Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 20:10
Mon cher Tsaty,
bonsoir. J'ai cru que tu ne voulais plus qu'on soit en communication. J'ai respecté ta volonté mais je constate que tu as oublié le message où tu me dis de ne plus te contacter. J'ai pensé que tu ne m'écrirai plus. Quelle a été ma surprise de te lire à nouveau - notamment de recevoir toutes les informations sur tes activités de communiste bourgeois bouffeur de camembert et adepte du droit de cuissage de petites Bakugnies naïves - qui ne me concernent en rien. Le communisme te permet d'avoir bonne conscience dans ta belle villa bourgeoise où tu empestes le bourbon. Je n'ai pas tenu à te répondre. Je fais ici une dernière exception comme pour mieux éclaircir un raisonnement.
 
Le questionnement sur l'avenir des Mbochis n'est pas de moi mais du Général de brigade Nianga Ngatsé Mbouala qui la prête au Général de division Norbert Dabira, en public, lors de son témoignage au procès du Général Norbert Dabira. " Que va devenir l'avenir des Mbochis ? " Telle est la question que soulève le Général Nianga Ngatsé Mbouala. Il y a tant de sous-entendus derrière celle-ci. Ce sont ces sous-entendus que j'ai voulu lever dans deux articles. D'abord, il y a l'étonnement de voir que le Général Nianga Ngatsé Mbouala ne s'interroge nullement sur l'avenir du Congo, notre pays ou sur l'avenir des Congolais. La préoccupation ne porte que sur l'avenir des Mbochis, c'est-à-dire, d'une ethnie parmi tant d'autres dans notre pays. Il y a une dimension séparatiste, discriminatoire, dichotomique entre les Mbochis et le reste des Congolais - comme si leur destin n'était pas lié à celui de tous les Congolais. Voilà des gens qui ruinent le pays en détournant tous les deniers de l'Etat comme les 14000 milliards de francs cfa de surliquidités générées par le pétrole mais qui ne s'inquiètent que de leur avenir, eux qui occupent toutes les hautes strates de notre société en toute "incompétentocratie". Cela dit, je n'oublie nullement les mauvais esprits de toutes les ethnies qui colorent le règne total des Mbochis sur notre pays !
 
Quel est donc cet avenir qui préoccupe tant les Mbochis ? Pour lire l'avenir, il faut examiner le présent et ce qu'il a de particulier que les Mbochis pourraient perdre. Il apparaît que ce qui inquiète les Mbochis, c'est ce qu'ils détiennent emprisonné dans leur filet : le pouvoir. C'est donc facile de saisir qu'ils sont inquiets quant à la perte du pouvoir car idéologiquement le pouvoir se vit au Congo comme le pouvoir des Mbochis. Ils savent qu'ils ont tout volé, qu'ils se sont comportés comme des primitifs barbares en massacrant notamment les populations kongos. Ils ne peuvent donc que redouter la perte du pouvoir en envisageant les conséquences d'une vendetta à leur égard.
 
Il fallait éclaircir ces sous-entendus qui laissent entrevoir qu'il existe un complot mbochi, notamment au travers du Club d'Ollombo, contre notre pays, le Congo. Il a fallu élucider ce qui se cachait derrière une phrase incomplète en recomposant tout le tableau à partir d'une image. On comprend vite, qu'il y a à part l'avenir des Mbochis et de l'autre l'avenir des Congolais. Et on entrevoit que l'avenir des Mbochis n'est pas soluble dans celui de l'ensemble des Congolais - comme si les Mbochis étaient une caste à part, une espèce de secte impénétrable par les autres ethnies. Découvrir une telle réalité permet au sociologue de réaliser que les Mbochis ne quitteront plus jamais le pouvoir dans notre pays et qu'ils disposent de tous les leviers pour se maintenir au sommet de l'Etat. Les Congolais ont donc intérêt à s'unir pour contrer le mal mbochi.
 
Il est évident que l'on dira que tous les Mbochis ne soutiennent pas l'idéologie " Je suis Mbochi, le pouvoir est à nous " mais force est de constater que les Mbochis soutiennent leur monstre de l'Alima qui ne se préoccupe pas de tout un pays mais juste d'une ethnie. Dans une vidéo enregistrée devant tous les kanis du nord, on entend cette phrase terrible " Tu es notre fils ; nous ne t'avons jamais abandonné." - Ce qui sous-entend que jamais les Mbochis n'abandonneront Denis Sassou alias Nguesso. Ils sont prêts à tuer et à mourir pour lui, pour que le pouvoir reste entre des mains ensanglantées mbochies. Toute la politique ethnocratique de Sassou s'éclaire d'un jour nouveau. Il devient facile d'admettre la logique qui dit : "LES MBOCHIS D'ABORD ; LES AUTRES APRES". C'est grave car on entre en incompétentocratie, Sassou privilégiant d'abord l'identité et la proximité ethnique au savoir-faire et au savoir-être. On le voit dans l'armée, la gendarmerie, la police, les douanes, les médias, les affaires, l'éducation, les affaires. Le monstre d'Edou veut laisser son ethnie dans une position tellement hégémonique qu'il ne soit plus possible de lui prendre le pouvoir. Et c'est ce qui risque de se passer à sa mort.
 
Mon cher Tsaty, épargne-moi les procès verbaux tes réunions du POI et du FO car ton communisme est juste un refuge, un faux semblant, question de te donner bonne conscience : tu es un incorrigible bourgeois qui pue le camembert et le bourbon et même à Lyon, je sens cette putain d'odeur bourgeoise. Déjà que la Russie et la Chine ne sont plus communistes. Reste juste Cuba. Pour combien de temps ? A la mort du frère de l'autre, les choses risquent de changer. Le communisme est une greffe politique et systémique qui n'a jamais pris même sous le Juif Lénine, surtout pas sous le Juif Staline. De Marx à Staline, en passant par Trostky et Lénine et il en est de même de Poutine aujourd'hui, cette expérience communiste est entre des mains juives et cela devrait suffire à te faire réfléchir : l'univers juif n'est que mensonge, manipulation, quête de la richesse et volonté de domination des Goyims. Hélas, en politique comme en religion, certains avancent les yeux fermés en plus du bandeau idéologique qui endoctrine leur cerveau. De même que les chrétiens ne comprennent pas que Jésus Christ est un mythe construit par Ammonius Saccas, Potamon, Marcion et Eusèbe de Césarée entre autres, de même certains refusent de voir la réalité de la manipulation communiste comme toi parce que trop borné : le communisme vient de l'exploitation de la dialectique hégélienne par les Juifs qui voulaient créer deux camps pour faire avancer leur projet de domination mondiale. Pour résumé cette affaire, le communisme n'est qu'un capitalisme d'Etat.
 
NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA, 
 
LION DE MAKANDA,
 
MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 12:41
Bioraffinerie de la Mède près de Marseille appartenant à Total.

Bioraffinerie de la Mède près de Marseille appartenant à Total.

L'huile de palme produite à partir de la noix du palmier est utilisée comme huile de cuisson mais elle entre surtout dans la composition de nombreux produits cosmétiques et alimentaires comme le Nutella ou le beurre Margarine. Cependant, depuis le tollé provoqué par la pollution aux hydrocarbures et la rapide détérioration du climat planétaire, elle entre aussi dans la composition du biocarburant - ce qui ne peut que faire exploser sa demande avec pour conséquence immédiate des forêts rasées et transformées en palmeraies. Comme le palmier ne pousse pas en Europe mais juste en Asie et en Afrique, vous pouvez prévoir quelles forêts seront détruites. Ecologie et préoccupations environnementales pourront-elles faire le poids devant le profit ? C'est tout l'enjeu de ce problème qui nous interpelle aujourd'hui. En fait, ceux qui font du tapage autour du changement climatique qui est plus un dysfonctionnement climatique qu'autre chose sont aussi ceux qui causent ce phénomène catastrophique pour la planète et pour l'humanité. Nous l'avons déjà dit : tant que les puissances du monde ne changeront pas qualitativement leur mode de vie et elles s'y refusent obstinément, la planète est perdue. Et il n'y aura pas de miracle autre que la conscience humaine...

Total veut produire 500000 tonnes de biocacarburant par an dans sa bioraffinerie de la Mède près de Marseille. La multinationale française veut importer 300000 tonnes d'huile de palme par an à cet effet. Il est évident que la production d'huile de palme occasionnera la destruction de la biodiversité en Asie et en Afrique, notamment au niveau du bassin du Congo où Willy Etoka détruit déjà des forêts primaires pour les remplacer par des palmeraies. Le ministre Nicolas Hulot a pourtant affirmé que la France n'allait pas importer des produits issus de la déforestation qui accentue le changement climatique. Hélas, les préoccupations écologiques sont battues en brèche par les intérêts financiers. On se demande comment il pourrait concilier ses valeurs et le fait d'être un ministre dans un gouvernement qui n'a que faire de la donne écologique. On pourrait penser que le biocarburant a été imaginé pour réduire l'utilisation du pétrole et ainsi minimiser les rejets de CO2 mais les recherches indiquent qu'il s'agit de compenser la baisse de la consommation du diesel voué à la disparition d'ici quelques années pour cause de pollution aux particules fines.

Nous sommes préoccupés par les forêts du bassin du Congo qui vont certainement être encore plus détruites pour satisfaire les intérêts de Total qui pollue déjà la région du Kouilou et la ville de Pointe-Noire par l'exploitation pétrolière. On estime que Total aura besoin de 650000 tonnes de matières premières pour produire son biodiesel. Nous émettons l'inquiétude que cette demande affecte les forêts du Congo qui risquent d'être rasées au bénéfices de palmeraies géantes - d'autant qu'en dépit des manifestations de paysans français, le gouvernement Macron persiste dans le maintien de ce projet; Le ministre de l'agriculture français ayant affirmé que l'Etat ne reviendra pas sur cet accord signé avec Total.

Pendant que d'un côté Denis Sassou alias Nguesso vousparlede fonds bleu censé préserver la forêt, de l'autre, Willy Etoka parmi tant d'autres, détruit les forêts primaires pour les remplacer par des palmeraies avec perte inestimable de la biodiversité. Comment peut-on quémander de l'argent au monde quand on donne l'autorisation de détruire des forêts ? Cela montre que le Fonds bleu n'est qu'un attrape-pognon qui ne s'intéresse qu'à l'argent facile et à rien d'autre. Et avec ça, on organise des grosses conférences internationales pour soi-disant lutter contre le changement climatique, alors même qu'on ne change rien quant aux comportements qui provoquent le dysfonctionnement du climat. Ces derniers temps, les médias français font étalage de leur préoccupation de la pollution de la Méditerranée par le plastique qui pollue déjà les océans - entraînant des ravages au niveau de la faune marine (poissons et tortues), une pollution qui s'ajoute aux pesticides rejetés dans l'océan. Le profit n'est pas pour le moment compatible avec la protection de la planète. Autant dire qu'elle est perdue. Nous avec.

Forêts détruites, océans pollués, c'est notre maison terre que l'on détruit et nous sommes impuissants face à ce désastre. D'un côté, on a besoin d'argent qui ne profite pas à toute l'humanité, de l'autre, cela entraîne la destruction de la planète. On peut donc en déduire que pour le profit de quelques individus, le libéralisme détruit la planète - c'est-à-dire, l'humanité et la totalité de la vie dur terre. En France, on constate la disparition d'oiseaux, disparition expliquée par la destruction des insectes qui constituent leur nourriture. On doit cela aux pesticides de Monsanto, une société qui vient de disparaître avalée par la multinationale Bayer qui a décidé d'en faire disparaître le nom - tout en continuant le projet criminel de cette société. Qui sont donc ceux qui veulent la disparition de l'humanité et de la vie sur terre ? On ne peut qu'arriver à ce questionnement. Pendant que l'humanité se préoccupe de gagner de l'argent, une petite portion d'êtres apparemment humains travaillent à détruire la planète et à l'allure où vont les choses, ils y parviendront sans difficulté dans moins d'un siècle. A moins que l'humanité se réveille...

 

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN" MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Pépinière de palmiers de la société de Willy Etoka

Pépinière de palmiers de la société de Willy Etoka

La destruction des forêts du Congo provoquée par la société de Willy Etoka

La destruction des forêts du Congo provoquée par la société de Willy Etoka

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 17:53

Chers lecteurs, permettez que j'insiste sur le problème soulevé par le Général Nianga Ngatsé Mbouala sur l'avenir des Mbochis comparativement à l'avenir des Congolais qui ne sont pas tous hélas des Mbochis - même si tous les Mbochis ne profitent pas directement du régime dictatorial instauré par le monstre de l'Alima. L'aspect que TATA MANDEFO soulève ici est un aveu du complot mis en place par les Mbochis pour conserver le pouvoir au sein d'une même ethnie. Même si l'avenir des Mbochis ne profitent pas à tous les Mbochis, cette politique discriminatoire des autres ethnies à tous les niveaux est soutenue par tous les Mbochis : en effet, si les Mbochis arrêtaient de soutenir cette conspiration contre l'avenir de tous les Congolais et contre la destinée de tout un pays, il y a belle lurette que Denis Sassou Nguesso ne serait plus au pouvoir. Donc, ce dictateur bénéficie du soutien de son ethnie et d'ailleurs, il a réussi à asseoir une idéologie que le pouvoir appartient à tous les Mbochis et à eux seuls.

Ne vous fiez pas au fait que quelques mauvais esprits de toutes les ethnies sont associées à des postes ministériels, les décisions importantes étant prises à Oyo par sept énergumènes tous Mbochis comme l'avait révélé la Lettre du Continent. Si tous les ministres étaient mbochis, si à tous les niveaux, il n'y avait plus que des Mbochis, déjà qu'ils sont très incompétents ayant été choisis juste pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'ils ont comme compétence, le régime de l'ethnocratie aurait été facilement identifié - même par le plus aveugle de tous les Congolais.

Quelqu'un a dit : "Les Mbochis d'abord, les autres après" ; c'est ce à quoi on assiste en laissant quelques postes sans importance aux autres ethnies _ et encore. Voilà le régime qui caractérise l'avenir des Mbochis que le Général Nianga Ngatsé Mbouala veut maintenir. Partout, vous ne verrez d'abord que les Mbochis - surtout les plus incompétents qui ne sont à des postes de direction que par la proximité ethnique au gangster en chef au sommet de l'Etat.

Quel avenir peuvent avoir les Congolais dans cette situation où l'avenir des Mbochis est une incompétentocratie ethnique doublée d'une impunité absolue qui laisse libre cours à tous les excès, à tous les pillages, à toutes les violences ? Dans notre pays, il suffit de dire : " Je suis Mbochi " pour que la loi s'écrase, que l'impunité s'installe. On peut massacrer, voler, détruire le pays, le fait d'être Mbochi suffit à bénéficier d'une impunité absolue - surtout quand on est proche du Kani suprême gangster d'Etat avec impunité constitutionnelle. Voilà des gens, qui ont ruiné le pays en détournant toutes les ressources de l'Etat et en laissant des dettes à la place, puisque même quand cela n'était pas nécessaire, Sassou a endetté l'Etat, laissant comme seul avenir aux Congolais des dettes qui finiront par compromettre l'avenir du Congo pour toujours, des barbares primitifs qui veulent rester au pouvoir ad vitam aeternam.

Le Congo n'a pas d'écoles d'ingénieurs ou d'architectures, pas de grands centres de recherches, aucune industrie digne de ce nom, et nous n'avons même pas d'infrastructures dignes de ce nom. Et avec ça, les Mbochis qui ont prouvé qu'ils étaient les pires de tous les Congolais veulent continuer à avoir un avenir, c'est-à-dire, être au sommet de l'Etat pour continuer à diriger le pays, à le plonger dans l'abîme. Avec une justice corrompue totalement mbochisée, avec une force publique en majorité mbochie, il est impensable que le pouvoir qui est un gibier pour eux, s'échappe des filets de la dictature mbochie. Il est temps de dénoncer cette castification ethno-étatique qui dirige notre pays en le noyant au fond de l'abîme.

Un pays sélectionne parmi ses enfants une élite pour s'assurer un progrès, un développement qui profite à tous car dans tous les pays du monde, seule une petite portion bien choisie  permet de porter tout le pays vers l'avant. En ethnocratie, on ne prend plus le temps de sélectionner les meilleurs filles et fils d'un pays : on se contente d'une cooptation ethnique - surtout quand on est proche du roi dictateur par le sang. Qui peut dire que le ventripotent Jean Jacques Bouya aurait occupé son poste de manager des grands et petits travaux de tout le Congo s'il n'était pas le neveu de Sassou ? Aujourd'hui, même les Mbochis de Ngamakosso le critiquent mais il demeure en poste à cause de sa proximité au monstre d'Edou. Qui peut croire que Kiki Rikiki aurait dirigé la SNPC s'il n'était pas le fils du fossoyeur mbochi de la république ? Partout où l'on regarde, l'observation empiriique laisse constater que le choix des hommes dans notre pays privilégie d'abord les Mbochis. Même Téléfoufou ne présente que le folklore mbochi comme si c'était la seule ethnie du Congo.

Il est connu que les valeurs éthiques ont très peu de valeur au sein de l'ethnie Mbochi. Au contraire, plus tu voles et pilles les caisses de l'Etat, plus on t'applaudit en tant que "mobali". Au sein de cette ethnie, notamment au niveau de la continence sexuelle, ce qui est antivaleur pour tous les hommes est valeur pour eux, de sorte que l'on peut prendre la femme de son frère, de son oncle, de son père, la sœur de sa femme, lui faire un mome - sans que cela n'offusque personne. Ne me dites pas que sociologiquement ce que je dis ici ne s'observe pas sur le terrain. Il y a une culture de flambleur au sein de cette ethnie qui fait qu'ils ne font pas grand cas de la dépense - surtout si l'argent a été dérobé dans les caisses de l'Etat. C'est à cet avenir du lé nza, lé nua, lé hiba mbongo que le Général Nianga Mbouala fait allusion. Un avenir qui passe par la séquestration à jamais de l'Etat pour jouir de l'argent facile. L'avenir des Mbochis, c'est la ruine du Congo, la mort de l'avenir de tous les Congolais.

Les propos du Général Tata Mandefu dévoilent que les Mbochis ne se considèrent pas comme les autre ethnies du Congo pour que leur avenir soit lié à celui de toutes les autres ethnies qui composent le Congo - ce qui est la définition même d'un avenir national. Ils ont un avenir à part et les autres ethnies du Congo ont un avenir à part. Ils se la jouent eux contre le reste des ethnies - pendant qu'ils nous font croire que nous partageons le même destin. Quand ils vous parlent d'unité nationale, ne les croyez pas puisqu'ils ne pensent qu'à eux. Non, ce sont des prédateurs qui ne le disent pas mais qui vous le montrent. Ils sont en guerre contre le reste des Congolais comme s'ils constituaient à eux seuls un pays dans le pays, un peuple dans le peuple.

Je le dis ici d'une manière claire et distincte que les Congolais n'auront pas d'avenir tant que des barbares primitifs auront un avenir qui leur permettra de ruiner le pays tout entier. En effet, vous l'avez remarqué que tous les projets qu'ils entreprennent doivent d'abord profiter aux Mbochis et au nord par extension - alors même que les ressources proviennent en majorité du sud du pays. Il est temps que les Congolais s'insurgent contre le complot des Mbochis contre notre pays.

On va arrêter de jouer aux hypocrites en disant la vérité car les faits et les événements dans notre pays corroborent ce discours - nonobstant quelques procès intentés à des proches du roi d'Oyo-Congo. Si nous constatons quelques critiques contre Denis Sassou Nguesso qui viennent du nord ou des Mbochis, c'est à cause de la  crise qu'ils ressentent et surtout parce qu'ils subissent les conséquences d'architectures mal construites. En plus de vingt ans, nous n'avons pas vu une  seule contestation de leur part : Sassou a toujours bénéficié du soutien de son ethnie Mbochi quoi qu'il fasse. Et d'ailleurs, la milice privée mbochie ne s'embarrasse pas de scrupules quand il s'agit d'aller massacrer les populations kongos.

L'ethnocratie est le plus grand mal du Congo. Et ceux qui ont poussé cette conspiration à bout au point de faire de l'avenir d'une ethnie la seule possession du pouvoir d'Etat, on les connaît au travers de l'inquiétude proférée par le Général Nianga Mbouala - comme si sans le pouvoir, les Mbochis ne savaient plus rien faire. Pour garantir l'avenir des Mbochis, jusqu'où peut aller cette ethnie ? Jusqu'au génocide des autres ethnies ? Il est temps que les Congolais ne s'embarrassent plus de discours conventionnels car l'avenir de tout un pays est menacé par une toute petite ethnie du Congo...

 

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 13:13

L'avenir des Mbochis, c'est une façon habile d'évoquer le pouvoir entre les mains de cette ethnie au Congo-Brazzaville. Le Général Nianga Ngatsé Mbouala a dévoilé le secret en public. La stratégie du pouvoir des Mbochis est de garder le pouvoir au sein de leur seule ethnie pour l'éternité. Et si ce dernier peut rester au sein de la même famille, tant mieux car le gangster en chef au sommet de l'Etat ne peut que garantir les biens et richesses mal acquis du système construit par son père ou son oncle ou son cousin. Denis Sassou alias Nguesso n'étant pas éternel comme tout homme, il est brûlant de penser maintenant au sein de l'ethnie à sa succession et chacun y pense pas juste en se rasant mais même en mangeant un morceau de ngoki.

Nous avons depuis longtemps compris que ce régime ne travaille pas au bien-être ou au mieux-être des Congolais mais juste à "l'avenir des Mbochis", à la conservation du pouvoir au sein d'une même ethnie ; d'où le concept d'ethnie-Etat que nous avons créé. Oui, la seule chose qui compte pour le monstre de l'Alima et les siens, ce n'est pas de développer le Congo mais de conserver le pouvoir pour garantir à jamais l'avenir des Mbochis qui ne sait pas se faire en dehors de la séquestration de l'Etat. Il faut que l'ethnie Mbochi demeure l'ethnie-Etat pour que les Mbochis aient un avenir. Et quiconque n'a pas compris cela n'a rien compris de ce qui se joue dans notre pays. Pour eux, l'avenir du Congo importe peu : on peut le livrer aux étrangers, vendre toutes les terres, toutes les rivières, toutes les ressources ; on s'en fout. Seul importe que les Mbochis aient toujours un avenir au sommet de l'Etat.

Il y a une question que tous se posent actuellement, vu que le roi a soixante - quinze (75) ans : qui est le mieux placé au sein de l'ethnie pour garantir l'avenir des Mbochis ? Le Général Nianga Ngatsé Mbouala s'est posé cette question en l'attribuant au Général Norbert Dabira et il mentirait mal s'il disait qu'il ne se la pose pas lui-même. L'avenir des Mbochis n'est pas soluble dans l'avenir des Congolais. Au contraire ! Tant que les Mbochis auront un avenir en détenant le pouvoir, cela se fera au détriment de l'avenir de tous les autres Congolais.

Dans cette succession qui se profile, il n'y a qu'un seul fauteuil pour deux candidats potentiels bien identifiés : le fils ou le neveu. Denis Kiki Rikiki Sassou Nguesso a déjà annoncé les couleurs en présentant son programme qui le place comme successeur dynastique au pouvoir royal de son père. Il continuera les choses en l'état puisque personne ne sera poursuivi - même pour haute trahison de la nation : en effet, en premier Angwalima du Congo, il serait mal advenu qu'il fasse la chasse aux autres boukouteurs, Mbochis ou pas ! C'est le premier qui mérite en effet d'être poursuivi auprès des tribunaux ! Avec lui, l'avenir des Mbochis serait  entre les mains de muana ndeya, le fils de l'espoir dans la continuité du vol des deniers de la république royale bananière d'Oyo-Congo. Ce n'est pas pour rien qu'il prend des cours de mbochi.

Cependant, tapi dans l'ombre, il y a Jean Dominique Okemba, le neveu simba nkissi de Sassou, qui s'illustre sur des tombes, pistolet mal chargé à la main, lui, le chef de la sécurité diurne et nocturne du grand kani qui aurait soi-disant maîtrisé l'esprit de Sassou du côté obscur - au point où Sassou accepte tout ce qu'il dit ou fait. C'est le chef incontestable de la sécurité qui a réussi à passer au travers des mailles du filet lors de l'affaire du petit Hiroshima du 4 mars 2012, expédiant par la même occasion, son second, le colonel Marcel Ntsourou ad patres par la case prison. Accusé par le Général Nianga Mbouala de fomenter un  coup d'Etat, Sassou n'a même pas jugé ce coup-ci de l'entendre. Et l'homme se défend en accusant de jalousie ses adversaires ; il n'a aucune ambition présidentielle - si on le comprend, lui, l'homme qui a été décoré pour services rendus par celle qui fait et défait les gouverneurs noirs dans notre pays, j'ai nommé la France. En lisant sa lettre, on découvre ses arguments : on est jaloux de sa haute responsabilité et là, il vise Nianga Mbouala, on oublie qu'il est proche du roi par le sang - même si dans l'histoire, on a vu des fils assassiner des pères ou des neveux tuer des oncles pour le pouvoir. En Guinée Equatoriale, Obiang, chef d'Etat Major, a bien tué son oncle pour le pouvoir qui est resté au sein de la famille Obiang. Il prétend que la communauté internationale ne le laisserait pas faire - comme si elle avait quelque chose à voir quand la guerre au poste de gouverneur noir ne concernait pas ses intérêts. Sassou a bien fait un coup d'Etat. La communauté internationale, entendez les puissances du monde, n'a rien dit ou fait. Si un homme décoré par la France pour services rendus à l'Hexagone fomentait et réussissait un coup d'Etat contre un homme politique illégitime, ce n'est pas elle qui se plaindrait. Bref, les arguments de Jean Dominique Okemba ne tiennent pas la route une seconde. Et cela, la Bête de l'Alima le sait !  Elle n"ignore pas aussi que s'il venait à mourir brusquement, Jean Dominique Okemba n'aurait aucun mal à prendre le pouvoir car il a plus de pouvoir au sein de l'ethnie que Kiki Rikiki.

La question qui se pose est la suivante : Jean Dominique Okemba survivra-t-il à Denis Sassou alias Nguesso ? En effet, si Otsombe veut que son fils règne après lui, il lui faudra d'une manière et d'une autre résoudre le cas de son simba nkissi de neveu Jean Dominique Okemba. Et nous pensons qu'Okemba le sait, lui qui détiendrait le dossier médical de Sassou, selon une certaine rumeur. Il aurait tort de penser qu'il est irremplaçable. Certes, il est utile à Sassou mais pas indispensable et si le monstre d'Edou découvre qu'il trame quelque chose dans son dos, il n'hésitera pas à l'éliminer. N'a-t-il pas commencé à attaquer les membres de sa propre ethnie, après avoir éliminé un Ntsourou, un Téké, qui s'est battu pour le ramener au pouvoir ? Qu'on se rappelle que le pouvoir, c'est le MAL AUTORISE, le permis de tuer en toute légitimité et en toute illégitimité. ET QUAND LE MAL EST EXERCE PAR DES BARBARES PRIMITIFS - MEME EN COL BLANC, IL N'A PAS DE LIMITES. Sassou n'aura aucun scrupule si son pouvoir est menacé. En matière de pouvoir, seul celui qui frappe à mort le premier survit.

Espérons juste que Jean Dominique Okemba n'ait vraiment rien à se reprocher et que le Général Nianga Ngatsé Mbouala l'accuse à tort et à travers, ce qui n'arrange rien au passage entre les deux hommes. Il est à peu près sûr qu'il n'y a pas une épée de Damoclès au dessus de la tête de JDO mais une mâchoire de crocodile grandement ouverte avec des crocs empoisonnées au venin de cobra. Ce n'est pas parce qu'il dirige l'instrument d'espionnage et de mort du régime dictatorial de l'avenir des Mbochis que la mort ne pourrait pas le frapper. Et il le sait... Sinon, pourquoi prendrait-il la peine à chaque fois de se justifier ?

 

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 13:09

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 19:27
DECLARATION DU PRESIDENT DU MRLC LE PRESIDENT NOËL EMMANUEL LONGUY

Noël Emmanuel LONGUY
Président élu de la diaspora congolaise,
Président du Mouvement Républicain pour la Libération du Congo/ Brazzaville

 

DECLARATION DU PRESIDENT DU MRLC LE PRESIDENT NOËL EMMANUEL LONGUY


Peuple congolais, chers compatriotes,

Le 29/05/2018 à Paris, les barbares venus du Congo Brazzaville, ont voulu assassiner le résistant Roland NITOU, membre du  Mouvement Républicain  pour la Libération du Congo,  Secrétaire chargé à la diplomatie.  

Je condamne fermement et avec une grande énergie cet acte crapuleux sur le sol français par des étrangers.

Je réaffirme mon soutien total et indéfectible à Roland NITOU et à tous les résistants et résistantes,  ainsi que les démocrates et les républicains qui se battent pour la libération du Congo Brazzaville.

J'en appelle à la justice française de faire toute la lumière, d'établir les responsabilités et de prononcer les condamnations, car des cobras formés par le régime de  M. SASSOU, et qui l’accompagnent, viennent brutaliser des franco- congolais  sur le sol français. C’est inadmissible !

Je demande au gouvernement français de condamner tous ces actes barbares commis sur son sol par des étrangers armés qui accompagnent Mr SASSOU.


Dores et déjà, le Mouvement Républicain  va porter plainte contre les agresseurs dont l’un, nommé BOKILO a été mis en garde à vue  par la police française.

A la diaspora du Congo Brazzaville à travers le monde, je vous demande de nous rassembler et de demeurer unis dans le combat contre la dictature de SASSOU.

Au peuple Congolais dans toute sa diversité, n'ayons plus peur d'agir, la démocratie se réinstallera dans notre pays.

VIVE LA DIASPORA

VIVE LA REPUBLIQUE
VIVE LE CONGO    
        

Noel Emmanuel LONGUY, Président du MRLC
 

DECLARATION DU PRESIDENT DU MRLC LE PRESIDENT NOËL EMMANUEL LONGUY
Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 09:42

Roga Roga joue ce soir au palais de Congrès de Montreuil. Non, Roga Roga n'est plus un artiste musicien. Il est désormais un politichien, griot vuvuzela, propagandiste de la dictature de la république d'Oyo-Congo pour la défense de l'avenir des Mbochis - selon l'indiscrétion révélée publiquement par le Général Nianga Mbouala Ngatsé. C'est à ce titre que les jeunes Congolais de la diaspora française le combattent. Roga Roga a quitté le champ de la musique pour celui de la politique en tant que fonctionnaire décoré et embauché par le mora Satan.  Combattre Oyo Musica est donc un extra combat politique que la France devrait comprendre en interdisant de tels fonctionnaires propagandistes qui viennent provoquer la diaspora congolaise dans l'Hexagone. Roga Roga soutient ouvertement Denis Sassou alias Nguesso et l'avenir des Mbochis : n'a-t-il pas dit que même un article a une équipe qu'il supporte et que lui a choisi de soutenir Denis Sassou alias Nguesso ? Il a même produit une chanson qu'il a présentée dans une vidéo. Dans cette tâche de traître au pays qui lui a donné la vie, il est soutenu par un certain mora Satan, putschiste en puissance pour l'avenir des Mbochis.

L'artiste est un homme inspiré, libre, versé dans l'universel, qui reste dans le domaine de l'art et qui n'est pas acheté par un pouvoir pour faire sa propagande. Le propagandiste fait de la politique et non de la musique ou de l'art. Roga Roga bat campagne pour la dictature qui détruit tout un peuple pour garantir l'avenir des Mbochis. Si l'on combat Denis Sassou alias Nguesso, ce n'est que normal de combattre son vuvuzela, Roga Roga qui ne se rend pas compte qu'il soutient des assassins en col blanc, des destructeurs de tout un peuple pour la seule défense de l'avenir des Mbochis. Cela est facile à comprendre. Il n'y a pas de dictature sans violence et sans propagande et cette dernière est une forme de violence culturelle.

Nous mettons en ligne une vidéo qui montre que le boycott de ce concert a  déjà commencé cette nuit - avant même le concert de ce soir 26 mai 2018. Palais des Congrès brûlé en partie, voitures cassées, etc. Une jeune dame a filmé les dégâts qui ont dû avoir lieu la nuit dernière. Elle a constaté le vandale de sa voiture. Ca promet pour le concert de ce soir - s'il est maintenu.

La mairie de Montreuil sera seule responsable des troubles à l'ordre public qui émailleront le concert de Roga Roga, fonctionnaire propagandiste  et griot de la dictature de la république royale d'Oyo, ce soir. Les troubles ont déjà commencé. Ce concert est une provocation. Ce n'est pas de l'art ou de la culture mais de la politique. Le politichien Roga Roga, vuvuzela de la dictature d'Oyo pour l'avenir des Mbochis, doit être combattu ! Nous soutenons le combat des jeunes sur la place de Paris contre ce concert. Roga Roga, piètre chanteur, ne fait plus de la musique depuis qu'il est devenu un politichien. Les Congolais ne doivent plus acheter ses disques, ni assister à ses concerts. C'est de l'autotrahison que de soutenir un pareil énergumène à la voix de crapaud qui croasse pour de l'argent mal acquis...

 

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 18:05

Nous avons tous suivi le procès en inquisition du Général Norbert Dabira accusé d'atteinte à la sûreté d'Etat au travers d'un complot visant paraît-il à faire exploser l'avion du roi Sassou en vol, procès d'injustice au cours duquel  le Général Nianga Mbouala alias Tata Mandefu, est venu témoigner à charge contre un autre Général comme lui : Norbert Dabira, Général de Division, tous les deux Mbochis comme 98% des officiers de la milice ethnique qui nous tient lieu de "faiblesse" publique - selon la qualification d'Asie Savon de Marseille. Pour le même chef d'accusation que le Général Mokoko, lui s'en tire à bon compte avec cinq ans tandis que le Général Jean Marie Michel Mokoko prend vingt ans de prison. Il n'a même pas été utile d'entendre les deux tireurs d'élite proposés par le Général Nianga Mbouala Ngatsé - comme si Norbert Dabira pouvait faire un attentat tout seul. Etrange !

Accusé par Nianga Mbouala comme le principal bénéficiaire de l'opération visant à liquider le kani Denis Sassou alias Nguesso, dans la mesure où les autres membres de l'ethnie-Etat travailleraient désormais pour lui, Jean Dominique Okemba alias mora Satan qui s'est fendu d'une simple lettre de justification et de démenti n'a même pas été entendu par la cour suprême de l'injustice royale - alors qu'il a été publiquement accusé par le Général Nianga Mbouala Ngatsé de fomenter un coup d'Etat. Ailleurs, il aurait été convoqué pour être entendu et confronté aux deux autres Généraux du système. Dans sa lettre, il nous explique en fait pourquoi il ne peut être poursuivi : son immunité absolue de sang royal - pour être un proche parent du roi Denis Sassou alias Nguesso. Nous avons tous vu comment l'immunité du Général Jean Marie Michel Mokoko a été piétinée comme une simple paille  par un tribunal mbochi : Sassou donne, Sassou reprend. Sassou fait, Sassou défait.  N'a-t-il pas réduit feu Ntsourou, un Téké,  de colonel, à simple soldat pour ensuite donner l'ordre de le liquider en prison - pour éviter qu'il ne  dise la vérité aux juges français concernant le massacre des disparus du Beach, soit 354 Kongos tués - sans raison ? Sassou a oublié que Ntsourou l'a aidé lors de son putsch de 1997. Le plus grand tort du colonel Ntsourou était de ne pas être Mbochi mais Téké.

Le Général Nianga Mbouala Ngatsé, bénéficiant lui aussi de l'immunité de sang royal, a juste été entendu en qualité de témoin à charge - alors même qu'il était accusé par le Général Norbert Dabira de faire partie du complot car un complot ne se fait pas seul : il faut des complices tout aussi coupables que le leader du coup fourré. Nianga Mbouala n'a pas fait que charger le Général Norbert Dabira ; il en a profité aussi profité pour mettre en cause Jean Dominique Okemba - comme s'il avait un compte à régler avec Mora Nzambé.  Il a peut-être dit la vérité mais qu'importe puisqu'on dit que JDO a déjà vaincu Sassou la nuit et ne reste que la victoire du jour  ? Avec Jean Dominique Okemba, le pouvoir demeure au sein de la famille royale : ce n'est donc pas si grave que ça qu'il règne après Sassou. Si déjà le fait d'être Mbochi est une situation atténuante, appartenir à la famille royale est une sorte d'immunité absolue de sang. En effet, si  le fait d'être Mbochi atténue une peine de prison de quinze ans pour la ramener à cinq au lieu de vingt, appartenir à la famille royale par le sang ou par l'alliance comme Castanou - absout tout : les écoutes illégales, le vol, le crime, les détournements, les meurtres, l'incompétence, etc. Modeste Boukadia, pour moins que ça, a été condamné à trente ans de prison juste pour avoir demandé un gouvernement d'union nationale : normal car c'est un simple Sudiste ; cela se comprend très vite. Nous voyons comment on ne prend pas de gants quand il s'agit de massacrer les Sudistes tandis qu'au nord et en territoire mbochi, on se la coule douce. Jamais un président du sud n'a bombardé le nord du pays. Il y a d'un côté le kimuntu et de l'autre la barbarie la plus primitive - surtout quand il s'agit de terroriser ceux qui peuvent développer le pays - alors que pour les Mbochis et les Nordistes, le pouvoir ne sert qu'à s'enrichir et nous allons le prouver. Depuis le retour de Denis Sassou alias Nguesso au pouvoir, le Congo a engrangé beaucoup d'argent en vingt ans, il y a eu plus de 14000 milliards de francs cfa d'excédents budgétaires. Cet argent et la plus grosse partie du budget de l'Etat a été détourné pour garantir l'avenir des Mbochis. Ils ont eu plus de vingt ans et des sommes colossales pour transformer le Congo en pays émergent ou semi-industriel mais ils ont plutôt pillé les caisses de l'Etat !

En une phrase attribuée au Général Dabira, le Général Nianga Mbouala Ngatsé a résumé la préoccupation centrale des " politichiens " du nord, surtout de ceux qui appartiennent à la secte au pouvoir, à l'ethnie-Etat, un concept qui prend ici tout son sens. Nianga Mbouala Ngatsé peut attribuer ses inquiétudes à Norbert Dabira mais c'est lui qui parle, c'est donc son idée sortie de sa bouche barbue à souhait : que va devenir l'avenir des Mbochis ? Vous avez bien entendu : il est ici question de l'avenir des Mbochis et non de l'avenir du Congo et des Congolais. Et dire cela en public montre que les Mbochis ne prennent même plus de gants pour en parler. Nous comprenons aisément que les Mbochis ne sont au pouvoir que pour assurer l'avenir des Mbochis et rien d'autre. Les autres ethnies du Congo ne se posent pas cette question car ils n'ont pas d'avenir, leur avenir étant incompatible à celui des Mbochis. Pourquoi ? Parce que l'avenir, c'est la détention du pouvoir. Cette question est celle qui rassemble les Mbochis autour des privilèges que leur confère le pouvoir. L'AVENIR DES MBOCHIS, C'EST D'INCARNER L'ETAT, C'EST-A-DIRE, LE POUVOIR. LES MBOCHIS SONT BEL ET BIEN L'ETHNIE-ETAT DU CONGO. Perdre le pouvoir pour les Mbochis, c'est ne plus avoir d'avenir du tout ; c'est ce que cet aveu de Nianga Mbouala Ngatsé veut dire.

Qu'on m'explique comment une ethnie qui détient tous les pouvoirs, les Mbochis occupant tous les postes importants de décision, les Mbochis tenant l'armée, l'Etat devenu ethnie-Etat, des gens qui ont détourné plus de 14000 milliards de francs cfa, peut avoir peur de l'avenir. Ils possèdent les médias et la plupart des hommes d'affaires comme  Willy Etoka sont Mbochis, ils occupent le plus grand nombre d'emplois dans la fonction publique, gangrènent presque toute la milice d'Etat et contrôlent toutes les sources financières du pays car rien ne se fait sans eux - sans qu'ils en tirent profit. Une telle inquiétude, c'est la preuve qu'ils n'abandonneront jamais plus le pouvoir entre les mains d'une autre ethnie - alors que ce sont des barbares primitifs incapables de développer un petit pays de quatre millions d'habitants, même pas, si on enlève les étrangers ! Nous sommes entrés en " incompétentocratie " depuis plus de vingt ans. Toutes les petites infrastructures ne sont là que pour tromper l'opinion publique et justifier la sortie de milliers de milliards pour des projets surfacturés : il faut bien créer des occasions de détourner l'argent - pour garantir l'avenir des Mbochis !

De quoi s'inquiète donc le Général Nianga Mbouala Ngatsé quand il parle de l'avenir des Mbochis ? L'avenir du reste des Congolais que les Mbochis ont ruiné n'est-il pas important ? S'ils étaient au moins compétents et désireux de développer le pays, cela se saurait mais ils nous prouvent chaque jour qui passe que ce sont des barbares primitifs, des barbares en col blanc, qui pour leur avenir qui n'est autre que la conservation du pouvoir, sont prêts à massacrer le reste des Congolais comme si seuls les Mbochis étaient importants dans notre pays - alors qu'en plus de quarante ans de pouvoir, ils ont fait la preuve qu'ils sont les pires de tous les habitants du Congo, des incompétents notoires, des criminels génétiques, des assassins de sang froid comme les sauriens.

Le procès en injustice et en inquisition nous a montré le niveau de leurs Généraux - y compris celui du plus instruit d'entre eux. Ils ont les armes et font en sorte que l'armée soit entre leurs mains pour conserver le pouvoir ad  vitam aeternam. Ils savent s'entendre quand l'avenir des Mbochis, à savoir, la perte du pouvoir, est en cause. Vous les verrez dépasser leurs conflits, leurs animosités à la mort de l'éléphant ou quand il aura cessé de piloter le pays, au nom de l'avenir des Mbochis. Le Congo vit sous un complot mbochi, une ethnie qui idéologiquement se considère comme l'Etat du Congo, un peu comme une caste hégémonique politique. Hélas, le reste des Congolais n'est pas assez uni pour contrer " l'avenir des Mbochis " qui se construit sur la ruine du Congo. Vous avez au travers de cette hantise qui anime tous les Mbochis qui ne vivent que du pouvoir le problème numéro un du Congo : ils sont prêts à tout pour conserver cette position. Vous avez la preuve qu'idéologiquement, les Mbochis - même s'ils ne profitent pas ou ne jouissent pas des privilèges du pouvoir n'entendent absolument pas qu'un membre d'une autre ethnie se juche au sommet de l'Etat car un Makoua au pouvoir prendrait le pouvoir pour les Makouas. Nous validons le concept d'ethnocratie et celui d'ethnie-Etat par la même occasion.

Même ruiné, il restera toujours assez d'argent à notre Etat pour que l'avenir des Mbochis soit assuré s'ils restent au pouvoir pour se goinfrer comme des crocodiles de l'Alima. C'est pour le peuple que cela pose problème car l'ethnie-Etat ne payera pas les pensions, les salaires et les bourses des étudiants pour mener la belle vie que seuls les Mbochis méritent...

Vous êtes donc avertis et je vous le dis sans périphrase, sans détour et sans euphémisme : LES MBOCHIS NE LAISSERONT PLUS JAMAIS LE POUVOIR. Que cela soit dit et entendu. Le Congo est condamné à voir un Mbochi succéder  un autre Mbochi au sommet de l'Etat privatisé du Congo. Pour le malheur de tout un pays. La seule compétence dont ils ont besoin consiste à être capables de conserver le pouvoir et rien d'autre. Et pour cela, il suffit de tenir l'armée pour avoir le droit légitime de tuer, de massacrer les Bakongos et de terroriser le reste du peuple... A moins d'un sursaut de l'histoire car les armes ne garantissent toujours pas un avenir ethnique. Pour contrer "l'avenir des Mbochis" et contrarier l'histoire, le reste du peuple congolais n'a plus qu'un seul choix : s'unir.

Dabira a bien avoué que les Mbochis ont une armée secrète qui s'entraîne de façon cachée et que l'ethnie-Etat possède des avions de chasse. Tout ça pourquoi, chers amis ? Pour massacrer les autres ethnies qui voudraient leur prendre leur pouvoir qui n'appartient plus au peuple mais à eux et à eux seuls. Cependant, si tout le reste du peuple faisait front contre les barbares, à coup sûr, nous remporterons cette guerre. Hélas, Denis Sassou alias Nguesso a tout fait pour diviser le reste du peuple.

Oui, le Congo est bien en guerre. PAS CONTRE UN PAYS ETRANGER MAIS CONTRE L'AVENIR DES CONQUERANTS ET ENVAHISSEURS MBOCHIS. Ce n'est pas moi qui le dis mais le Général Nianga Mbouala qui en fait allusion autour d'une interrogation prêtée au Général Norbert Dabira. Tant que les Mbochis auront un avenir au sommet de l'Etat, nul doute que le  Congo est perdu. Vous verrez l'histoire confirmer mes dires. Aussi, au lieu de nous distraire avec deux présidents à la tête du MRLC, il est temps de bâtir une stratégie solide. Il s'agit de l'avenir du Congo, celui des Mbochis ayant déjà été assuré depuis plus quarante ans. Et qu'ils se tiennent tranquilles : l'avenir du Congo garantira l'avenir de tous les Congolais, y compris celui des Mbochis si un vrai démocrate accédait au pouvoir. Néanmoins, je le dis derechef ici : tout le monde doit rendre des comptes et pas que les tenanciers de l'ethnie-Etat. Les mauvais esprits de toutes les ethnies, complices du pillage du pays, doivent aussi rendre des comptes. Cette fois-ci, on ne lavera pas les mains. Nous jugerons même les juges...

NKOSSI, NGOMBULU ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 19:32
COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LES RESULTATS DE  L’ELECTION  DU 20 MAI  2018 DU  MOUVEMENT REPUBLICAIN POUR LA LIBERATION DU CONGO (M.R.L.C.)

Les Congolais de l’étranger étaient conviés à s’exprimer dans  le cadre d’une élection devant élire un nouveau président de la diaspora et du  Mouvement Républicain  pour la Libération du Congo (M.R.L.C.).  Sur un total de 274 voix exprimées, il  y a eu 9 abstentions  soit 3,28%, 6 blancs soit 2,18%,  9 votants pour le candidat par voie électronique soit 3,28%.  Le candidat NOEL EMMANUEL LONGUY obtient  DONC 259 voix soit 94,5% du suffrage total sous entendu 250 voix en physique soit 91.2%.  Il est donc élu Président de la Diaspora et du MOUVEMENT REPUBLICAIN POUR LA LIBERATION DU CONGO (M.R.L.C.).


Ce vote massif, lui accorde  la pleine légitimité des urnes et la plénitude  de l’exercice de son mandat. Un mandat qu’il entend placer sous le sceau du rassemblement et de la revitalisation du combat  politique. Cette  élection est un modèle de  la transparence.
Disposant d’une  urne   transparente  et   d’un isoloir, ladite  élection  a  acquis ses lettres de noblesse.  Garantissant le secret et la discrétion du vote  à la différence du vote à main levée habituellement  employée,   et qui  présente  l’inconvénient de  stigmatiser les électeurs qui votent contre.


La modernité de ce  vote demeure un exemple pour la communauté nationale  ainsi que pour la communauté congolaise de l'étranger. Cette élection est une réplique du  rendez - vous   manqué de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 au Congo Brazzaville, donnant au président élu  à  ce jour l’onction nécessaire pour paraître la figure légitime incontestée et incontestable au vu du contexte électoral jamais tranché au Congo  Brazzaville.


Nul doute que les élections au CONGO restent la source d’une inlassable dispute et conflit. De ce point de vue, la commission Ad Hoc et les  274  électeurs de la diaspora montrent là un bon exemple de la démocratie. AUCUN INCIDENT N’A ÉTÉ SIGNALÉ. L’élection  s'est bien passée  dans une bonne ambiance et avec une grande affluence. 


L’Allégresse accompagne l’élection du Colonel de Gendarmerie de son Etat. Le Président démocratiquement  élu de la diaspora et du M.R.L.C.   a prononcé ses premiers mots à travers les ondes  que bien entendu tout le monde aura l’amabilité de suivre.

Vive le Congo !

Vive la démocratie !

Vive les forces vives de la Diaspora

Fait à paris le 20 mai 2018.

POUR LA COMMISSION ADHOC,

 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LES RESULTATS DE  L’ELECTION  DU 20 MAI  2018 DU  MOUVEMENT REPUBLICAIN POUR LA LIBERATION DU CONGO (M.R.L.C.)
Partager cet article
Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 13:19

Nous mettons en ligne la vidéo de  Marcel Makomé, ancien ambassadeur du président LISSOUBA PASCAL LE GRAND, cité dans l'affaire qui oppose le Général Norbert Dabira à l'ethnie-Etat du royaume du Congo. L'homme a été cité par le Général Nianga Mbouala Ngatsé comme faisant partie du complot fictif qui viserait le renversement de monsieur Denis Sassou alias Nguesso : en effet, on juge dans cette affaire des intentions, rien que des intentions. Son nom apparaîtrait dans un document  donné par monsieur Castanou au Général Nianga Mbouala Ngatsé, un document dont la source est inconnue : il est accusé de participation à un complot avec Norbert Dabira visant à assassiner le monstre d'Edou.

Il a tenu à donner son point de vue en répondant aux questions de Mobebissi, animateur de BRAZZAPARISINFOS. Ecoutez ce qu'il dit à propos d'un procès qui verra la condamnation du Général Norbert Dabira à l'allure où vont les choses, un procès dans lequel monsieur Castanou qui n'a pas témoigné l'aurait cité dans un document présenté à la cour théâtrale de l'injustice de notre pays :

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg