse miséricorde comme IL le fit à Jonas...

 

Le combat politique ne peut pas être abandonné car il est juste. Cependant, je vais passer à une autre dimension de la même lutte pour combattre les esprits infernaux qui nuisent à notre peuple là où  la politique se contente de combattre les corps charnels.

Que SA volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Il a néanmoins besoin de PORTEURS DE CETTE VOLONTE SUR TERRE...

 

Le Diable a pris possession des églises pour se faire adorer à la place du Créateur. La fausse spiritualité s'est répandue comme l'ivraie au milieu du bon grain. Aussi, pullullent faux prophètes, faux apôtres, faux prédicateurs de toutes sortes qui n'ont pas reçu mandat de prêcher - alors que moi, il me l'a demandé 5 fois. J'ai pourtant hésité avant d'accepter d'aller à Ninive comme Jonas.

Les démons qui ont pris le corps de Denis Sassou Nguesso en otage pour nuire à notre pays doivent être combattus. PAR L'ESPRIT. Et non par la chair. Pour que la délivrance se manifeste enfin sur le plan physique. Ce n'est plus Denis Sassou Nguesso que je vais combattre mais un adversaire beaucoup plus redoutable appelé LEGION...

A quoi cela sert-il de faire juste le combat politique si notre véritable adversaire se trouve dans le domaine spirituel comme l'a dit Paul ?  Au Congo, vous voyez un obélisque vomir le sang des innocents. Les deux formes de combat sont nécessaires...

Un vin nouveau ne peut se mettre dans de vieilles outres souillées. Il faut des outres nouvelles. Un nouveau Congo ne peut se faire sans des hommes nouveaux. A un homme nouveau, il faut lui insuffler un nouvel esprit.

Au combat de la chair fait désormais place le combat de l'esprit. Que tous ceux que j'ai froissés me pardonnent. N'y voyez rien de personnel. Je n'ai recherché dans ce combat que le bien-être de notre peuple et rien de plus.

 

                         LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 13:07
SI LES MINISTRES DOIVENT AVOIR UN CHAMP, IL FAUT LES CHOISIR PARMI LES PAYSANS !

Chers compatriotes, chers abonnés, chers lecteurs, il m'arrive de souffrir à cause de ce qui se passe dans notre pays au point de verser des larmes. Ce qui est en jeu, ce n'est pas l'avenir de Denis Sassou Nguesso mais celui de notre peuple et quand on se projette dans le futur, on redoute ce que l'on voit. Cet homme figure parmi les hommes les plus riches du monde et la crise qui secoue le pays ne l'empêche pas de dormir. Si la restauration démocratique avait marché, je serais au Congo actuellement mettant en exergue mes idées et mes projets pour le pays. Cela m'attriste beaucoup.

Quand Denis Sassou Nguesso demande à chacun de ses ministres de cultiver un bout de champ, il avoue que la situation est désespérée et qu'il n'a aucune solution pour nourrir nos compatriotes dont il veut demeurer le premier gangster d'Etat à vie.

Si les ministres deviennent des cultivateurs, qui s'occupera des ministères pendant qu'ils seront aux champs ? S'il voulait que chaque ministre ait un champ, il aurait pu les choisir tous parmi les paysans qui cultivent déjà la terre et qui ont la passion de celle-ci. Et lui-même Sassou, voit-on sur les marchés - même d'Oyo - les produits de ses fermes, de ses étangs, la viande de ses vaches et de ses moutons ? Les légumes de ses serres ? Il n'a qu'à faire un reportage qui retrace le circuit qui va de ses fermes à l'assiette du Congolais pour nous prouver le contraire. N'a-t-il pas téléfoufou pour ça ? Si sa viande bio, ses tilapias bio, y compris son fromage bio, etc, sont vendus à l'étranger et non sur nos marchés, à quoi cela sert-il sinon à l'enrichir, lui et à nourrir des étrangers ?

50 à 100 milliards de francs cfa suffiraient pour faire du Congo un pays alimentairement autonome. Il suffit de mettre en place deux cycles : éco-production et éco-commerce, des principes qui s'inspirent de l'écologie. Je vous signale qu'il ne s'agit que de nourrir juste 4 millions de personnes. Ce que nous envisageons pour le pays peut même permettre d'exporter. Pour éviter que le projet soit une fois de plus repris et galvaudé, nous n'en dirons pas plus ici. Il nous suffit d'imiter la nature qui travaille sous forme de cycle et de recyclage. Et il faut ajouter qu'une fois ces investissements faits, il n'y aura plus rien à investir derrière - sinon quelques petites réparations. La faune et la flore ont été créées une fois par Dieu et depuis lors, elles fonctionnent de façon autonome - sans que le créateur ait encore besoin d'intervenir. Notre monde a été créé de façon qu'il se suffise à lui-même. Hélas, c'est l'homme lui-même qui le détruit à cause de sa cupidité et de son inconscience.

Il nous faut trouver le moyen d'aider le pays en faisant fi de la dictature - parce qu'il faut penser à notre peuple : c'est lui qui souffre déjà de subir une dictature avant de subir l'incompétence d'un régime qui a pourtant tout pour réussir. Etre au sommet de la destinée d'un pays et manquer d'imagination au point de demander à chaque ministre de faire un petit champ par-ci, un petit élevage de cochons par-là, est pitoyable : cela ne suffirait pasà couvrir les besoins du pays. C'est ce que nous appelons le bricolage quotidien comme mode de management politique. Quand la nature est généreuse comme dans notre pays, on peut beaucoup faire avec peu. En associant éco-production et éco-commerce, on garantit au pays une indépendance alimentaire pour toujours avec des prix de denrées alimentaires accessibles aux plus pauvres. Cependant, si un Congolais lambda, de sucroît sudiste, montait un projet intéressant pour le pays, l'ethnie-Etat ferait tout  pour que l'initiative ne prospère pas. Vous en doutez ? Les témoignages sont nombreux...

Nous voulons des ZES. C'est bien. Cependant, il convient de se demander, salariés à part (et là encore, rien ne dit qu'ils seront des Congolais), qui profitera des produits de celles-ci. La solution n'est pas dans le fait de donner des terres aux Chinois pour qu'ils plantent des choux ou de les laisser vider nos côtes pour aller nourrir les petits yeux bridés en Chine. Et d'ailleurs, qui peut le reprocher aux Chinois ? Eux au moins sont nationalistes.

Un Etat véritable travaille d'abord pour l'intérêt de son peuple et non des autres. Il s'agit d'utiliser la force et la matière grise locales portées et soutenues par un Etat qui contrôle les cycles comme dame nature contrôle la synchronisation de tous les éléments nécessaires à la biosphère - sans gêner l'initiative privée mais en veillant que les Congolais soient les premiers bénéficiaires des retombées économiques qui en découlent. Comment comprendre que le Congo avec ses fleuves et océan n'ait pas une pêcherie nationale qui pourrait regrouper tous les pêcheurs locaux en leur confiant des bateaux de pêche modernes ?

Bon sang, qu'avons-nous fait pour mériter un tel cruel châtiment ? Vraiment, le Congo mérite mieux et cela, même si nous nous trouvons au sein d'une ethnie-Etat. Le fait d'être un dictateur n'exclut pas qu'on aime son peuple et qu'on le sorte de la misère au lieu de le torturer et de l'affamer chaque jour que Dieu fait. Le défunt Kadhafi l'a prouvé...

 

                       LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 15:21
DIALOGUE : SASSOU N'A BESOIN DE PERSONNE POUR 'MONOLOGUER' AVEC LUI-MEME

Depuis l'apparition d'internet, des réseaux sociaux et la vulgarisation de certains médias, tout le monde peu produire une vidéo, écrire un texte sur sa vision de la politique au Congo et les mettre en ligne - en toute légitimité puisqu'il n'y a rien qui interdise à un Congolais de parler de son pays au nom de la liberté d'expression. La parole ainsi libérée, toutes les expressions, toutes les opinions se croisent, les bonnes comme les mauvaises, les inutiles comme les sérieuses. Qui aurait parié que la révolution politique viendrait de la révolution numérique ? Ce n'est donc pas étonnant qu'internet soit bridé au Congo...

Certains croient que c'est un jeu : on met un costume, on prend une caméra et on s'exprime. Cependant, ont-ils pris le temps de réfléchir sur l'impact de leurs propos ? Sur leur nécessité ? Leur pertinence ? Parfois, il vaut mieux garder le silence. En disant cela, je pense à Guy Brice Parfait Kolélas qui a manqué une occasion de se taire : les maux des Congolais et du Congo, nous les connaissons, nul besoin de nous les rappeler mais l'interpellation maladroite à l'endroit du roi Denis Sassou Nguesso est déplacée  et insultante pour ses électeurs - quand il s'agit de lui reconnaître un pouvoir qu'il a usurpé depuis 1997.

Si pour les Kolélas, la politique est une histoire de famille, pourquoi cela ne le serait-il pas pour les Sassou & Nguesso ? D'ailleurs, les deux familles ne sont-elles pas liées par un pacte politique sur le dos du peuple ? Non, un parti politique - quand bien même créé par un individu, reste et demeure un patrimoine public. Si seul un Kolélas doit être président ou premier secrétaire du MCCDI, il y a problème : nous n'avons plus affaire à une structure publique mais à un parti privé ; il faut alors que les Congolais dignes de ce nom quittent ce parti politique. Et croyez-vous qu'avec un tel instrument soutenant ouvertement le pouvoir (le MCCDI n'ayant pas présenté de candidat au scrutin présidentiel du 20 mars 2016), on pourrait  reconquérir la démocratie dans notre pays ? Non.

Cela ne nous étonne pas que Guy Brice Parfait Kolélas considère son "papa" Sassou comme le "président" du Congo - niant ainsi le fait qu'il ait été propulsé par des électeurs au second tour de l'élection présidentielle de 2016. Ceux-ci doivent se sentir trahis. S'il reconnaît la victoire de Denis Sassou Nguesso, n'est-ce pas là une façon de se moquer de vous, ses électeurs ? A quoi ont donc servi vos votes ? A rien. Demain, allez-vous continuer à en faire un député ? Vous êtes libres mais je pense que Guy  Brice Parfait Kolélas ne mérite plus de représenter le peuple congolais à l'assemblée nationale. Certes, le fanatisme politique ne regarde pas les faits mais se contente de juger sur la base de la proximité identitaire. Néanmoins, nos frères du Pool doivent se dire qu'ils sont les premiers à subir  les attaques de la dictature - à cause de la collusion de leurs frères avec Sassou. Ils doivent donc mieux choisir ceux qui les représentent pour éviter d'être déçus. Ceux qui ont estimé que Parfait Kolélas n'avait pas à demander la grâce du dictateur Sassou Nguesso - notamment lorsqu'un prisonnier politique n'est pas encore jugé - n'ont pas tort. Hélas, il y a pire avec l'incitation au dialogue avec un imposteur.

Un de nos compatriotes m'a envoyé un texte avec sa vidéo dans lequel  lui aussi soutient l'idée de dialogue. Sans blague, l'envie de paraître est certainement forte pour qu'il ne voit pas les contours du problème. Par la bouche de Thierry Moungalla, la dictature avait fait savoir qu'il n'y avait pas lieu de dialoguer. Sous le feu de l'émotion, nos compatriotes oublient bien vite que nous sommes dans une dictature qui s'est dotée de tous les apparats de la république en y usant et en y abusant. Dans une république, la validation des pouvoirs se fait par le biais du Conseil Constitutionnel qui a validé le référendum illégal et les faux résultats du scrutin du 20 mars 2016. Bien que nous ayons prouvé par les formulaires signés sortis des bureaux de vote que Denis Sassou Nguesso a été battu.  En contrôlant l'élection présidentielle du 20 mars 2016 de bout en bout, en tenant le ministère de l'intérieur et la cour constitutionnelle, Denis Sassou Nguesso sait qu'il a les moyens de légitimer la fraude. Tout semble fonctionner correctement mais juste les résultats sont faussés par le droit de proclamation détenu par le pouvoir. Il eût fallu rendre indépendant ce pouvoir de proclamation mais ce n'était pas possible. Quoi qu'il en soit, le monde entier sait parce que nous, peuple congolais, l'avons prouvé que Denis Sassou Nguesso est juste monsieur 8%.

Qu'on retienne que nous sommes en "dicta-république", une étrange combinaison de dictature et de république, un néologisme que je préfère à démocrature car il n'y a pas mélange de la démocratie et de la dictature au Congo mais plutôt un subtil alliage de dictature gainée par la république.

Sur le journal officiel du pays, il est bien inscrit que Denis Sassou Nguesso est "président" - même s'il n'a pas gagné l'élection présidentielle et monsieur Pongui doit savoir que le fait de déplacer le dialogue qu'il appelle de ses voeux à l'étranger ne changera pas cela : en Suisse, au Canada, ou en France, Sassou se présentera sous son illégitime "légitimité" sanctifiée par la cour constitutionnelle. Avec Sassou, il n'y a jamais dialogue horizontal entre deux ensembles identiques mais dialogue vertical entre une illégitimité "légitime" parce que légitimée par le Droit détourné au profit d'un monarque et le peuple; c'est-à-dre, ses représentants. Dans le cadre du droit perverti par la dictature armée, les apparences sont contre le peuple et l'oppostion. En dictature, on oublie souvent que la légitimité ne vient pas de la volonté du peuple mais de la force de coercition entre les mains du dictateur.

Dialoguer avec Denis Sassou Nguesso revient à dialoguer avec un dictateur "légitime" (remarquez le paradoxe). Or, justement du côté du peuple ou de ceux qui devraient le représenter, là est LE problème. A quoi servirait un dialogue avec Denis Sassou Nguesso si ce monsieur n'est pas ramené à sa juste valeur de citoyen lambda qu'il redeviendra à partir du 15 août 2016 ? Dialoguer avec Sassou reviendrait à dialoguer avec un dictateur qui a légitimé constitutionnellement son pouvoir. Si Denis Sassou Nguesso n'est pas d'abord dépouillé de ce qu'il a volé au peuple, à quoi cela servirait-il de dialoguer avec ce monstre ? Et d'ailleurs, combien se souviennent en se basant simplement sur les expériences passées qu'un dictateur ne dialogue pas mais il monologue au milieu de figurants choisis à souhait ? N'est-ce pas le sens de la récente création du ROC avec Mpouélé à sa tête ?

En matière de dialogue, Denis Sassou Nguesso n'a besoin de personne pour monologuer avec lui-même. Et comme il tient les instruments de la république, le peuple est démuni de tout pouvoir. En démocratie moderne, il n'y a pas expression directe du peuple sauf lors d'élections pour choisir des délégués ou représentants mais expression indirecte à travers des institutions tenues par des représentants et là est le problème - même en France, vieille démocratie.

Ceux qui souhaitent aller au dialogue veulent en fait faire de la surenchère sur leur propre situation. Ce n'est pas un dialogue qu'ils veulent mais un marchandage.

Si vous discutez avec un voleur qui ne reconnaît pas le vol et qui prétend que la chose volée est à lui, il vous revient de sortir vos factures et vos références. Or, le juge est au service du voleur. Il faut donc d'abord changer le juge. Et pour changer de juge, il faut une nouvelle force publique. Vous voyez ? En tant que pédagogue, je dois m'efforcer de rendre la compréhension des situations et des enjeux plus claire. Si l'objet volé n'est même pas au coeur de la discussion avec un voleur, quel intérêt de discuter avec lui ? Or Denis Sassou Nguesso refusera de dialoguer si l'objet du dialogue est la remise en question de son pouvoir. Vous pouvez prendre les paris.

Le Congo a besoin d'une nouvelle élite politique plus noble, moins corrompue, plus exigeante et libre de toute affinité avec la Bête de l'Alima. Les partis ne sont pas des héritages. Tout est à refaire : la force publique, la justice, les institutions de la république et nous sommes désarmés. D'un côté les mots, l'émotion, la peur, la douleur, la mort ; de l'autre les kalachnikovs, les armes lourdes, les tanks, les hélicoptères de combat, la violence. Nous ne combattons pas déjà avec les mêmes moyens. Comment pouvons-nous faire plier Sassou qui détient de façon illégalement légale la violence et la coercition légitimes ?

Je vous ai dit ce que je pense : la force ne respecte que la force. La force ne redoute qu'une force de même nature - d'où la traque de Ntumi. Nous ne sommes pas sur le terrain du droit triomphant mais de la kalachnikov régnante. Ou nous prenons les armes pour créer un nouveau rapport de force ou nous nous taisons car nos mots ne feront pas partir Denis Sassou Nguesso du pouvoir. Tous ceux qui prétendent avoir préservé le peuple sont des menteurs : des Congolais meurent en masse au Pool sous des bombardements quand ils ne meurent pas de maladie faute de soin ou simplement de faim. Autant, mourir : il vaut mieux comme Ntumi mourir l'arme à la main. Tôt ou tard, le peuple finira par réaliser la justesse de mes propos.

Nous n'avons pas le choix des armes sur le champ de bataille puisqu'il nous est imposé par la dictature : le droit contre le droit en situation de droit, la kalach' contre la kalach' en dictature. On ne soigne pas un mal de gorge en massant le pied. Et nous nous trouvons dans la deuxième situation. Si la force publique transformée en milice ethnique est contre le peuple, qui le défendra ? Aux hélicoptères de combat qui bombardent nos concitoyens dans le Pool, nous ne répondons même pas par le droit mais simplement par des mots !  Sans nier la puissance de la pensée et des mots qui l'expriment, nous plaidons pour une insurrection armée au Congo. Ce qui est né par les armes ne peut périr que par les armes. Il est venu par les armes, il ne peut partir que par les armes...

Le pays est en faillite. La situation sera encore plus grave dans cinq ans. Si nous faisons l'autruche, espérant un changement à la mort de Sassou, sachez que rien ne changera car le PCT et le clan au pouvoir détiendront toujours les armes et nous n'auront que des mots. Les tourments du peuple se poursuivront. Sous la protection de la kalachnikov, muana Ndéya succèdera à papa. Après Kiki, Coco, ensuite Caca qui continuera à chier sur notre peuple et à nous faire boire de la merde...

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg