Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 00:09

A ceux qui ne le savent peut-être pas, les étudiants de l'université Marien Ngouabi, la seule université du Congo - et on se demande pourquoi - manifestent à cause de plusieurs mois de bourses non payées, eux qui n'ont que ce seul subside pour soutenir leur scolarité - même quand ils savent qu'ils n'ont pas un avenir garanti car le chemin d'avenir vers l'enfer est pavé des ténèbres les plus profondes et les plus denses. Personne ne peut les entendre car tout le gotha alimien a le regard tourné vers le mariage de la princesse Caroline Sassou Nguesso avec un cadre de MTN. Rien ne doit venir troubler cet événement où des milliards de francs cfa vont être dilapidés en festivités à Oyo. Aux frais de l'Etat, bien sûr !

Un message reçu de mon site me demandait mon adresse mail pour l'envoi d'une vidéo qui démontre en suffisance la déshumanisation de la milice qui tient lieu de police à Denis Sassou Nguesso. La vidéo a finalement été envoyée, vidéo qui date du mercredi 8 mai 2013 d'après son expéditeur.

Quel drame ! Ô horreur, ô cauchemar ! Je compatis dans ma chair à cette atroce douleur et j'admire la résistance de ce jeune étudiant qui court en dépit de la souffrance qu'il endure.

Mutiler un homme qui manifeste pacifiquement, mais qui êtes-vous pour vous arroger de tels droits sur la vie de mon peuple et de mes concitoyens ? Ce sont des images insoutenables qui soulignent combien la répression de la manifestation des étudiants est d'une sauvagerie, d'une bestialité sans précédent.

Un jeune étudiant a la perdu l'usage d'une main et l'on se demande comment une telle violence a pu être commise - alors que les jeunes ne demandent que le paiement de leurs bourses au travers d'une manifestation pacifique. Il est deux heures du matin mais je me devais de voir cette vidéo que j'ai récupérée dans le dossier Spam.

Regardez le courir avec sa main totalement en lambeaux tandis que quelqu'un hèle désespérément un taxi. Non, c'est un crime odieux. Nul peuple ne devrait être martyrisé à ce point. Il faut que tout le pays se révolte car une telle barbarie est inacceptable. Ce n'est pas une police mais une bande d'assassins qui nous prouvent chaque jour qui passe qu'il n'y a aucune limite à l'horreur parce que ces gens ont perdu leur kimuntu pour retomber dans la bestialité la plus primaire. Même un insecte, une toute petite fourmi, vaut mieux que cette bande de monstres à visages humains. NOUS AVONS AVEC CEUX QUI ONT USURPE LE POUVOIR DANS MON PAYS TOUTE UNE HUMANITE DE DIFFERENCE. TOUTE UNE HUMANITE ! IL Y A LONGEMPS QUE NOUS LEUR AVONS RETIRE LE TITRE D'ETRES HUMAINS. NON, CE NE SONT PAS DES HOMO SAPIENS SAPIENS. MEME L'HOMME DE CRO-MAGNON VALAIT MIEUX QUE CES PRIMATES DE L'ERE DU JURASSIQUE PERDUS DANS UN MONDE QUI N'EST PAS LE LEUR ! NON, L'HUMANESSENCE NE S'ACQUIERT PAS A COUPS DE MILLIARDS. DONNER DES MILLIARDS A UN BONOBO NE FERA PAS DE LUI UN ETRE HUMAIN !

Il y a comme une contagion de la folie du sommet du pouvoir au bas de la hiérarchie. Mon Dieu, faites en sorte d'abréger les souffrances de mon peuple. Je ne vous ai jamais rien demandé pour moi, en reconnaissance de la grâce de la vie que vous m'avez donnée comme votre don le plus précieux. Je vous en prie, libérez mon peuple. Sa captivité a assez duré. Ce jeune a perdu l'usage de sa main et certainement beaucoup de sang. Apportez, chers lecteurs qui me lisez depuis Brazzaville, s'il vous plaît, une explication à cette situation insoutenable car tout homme digne d'appartenir encore à la gent humaine ne peut comprendre un tel mépris doublé d'une sauvagerie extrême.

D'après le CSCE, ce sont les gens de Ndenguet qui lui ont tiré dessus à bout portant. Jean François Ndenguet a dû ordonner que ses mercenaires tirent à balles réelles - ce qui est inadmissible dans un pas de droit - or, le Congo est une dictature où la seule loi est celle de la conservation du pouvoir, source d'argent facile, à tous les prix.

La milice-police de Sassou et de Ndenguet composée de mercenaires et de drogués braque les commerçants, vole, viole, pose des actes obscènes, tue, tire à bout portant sur des personnes sans armes, malgré tout cela, Jean François Ndenguet conserve son poste. IL A LES PLEINS POUVOIRS POUR DISTILLER LE MAL, LA SOUFFRANCE PHYSIQUE ET MORALE, LA MORT. MATER CETTE MANIFESTATION D'ETUDIANTS, CERTAINEMENT L'OCCASION DE LANCER UN AVERTISSEMENT AU PEUPLE CONGOLAIS : " ATTENTION, POUR NOTRE POUVOIR, NOUS SOMMES PRETS A TOUT ! NE TENTEZ RIEN ! " HELAS, IL ARRIVE COMME NOUS L'AVONS PREDIT UN JOUR OU LA PEUR S'EVANOUIT. CE JOUR EST POUR TOUTE TYRANNIE LE DEBUT DE LA FIN...

Toute une existence compromise pour la revendication d'un droit. Ce crime montre en suffisance que Denis Sassou Nguesso et sa bande de primates humanoïdes n'ont aucun respect pour la vie humaine, pour les droits les plus élémentaires. Et vous osez parler d'une république ? Et vous pouvez me dire que Sassou n'a pas basculé dans l'errance mentale, dans une sorte de perte de la réalité ? Tout ça pour la conservation du pouvoir ? Quelle conservation du pouvoir ?  Est-ce des étudiants désarmés peuvent menacer un pouvoir armé jusqu'aux dents ? Au secours ! Qui viendra à ton secours, peuple congolais ? TU ES CONDAMNE A TE BATTRE POUR OBTENIR TON SALUT ! 

CHERS COMPATRIOTES, NOUS DEVONS NOUS UNIR, QUEL QU'EN SOIT LE PRIX ! POUR L'AMOUR DE CE PEUPLE. TOUT AUTRE CHOIX RELEVERAIT DE LA LACHETE ET DE LA COMPLICITE. CONGOLAIS DE TOUTES LES DIASPORAS, CONGOLAIS DE L'INTERIEUR DU PAYS, JE LANCE UN APPEL A L'UNION. MES SOEURS, MES FRERES, NOUS AVONS UN PEUPLE EN DANGER A SAUVER ! IL NE NOUS RESTE SUR LA BALANCE QUE DEUX CHOIX : COMBATTRE OU MOURIR ! IL Y A LONGTEMPS QUE J'AI CHOISI MON CAMP...

 

 


Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 22:29

Décidément, au Congo, la réalité dépasse la fiction. Chaque jour apporte son lot d'inepties, de manifestation de la déraison - juste parce que le pouvoir a peur. Comment imaginer que la police cerne sans raison apparente la résidence de maître Jean Martin Mbemba, président de la commission des droits de l'homme ? Ses gardes ont repoussé la tentative d'effraction menée par six policiers. Personne ne peut dire que de Sassou, chef d'un Etat privatisé, Ndenguet, chef de la police politique du régime, Yoka, ministre de l'injustice qui n'entend jamais rien de ce qu'on lui reproche, personne n'est au courant de cette situation !

Question : qui a ordonné ce siège  et pourquoi ? Nous accusons Denis Sassou Nguesso d'être l'ordonnateur de cet encerclement afin d'intimider maître Jean Martin Mbemba. Rien ne se fait au Congo sans l'accord de Denis Sassou Nguesso ; il est d'abord avisé avant toute vélléité d'action scandaleuse et c'est bien entendu lui qui en donne l'ordre d'exécution. C'est un manque de respect de la vie privée et c'est tout bonnement inacceptable. Sassou a depuis longtemps dépassé le stade de dictateur pour celui de tyran et de bourreau de tout un peuple.

Le prétexte trouvé pour faire le siège de la demeure de maître Mbemba est le suivant : les policiers chercheraient à repousser des étudiants manifestant pour leur droit à la bourse non payée. Or, cet état de siège a commencé bien avant la grève des étudiants ! La rumeur répandue par le pouvoir au début de cette offensive qualifiée de banditisme par la victime prétendait que maître Mbemba fomentait un coup d'Etat, lui, le président de la commission des droits de l'homme, un civil !

En fait, le pouvoir de Brazzaville ne sait plus où mettre de la tête. Il faut étouffer les droits de l'homme pour évincer toute expression et toute manifestation populaires. Ce que ce pouvoir oublie c'est que les droits de l'homme se trouvent dans les schèmes contenus dans les neurones de notre néocortex et qu'il est impossible de les y déloger sans tuer tous les Congolais - ce qui est évidemment impossible. Tôt ou tard, le peuple finira par remporter ce combat contre l'injustice et la tyrannie.

Nous vous avons dit qu'en libérant la parole, nous finirons par libérer l'action et le processus se met en marche doucement au Congo. Que maître Mbemba n'ait pas peur puisqu'il n'est accusé de rien. SASSOU FINIRA PAR ORDONNER LA FIN DE CE SIEGE CAR IL N'A PAS LE CHOIX.

Massengo Tiassé a été empoisonné par le pouvoir mais la radio des droits de l'homme émet toujours. En faisant le siège de la demeure de cet ancien ministre, Sassou ne fait pas le siège des droits de l'homme qui sont en fait un tout petit moustique qui lui empêche de dormir.

Nous demandons aux enseignants en grève et aux étudiants qui manifestent contre le non-paiement de leurs bourses de tenir bon car comme on le disait à l'URFC (Union Révolutionnaire des Femmes du Congo) :  Seule la lutte libère. EN SITUATION D'OPPRESSION DE LA LIBERTE, LA LUTTE DOIT ETRE OBLIGATOIRE CAR ELLE S'IMPOSE A NOUS. NOUS N'AVONS QUE LE CHOIX DES MOYENS, PAS CELUI DE COMBATTRE. NOUS AVONS LE DEVOIR DE LUTTER PAR TOUS LES MOYENS CONTRE CEUX QUI OPPRESSENT LE PEUPLE A TOUS LES NIVEAUX.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 09:18

Au congo, les étudiants manifestent pour ne pas avoir perçu leur bourse ; la manifestation spontanée est certainement le seul moyen dont ils disposent pour attirer l'attention des autorités (in)compétentes en la matière. Il y a du côté du pouvoir une exagération dans la privation d'un dû pour ne pas dire un droit et la réponse du gouvernement ne doit pas être la violence mais de la communication afin d'expliquer pourquoi pendant que Sassou distribue des milliards à l'étranger - même en Chine pour reconstruire une école, preuve des surplus financiers à la BEAC, pourquoi les étudiants ne perçoivent pas leur bourse.

Les étudiants ont des organes représentatifs. On peut les inviter et leur expliquer pourquoi ils ne sont pas payés. Ce pouvoir qui crache du venin au moindre murmure agit comme s'il redoutait les mouvements de masse car pourquoi se méfierait-il d'un petit rassemblement d'étudiants ? Depuis la grève des enseignants, le pays est sous tension. Le barrage de la peur cède de toutes parts et le pouvoir doit utiliser la violence pour colmater les brèches. Or, c'est la mauvaise option qu'il choisit : à une revendication légitime, on ne répond pas par le fouet, le gaz lacrimogène, bref la force physique.

Nous sommes censés nous trouver au Congo dans un Etat de droit et on se demande pourquoi la force apparaît comme la seule réponse aux revendications sociales. C'est parce que nous sommes en dictature et en dictature, le pouvoir ne croit qu'en la force. C'est une dictature issue d'une imposture, d'un coup de force. Au commencement avec ce pouvoir était la force et la force est devenue un mode de gouvernement.

Le peuple congolais, nous le disons sans ambages, face à un régime imposteur et criminel qui ne croit qu'en la force, sa seule réponse face aux défis sociaux, a le droit d'user de tous les moyens pour combattre et chasser ce pouvoir venu pour se servir et non pour servir le peuple congolais. Aux étudiants, ne cédez pas devant cette violence : étendez au contraire votre mouvement en grève générale des étudiants. Que ceux de l'étranger se joignent au mouvement puisqu'ils ont aussi les mêmes problèmes.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 14:22

'La vraie Diplomatie congolaise'
Basile Ekouébé et Madouka dans le collimateur : un réseau mafieux de passeports diplomatiques au ministère des Affaires Etrangères

Tenez, le décret présidentiel n°2008-126 du 23 juin 2008 dont nous publions ici l’intégralité, fixe les catégories de personnes ayant droit aux passeports diplomatiques en République du Congo. Celui-ci a été décrété à l’issue des accords que le Congo a signés avec la France pour faciliter les voyages des autorités congolaises dans l’espace Schengen.

Plus d’une fois, les services d’immigrations françaises ont appréhendé dans les aéroports français des congolais dont l’appartenance au corps diplomatique était douteuse. Après vérification, il s’agit très souvent de personnes qui n’appartiennent pas aux catégories énumérées dans le décret du 23 juin fixant les modalités d’attribution du passeport diplomatique biométrique au Congo. Toute chose qui porte à penser que les autorités en charge de l’établissement de ce passeport se moquent éperdument de ce que peut causer ce trafic mafieux : la rupture de l’accord signé avec la France permettant aux responsables munis uniquement d’un passeport diplomatique de se rendre en France sans visas. En cela, Paris devrait redoubler de vigilance. 

La mafia et la folie de certains ministres ont atteint leurs limites

Par ailleurs, lorsqu’on sait combien obtenir un visa européen dans les ambassades est un véritable casse tête chinois et que toutes les autorités qui ont droit à ce type de passeports seront soumises aux tracasseries diverses si un tel accord est rompu, il faut croire qu’au Congo, la mafia et la folie de certains ministres ont atteint leurs limites d’autant plus que dans le cas actuel il s’agit du ministre des Affaires Etrangères, Basile Ekouébé, et de son homme de main Madouka ainsi que de leurs collaborateurs. Selon les articles 2 et 3 dudit décret présidentiel : « Le passeport diplomatique est attribué sous la seule responsabilité du ministère des Affaires Etrangères qui en assure le contrôle et la conservation. Le passeport diplomatique est délivré et signé par le ministre des Affaires Etrangères ». Mais, bien que la prérogative de délivrer un passeport diplomatique appartienne seule au ministre Ekouébé, il faut reconnaître que lorsque ce dernier est absent ou occupé, l’ambassadeur Madouka, cadre aux Affaires Etrangères, a la compétence de délivrer un passeport à quiconque puisque la signature du ministre est déjà incorporée dans la machine et les fiches de demandes des passeports déjà signées par lui. Madouka est d’ailleurs le gardien des cartons de passeports diplomatiques ce qui lui laisse une large marge de manœuvre.

Madouka et ses collaborateurs délivrent à qui ils veulent un passeport diplomatique

Ceci étant dit, en dépit des passeports attribués aux personnes qui n’ont pas qualité de diplomate sous les ordres du ministre lui-même, Madouka délivrerait à son tour, contre espèces sonnantes et trébuchantes et sans l’aval de son chef, des passeports diplomatiques à n’importe qui. En outre, force est de constater que deux des proches collaborateurs de Madouka, un homme et une femme, gérant le serveur informatique des passeports diplomatiques au ministère des Affaires Etrangères en ont également fabriqué pour leur propre compte ! Ces deux derniers ont même fait l’objet d’un interrogatoire à la DGST il y a quelques mois après l’interpellation à l’aéroport de Maya-Maya d’une citoyenne ordinaire tentant de voyager avec un passeport diplomatique. Selon nos sources proches des services de renseignements, ces deux agents du ministère ont été suspendus momentanément du service tout en protégeant leur chef hiérarchique, Madouka, qui a également baigné dans ce trafic. Ce dernier était chargé de jouer les médiateurs à la DGST pour le compte des deux agents en question afin qu’ils ne soient pas incarcérés et de peur que lui-même Madouka soit sur la sellette des services de sécurité de Jean Dominique Okemba.

Ce réseau ne date pas d’aujourd’hui

A l’époque, un autre cadre des Affaires Etrangères fut incarcéré par le général Bouiti au commissariat central où il avait croupi pendant plusieurs mois pour les mêmes motifs. Ce dernier, frappé par la galère et le poids des responsabilités familiales avait pris de l’argent à la cité et établi un passeport diplomatique à un individu qui fut arrêté par la suite à Maya-Maya.

Le passeport diplomatique vulgarisé

Ainsi dit, comme vous le constaterez dans les preuves que nous publierons la prochaine fois, en République du Congo, le passeport diplomatique congolais est devenu l’apanage des étrangers libanais, de la famille Talal en particulier, des petites copines de certaines autorités qui les aident à satisfaire leur concupiscence et qui en plus sont d’origines étrangères (des kinoises en majorité), des enfants majeurs des diplomates (alors que seuls les mineurs sont autorisés à l’avoir), c’est le cas de la fille largement majeure de Madouka qui a eu droit à un passeport diplomatique, et d’autres citoyens ordinaires. Basile Ekouébé, qualifié de pieds nickelés par les diplomates en poste à Brazzaville, et son Madouka de collaborateur prennent-ils leurs vessies pour des lanternes ?

Talal à déjà créé des problèmes au Congo à cause des passeports. Le libanais Talal anciennement chef d’Etat-major du Liban avec le pouvoir déchu, est devenu l’ami personnel du Président de la République. Ce libanais gérant plusieurs hôtels de la famille présidentielle, Olympic Palace entre autres, aurait une profession des plus insolites. Lorsqu’on lui demande quelle est sa profession, il répond : « ami du Président de la République » ! Allez y comprendre ! Talal serait un mercenaire d’origine chiite appartenant au Hezbollah, un mouvement politique armé libanais redouté par Israël et les Etats-Unis. Sur ces entrefaites, il n’y a pas si longtemps des libanais suspects avaient été arrêtés par les israéliens avec des passeports congolais. Chose qui aurait failli créer un incident diplomatique avec le Congo comme quoi, ce pays supporterait des terroristes ennemis d’Israël et des Etats-Unis. Des sources biens introduites soutiennent qu’à son arrivée, le Président chinois, Xi Jinping, devait être logé à l’Olympic Palace, mais ses compatriotes n’étant pas d’avis l’ont hébergé à l’hôtel Leger à cause de Talal jugé « dangereux ». Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est à ce même Talal qu’on délivre des passeports diplomatiques pour le compte de sa famille ! A l’époque, le colonel Bakala, ancien directeur de l’immigration, fut incarcéré et démis de ses fonctions, entre autres, parce qu’il se serait rendu sur place au Liban avec tout le matériel nécessaire à l’établissement des passeports à la famille, aux amis et connaissances de Talal. On se pose les questions suivantes : comment un étranger peut-il avoir un pouvoir plus grand que les congolais eux-mêmes dans leur pays ? Aussi, le Président Sassou entretiendrait-il des terroristes au Moyen-Orient ? Enfin, jusqu’où iront les accointances de Sassou et Talal ? 
Par contre, si tout ceci se passe à son insu, décidemment, Denis Sassou-N’guesso a encore fort à faire avec ses ministres et ministères gangrénés par la corruption. Hier l’ancien ministre de la Santé, Georges moyen, et de la communication, Bienvenu Okiemi, se sont illustrés dans le détournement du budget et des rétroviraux des malades atteints du Sida, aujourd’hui Basile Ekouébé, Madouka et leurs collaborateurs dans le trafic des passeports diplomatiques. Ce dernier (Madouka), selon nos sources proches de la présidence de la République, aurait été récemment interpellé au Palais du Peuple pour la même affaire. On se demande à juste titre si les ministres de Sassou sont au gouvernement pour lui rendre service ou pour casser sa volonté à bien gouverner le Congo ou encore si ceux-ci sont en mission commandée pour déstabiliser certains acquis de la République ?
A en croire un diplomate en poste à Brazzaville qui a requis l’anonymat, le ministre Basile Ekouébé et son allié Madouka ne peuvent véritablement être punis puisqu’en réalité en dehors des passeports diplomatiques qu’ils délivrent à des fins personnelles, ils reçoivent les ordres de certains hommes forts de Brazzaville, hiérarchiquement plus élevés qu’eux dans l’aréopage du pouvoir de faire de même pour leurs amis et connaissances. Ce qui veut dire que les accords sont violés depuis le haut sommet et derrière cette affaire se cacheraient de gros bonnets que nous pourront mettre en lumière dans un prochain épisode.
Nous tenons à dire qu’avant cette publication, nous avons fait des efforts considérables pour rencontrer le ministre afin d’avoir sa version des faits mais malheureusement, tous nos efforts à recouper cette information auprès de lui se sont heurtés à une fin de non recevoir de la part de ses collaborateurs. Nous avons pu rencontrer Monsieur Madouka qui a nié les faits et pense que nous ne pouvons pas avoir de preuves parce qu’il s’agit de secrets d’Etat. Ainsi, il revient donc dans un proche avenir à Basile Ekouébé de nous donner doctement des éclaircissements, avant la publication dans nos prochains numéros des preuves en notre possession. Maintenant, s’il joue les Cahuzac ou les « je m’en tape » en prenant cela comme de la démagogie ou du chantage à l’instar de la position adoptée par son collaborateur, ce sera de sa faute. Cette démarche nous est inspirée par le patriotisme qui nous anime et nous impose un droit de réserve. En effet, si les chancelleries accréditées au Congo s’emparent de cette affaire et de nos preuves, assurément l’accord de tout un état sur les avantages du passeport diplomatique risquera d’être compromis et Sassou-N’guesso grincera des dents. 
A suivre… dans le prochaine heures nous allons publier les preuves .

 

                                      BRAZZA NEWS

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 08:00

Cette correspondance reçue au travers de la fiche Contact du blog m'amène à vous rappeler que vous pouvez nous écrire pour nous envoyer toute forme d'information utile qui mettrait la lumière sur ce qui se passe au Congo. Des images, des documents scannés, des vidéos, des mails peuvent être aussi expédiés à l'adresse suivante : demainlecongobrazzaville@yahoo.fr. Plus de lumière sur la marche du pays ne peut que pousser ce gouvernement vers une régulation de sa politique - même si c'est juste un tout petit peu. Or, en matière politique, une toute petite amélioration de la condition globale du peuple peut faire un grand bien...

Pour la petite parenthèse, cher inconnu compatriote, l'homme qui a libéré la parole et inspiré tant de jeunes brillants talents en matière de critique sociale s'appelle LION DE MAKANDA MWAN MINZUMB (certains disent MINZIMB mais c'est le même clan). Merci pour votre contribution qui évidemment incitera le ministre Henri Ossébi à ne pas se gargariser dans son absence de résultats car nous voulons qu'il soit payé parce qu'il sert à quelque chose pour notre pays. Nous voulons bien qu'il bande en dessous de la ceinture et que madame Ickonga soit une source de banditude mais que cela ne fasse pas débander son cerveau ! Il faut que son cerveau bande à chaque fois qu'il voit un enfant mourir de soif dans l'obscurité, merde !

L'homme qui semble avoir envie de s'identifier ne l'a pas fait. Il révèle que Denis Sassou Nguesso aurait reçu le ministre de l'énergie et de l'hidraulique Henri Ossébi et l'aurait vertement menacé. En résumé, ce ministre n'a inauguré aucun projet à son actif mais par contre, l'on constate la sortie de plusieurs milliards et il semblerait que le seul achat qu'il ait consenti soit des...bicyclettes !  Cet intellectuel a remplacé le ministre Bruno Jean Richard Itoua à ce poste. Nous connaissons l'homme. Nous avons cru qu'il ferait mieux que son prédécesseur mais toutes ces promesses comme celle qui concerne le barrage de Nsounda sont restées pure propagande, juste un simple effet d'annonce. Quant à sa supposée liaison avec sa directrice de la communication, que tout le plaisir soit à son actif mais pas seulement du côté de son nombril : que madame Ickonga jouisse, c'est bien mais c'est le peuple qui doit jouir en premier de la banditude de son cerveau comme le dirait l'autre grande dame de la politique française. Et nous ajoutons : "QUE SA BANDITUDE NE SOIT PAS DU BANDITISME, TOUT COURT" !

L'éléphant à tête de cobra semble désormais s'impatienter. C'est pourtant lui qui reconduit les mêmes hommes au gouvernement depuis des années, de sorte que certains s'encroutent en devenant des ministres grabataires, confirmant ainsi le choix de la bêtise et de l'incompétence sans oublier la médiocrité et le vol au sommet de l'Etat. Lorsqu'un homme reste trop longtemps au pouvoir, il se produit une scérose dans sa pratique, dans sa façon de fonctionner qui n'évolue plus. Il ne fait plus que gérer la routine. Et le pays en pâtit.

A partir de l'instant où un chef d'Etat reconduit des hommes ou des femmes à certains postes importants pendant des années, ces messieurs ou ces dames se croient incontournables, indispensables et ne fournissent plus assez d'efforts, ne serait-ce que pour plaire à leur maître. Si Henri Ossébi poursuit la politique de l'échec comme Bruno Jean richard Itoua, le rêve d'émergence que caresse Sassou ne sera qu'un écran de fumée.

Croyez-moi, je sais quelle est la valeur du ministre Henri Ossébi, un intellectuel de grande qualité qui nous a transmis l'amour de la sociologie par l'excellence des enseignements qu'il nous prodiguait mais peut-être est-il tombé dans la fange de la médiocrité en devenant comme les autres. Le message que je mets en ligne en l'état lui prête même une liaison avec une certaine dame de son ministère. Il a subi la normalisation vers le bas : médiocrité, incompétence, vénalité et nombrilisme débridé. Qu'il se rassure et se tienne tranquille : Denis Sassou Nguesso ne va pas le démettre du gouvernement. Cet homme ne cultive pas que du manioc et des légumes ; il cultive aussi la médiocrité, l'incompétence, la vénalité et le nombrilisme. Sinon, pourquoi il ne vire pas tous ces vauriens du gouvernement qui mangent des cacahuètes sur le dos maigre du peuple ? En fait, tous essaient de lui ressembler. Otsombé n'inspire pas l'excellence, lui que certains osent avec grandiloquence appeler : "EXCELLENCE" ! Quelle ironie ! POURQUOI L'EXCELLENCE NE PRODUIRAIT-ELLE QUE DE LA MEDIOCRITE AU SOMMET DE L'ETAT ET UNE GRANDE SOUFFRANCE POUR LE PETIT PEUPLE QUI EST EN BAS ?

Critique_Henri_Ossebi.jpg

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 12:41

Dès que nous écrivons un texte dans lequel le mot mbochi est prononcé, certains poils s'hérissent et crient à l'amalgame comme si on s'en prenait à l'ethnie tout entière - alors même qu'on ne fait que dénoncer une politique discriminatoire qui fait tant de mal au pays puisque ceux qui sont ainsi choisis au nom de l'ethnie échappent à toute forme de sanction quand ils volent, détournent, pillent, trahissent le pays. Il suffit d'aller arranger les problèmes sous le manguier à Oyo devant les kanis pour que tout reprenne tranquillement son cours.

Encore une fois, le tribalisme est une politique car sur le plan social, on se marie entre toutes ethnies sans discrimination. La soeur de ma mère a eu une fille avec un nordiste et elle vit avec un ressortissant du nord avec qui elle a eu de nombreux enfants.

Il n'y a pas de haine du Mbochi pour la haine du Mbochi mais juste la dénonciation de la politique de Denis Sassou Nguesso et de ses prédécesseurs qui ont tous placé le tribalisme au coeur de leur système de conservation du pouvoir.

Ces intellectuels-là redoutent certainement qu'on confonde la politique tribale de Denis Sassou Nguesso à toute l'ethnie mbochi à laquelle il appartient mais oublient que si l'ethnie profite de cette politique, elle ne la dénonce pas et ce n'est pas parce que tous n'en profitent pas que ce n'est pas une politique ethnodiscriminante. Ils disent : "Sassou, tribal ? Non ! Attendez, certains Mbochis souffrent à cause de l'absence du Moro obosso (un homme devant)" comme si Sassou n'était pas le moro obosso de tous les Mbochis - même si tous ne profitent pas de son système - alors qu'il doit en fait être en sa qualité d'homme d'Etat le moro obosso de tout le Congo, de tous les Congolais. Il suffit de regarder ses actions pour se rendre compte de sa politique tribale.

Quand vous voyez des images où des liasses d'argent sont distribuées à Oyo, pouvez-vous expliquer au nom de quoi on le fait ? On ne doit plus tromper le peuple sous le veston d'un intellectualisme brouillon et aveugle.

Nous sommes fiers de ce que nous sommes et nous trouvons que la pluralité ethnique nationale est une richesse - à condition que l'identité républicaine dépasse toutes ces différences qui ne sont que des chemins différents que la nature prend pour nous amener à l'existence. Celui qui ne dénonce pas le tribalisme est complice de ce phénomène social parce que le tribalisme tue en affamant, en privant de l'essentiel, en prenant des vies gratuitement et vous les intellectuels bornés qui niez ce mal, êtes les pires ennemis de la république.

Dire que certains voudraient devenir des Mbochis pour jouir de privilèges immérités est une ineptie inqualifiable car le Mbochi n'est pas en soi une race supérieure ou une race élue comme le prétendent les Juifs qui se permettent des choses sur les Goyim qu'ils n'oseraient faire à d'autres Juifs. Il y a en filigrane dans cette prétention arrogante le fait de croire que les Mbochis resteront éternellement au pouvoir et domineront sur les autres ethnies au Congo - ce qui n'est qu'une vue de l'esprit que l'histoire balayera un jour ou l'autre.

LE CONGO N'EST PAS UN SYSTEME DE CASTES COMME EN INDE ET LES MBOCHIS NE CONSTITUENT PAS UNE CASTE SUPERIEURE POUR QU'ON LES ENVIE. NOUS SOMMES EN REPUBLIQUE ET TOUS LES FILS DU PAYS DOIVENT AVOIR LES MEMES DROITS ET LES MEMES DEVOIRS, LES MEMES CHANCES A COMPETENCES EGALES.

LE TRIBALISME EST UN CRIME POLITIQUE QUE NOUS NE CESSERONS DE FUSTIGER QUE CELA VOUS PLAISE OU NON. NOUS COMBATTONS TOUS LES MAUX SANS DETESTER PERSONNE CAR LE TRIBALISME N'EST QU'UNE ILLUSTRATION DE LA POLITIQUE DU DIVISER POUR MIEUX REGNER. OR, SI NOUS VOULONS VRAIMENT L'UNITE, IL FAUT COMBATTRE CE QUI NOUS DIVISE ET LE TRIBALISME NOUS DIVISE. DONC, IL DOIT ETRE COMBATTU AVEC FORCE.

Quand on lit les articles d'Antoine Glazer sur la Lettre du Continent, on se rend compte qu'il n'hésite pas une seconde à faire un lien entre la variable ethnique et l'occupation de certains postes importants. Bien sûr que c'est un toubab et qu'il le dise ne compte pas car si nous, nous le disons, c'est grave car on nous taxe de tribalisme ... parce que nous dénonçons le tribalisme qui n'est pas sociétal mais politique !

Lisez à présent les textes suivants qui explicitent comment Denis Sassou Nguesso s'appuie sur la variable ethnique pour choisir les hommes et leur attribuer des postes importants au sein de son système. Encore une fois Antoine Glazer n'est pas un mokoongo au cas où le fait qu'il soit blanc ne suffirait pas pour confirmer la pertinence de ses analyses où le choix des hommes selon Sassou dépend d'abord de ce qu'ils sont et non pas des compétences qu'ils ont :

JeanLouisOsso

AntoineIssaka.jpg

RemaniementFac1.jpg

RemaniementFac2.jpg

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 12:06

Voici un texte tiré de la LC qui dévoile comment Denis Gokana, tout en étant à la tête de la SNPC (Société Nationale des Pétroles du Congo) dont il assure la présidence, possède sa propre société qui exploite le gaz et le pétrole à la Pointe indienne, Africa Oil & Gas Corp. C'est le pétrole du Congo que Denis Sassou Nguesso a privatisé - en laissant son neveu l'exploiter à titre privé.

C'est un crime de haute trahison qui mériterait que Denis Sassou Nguesso soit traîné en justice. Le pétrole est une ressource stratégique pour le pays et laisser ainsi Denis Gokana exploiter un gisement à titre privé est une grave insulte au peuple congolais. Il faudra bien arrêter toute cette dérive un jour. Non, le temps du pardon, le temps où il suffisait de laver les mains au même robinet d'eau courante est révolu.

Denis Gokana a construit un siège flambant neuf pour sa société à Poto-Poto. Ailleurs, on ne peut admettre qu'un homme qui exploite sa propre société de pétrole et de gaz soit encore à la tête d'une entreprise apparemment publique comme la SNPC.

Comment peut-on ainsi mélanger la sphère publique et la sphère privée en matière d'intérêts aussi éloignés que les intérêts publics et les intérêts privés mais au Congo, Sassou n'a-t-il pas déjà privatisé l'Etat ? C'est une collusion d'intérêts qui ne peut profiter qu'à la sphère privée. Mais cela, au Congo, on s'en moque.

L'autre Denis qui a mis Gokana là où il est ne trouve pas cela scandaleux car si on gratte un peu pour voir au-delà de la surface, on découvrirait peut-être que c'est lui qui possède en fait la société AOGC. Et il n'y aurait même pas besoin de gratter au-delà de l'épiderme de l'éternel conseiller spécial de Denis Sassou Nguesso pour les affaires minières et pétrolières pour voir surgir le visage du grand éléphant qui s'est juré de dévoré tout le Congo, une jungle républicaine où il règne en monarque absolu de droit divin puisque né pour commander...

DenisGokana.jpg

Partager cet article
Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 10:04

La mort du Général Blaise Adoua, directeur de la sécurité présidentielle, a soulevé de nombreuses observations. D'abord, le fait qu'il ait enduré une longue maladie qui ne pouvait être soignée en France à cause de l'affaire des disparus du beach dans laquelle il était cité, maladie dont on ignore la nature et la cause. Sa défaillance physique a fait l'objet de plusieurs spéculations. La rumeur a même prétendu  que le drame du 4 mars 2012 était une réaction de ses fidèles qui voulaient le venger ( nous avons appris qu'il est mort le 14 avril mais Sassou a institué depuis la mort d'Edith Bongo la mort différée : on meurt aujourd'hui mais pour telle ou telle raison, on n'annonce votre mort que plus tard).

Pendant tout le temps où il se  débattait pour continuer à servir son maître, il a été maintenu à son poste stratégique qu'il occupait à la présidence de la république, haute fonction qui le plaçait au coeur de l'information et au coeur de l'action du pouvoir.

Assurer la protection de Denis Sassou Nguesso, c'est défendre le pouvoir à tous les prix, au moyen de toutes les compromissions car les ordres de Sassou sont des ordres divins ; ceux qui travaillent pour lui sont, comme l'a si bien dit le philosophe ex-ministre délégué de la défense, soumis à la servitude volontaire, un principe tiré du Prince de Machiavel. Blaise Adoua était obligatoirement au coeur de l'opération Mouébara au Pool ou aux baguettes de celle qui organisait l'assassinat des disparus du beach, entre autres crimes sordides perpétrés par le pouvoir de Denis Sassou Nguesso. Il n'était pas seul car Jean Dominique Okemba n'était pas du reste.

La confiance que Denis Sassou Nguesso accorde aux uns et aux autres est fonction de ses propres intérêts mais il arrive que l'intérêt soit supérieur à la confiance. C'est donc l'intérêt qui prend le dessus. Comme celui de l'élimination des témoins importants dans certaines affaires classées crimes contre l'humanité - donc imprescriptibles.

De quoi est mort Blaise Adoua ? Cette question est importante. De la nature de mort ou de la cause de la mort, on peut déduire si un assassin se cache derrière. Seuls quelques initiés le savent - alors que c'est un personnage public. Hélas, ce n'est pas Rabat qui nous le dira puisqu'il est mort à l'étranger - parce que dans la classe dominante, ils savent que nos hôpitaux sont des mouroirs puisqu'on y meurt plus vite que si on était resté chez soi à attendre le destin faire son oeuvre macabre.

Oui, la mort est notre destinée à tous, bien inscrite dans nos gènes mais dire que seule la nature nous expédie ad patres ne s'applique pas à l'ordre humain. Au coeur du pouvoir, depuis Rome, les émotions, les rivalités et les vices sont exacerbés chez l'homme. Le pouvoir décuple tout, accélère tout - même la mort, déforme le sens des choses : on joue gros, on gagne gros ; aussi, sa propre vie se mise sur la balance du succès. Volontairement. L'histoire de Rome nous montre combien le pouvoir poussait aux crimes les plus sordides soit pour atteindre l'exercice du pouvoir, soit pour le conserver. Néron n'a pas hésité à faire assassiner sa propre mère un peu trop gênante dans l'exercice du pouvoir. Sacrifier certains serviteurs ou certains notables pour les réduire au silence parce que l'on n'est pas certain qu'ils ne parlent demain a toujours été pratiqué au cours de l'histoire politique souterraine du monde.

OkemaSassouEnPeignoirs.jpgA la baguette de l'empoisonnement, les rois ont toujours eu des fidèles et Denis Sassou Nguesso a les siens. On soupçonne Jean Dominique Okemba qui dirige le Conseil National  de Sécurité d'être la main empoisonneuse du pouvoir : Lékoundzou a porté des accusations dans ce sens et il n'est pas le seul. Nous sommes inquiets pour le colonel Marcel Ntsourou désormais emprisonné à Impfondo, lui aussi détenteur d'énormes secrets. Quant à Jean François Ndenguet, il s'agit de nouveaux soupçons dans ce sens. Il n'a pas une réputation d'empoisonneur mais il n'y a pas que le poison qui tue ! La mort peut s'administrer de plusieurs manières. Par exemple, en refusant la maison officielle que Sassou lui proposait, le pasteur Ntumi avait évoqué que l'on pouvait même ajouter du poison dans la peinture d'une villa refaite à neuf pour recevoir une haute personnalité. Il préféra choisir lui-même son domicile à Mfilou quand il prit ses fonctions de je ne sais plus quoi pour soi-disant réparer les séquelles de guerre ou quelque chose comme ça, un poste créé pour le sortir de sa forêt.

Adoua avait des fidèles qui auraient jurer de venger sa mort. Est-ce cela qui aurait provoqué l'absence de Jean Dominique Okemba et Jean François Ndenguet aux obsèques de leur "parent" Blaise Adoua comme le dit la Lettre du Continent ? Nous avons appris que des menaces avaient été proférées à l'égard des deux hommes. Blaise Adoua aurait paraît-il formé de nombreux jeunes mercenaires à Tsambitso qui lui sont restés fidèles. Qu'à cela ne tienne, la vengeance peut s'armer de patience et le jour où l'histoire ouvrira une brèche, toutes les vengeances pourront s'exaucer.

Juste un conseil à Jean Dominique Okemba : Vous avez été élevé très haut ; nous ignorons jusqu'à quel point vous vous êtes abaissé pour cela car la confiance du cobra ne s'obtient pas si facilement : il faut en payer le prix. Vous qui êtes la main qui tue pour le grand éléphant, vous qui prenez des vies pour renforcer la sienne, méfiez-vous ! UN JOUR, C'EST VOTRE VIE QUI SERA EN JEU, SUR LA BALANCE DE L'INTERET POLITIQUE CAR LE COBRA ROYAL POURRAIT SE DIRE QUE VOUS AUSSI, CONNAISSEZ TROP DE SECRETS COMPROMETTANTS. EN EFFET, POUR PARAPHRASER UN JUIF CELEBRE : QUI TUE PAR LE POISON MEURT PAR LE POISON. J'AI UNE PHOTO DE VOUS AVEC VOTRE MAITRE EN PEIGNOIRS JAUNES IDENTIQUES. VOUS ETES TRES PROCHES, TROP PROCHES MEME. CONTINUEZ AINSI, NE LE QUITTEZ JAMAIS DES YEUX, NE LUI TOURNEZ JAMAIS LE DOS. MANGEZ DOUCEMENT A SA TABLE TOUT EN SCRUTANT VOTRE ASSIETTE. IL A FAIT DE VOTRE VIE UN PARADIS ; IL A LES CLES POUR VOUS EXPEDIER EN ENFER. DIRECTEMENT A LA DROITE D'EBLIS...

ObsAdouaAbsJDO.jpg

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 09:47

Nous lisons beaucoup, cherchons ici ou là pendant deux heures par jour, collaborons avec le réseau car comme nous l'avons dit, nous préférons pour l'instant la manière souterraine que celle publique et ouverte pour éviter toute forme d'infiltration.

Nous recevons des informations plus par mail - même si d'autres nous parviennent au téléphone. Nous lisons beaucoup de livres et de revues mais aujourd'hui, on peut conclure que la libéralisation de l'information fonctionne au profit des peuples et de l'échange des savoirs. C'est peut-être la meilleure façon de conduire doucement le monde vers plus de liberté, plus de démocratie. Encore merci à tous ceux qui contribuent à faire de DNCB un centre attractif de réflexion pour la construction d'un avenir qui regardera le peuple congolais en face au lieu de lui tourner le dos.

A présent, ce que nous avons reçu comme information à propos de la modification de la Constitution que pourrait préparer Denis Sassou Nguesso. Attendez, tout le monde proteste contre la modification de la constitution de janvier 2002 mais que diriez-vous si le grand éléphant remettait en place votre constitution de 1992 ? Cette éventualité, personne ne l'envisage - sauf peut-être Sassou d'après ce que nous venons de recevoir du réseau. Soyons pragmatique un moment : Sassou va atteindre à la fin de son mandat 73 ans ; s'il remet en place la Constitution de 1992, cette idée ne peut que réjouir ceux qui veulent qu'on revienne à cette constitution votée par tous les Congolais.

Vous suivez ? C'est ici que les choses deviennent intéressantes. Nouvelle Constitution ou anciennement nouvelle, les comptes repartent à zéro pour tout le monde, cette ancienne nouvelle constitution ne contenant pas la moindre allusion à un âge limite. Sasssou peut de façon qui vous fera énormément plaisir gouverner encore le pays pendant dix ans, soit jusqu'à l'âge de 83 ans. Il est sûr de gagner les élections puisqu'il tient le système électoral qui n'est pas du tout indépendant. Tout le pays est au pas et la plupart des candidats sérieux sont au cimetière.

Alors, vous croyez que ce scénario est plausible ou non ? et s'il survenait, comment réagiriez-vous ? Préparez vos esprits car l'ennemi est rusé, riche et armé jusqu'aux dents - avec des complices et des pions partout. Il faut en face un colosse collectif. Il n'y a pas face à un Goliath de David sans une puissance mentale collective derrière. PREPAREZ-VOUS ! 2016, L'INCONNU ! Comme les nantis du pouvoir le disent si bien...

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 20:17

COMMENTAIRE : Voici un texte de la LC que vient de nous envoyer un ami. Sassou a pris des avocats pour faire entendre son point de vue de la justice internationale aux magistrats français qui n'ont pas voulu lui offrir une oreille attentive et qui connaissent moins bien le droit de leur pays que lui, le docteur en droit international.

Certainement aux frais du Congo, il s'est entouré de trois avocats pour organiser sa défense mais son acharnement à se défendre ne paiera pas puisqu'il n'est pas prévenu dans cette affaire comme représentant de l'Etat congolais, les biens en cause n'appartiennent pas au Congo mais ont été acquis avec l'argent du Congo : aussi étrange que cela puisse paraître, dans cette affaire, le peuple congolais à qui appartient l'Etat est partie civile contre la famille Sassou & Nguesso de retour au pouvoir depuis 1997. D'autre part, ces biens mal acquis se trouvent sur le sol français.

Comment peut-on accuser un cultivateur d'ingérence pour un bananier qui se trouve sur sa propre bananeraie  ? Peut-être que dans l'esprit de Sassou, le Congo, c'est la France et la France, c'est le Congo mais il oublie que tout sépare les deux pays : les continents, la culture, les mœurs, la politique, la justice, la représentation de l'Etat et des affaires publiques. D'autre part, Denis Sassou Nguesso confond domaine privé et domaine public – normal puisque l'individu Sassou et sa famille se prennent pour l'Etat, une confusion des genres qui ne peut qu'engendrer des écarts de conduite comme ceux que l'on observe tous les jours au Congo. Il faudra qu'il se réveille et vite sinon le caillou dans son pied va lui provoquer un tétanos...

CONGO-B

LA LC / BMA: SASSOU PREPARE SA RISPOTE CONTRE LA FRANCE

Ulcéré par le dossier des Biens mal acquis (BMA), le président Denis Sassou Nguesso a mandaté ses avocats pour saisir la justice internationale. Révélations. Denis Sassou Nguesso est resté relativement discret sur l'affaire dite des Biens mal acquis (BMA) durant sa dernière visite en France (LC nº657). Il n'a pas moins profité de sa présence à Paris pour échafauder une contre-attaque. Selon nos sources, une plainte devant la Cour internationale de justice (CIJ) est en préparation. Les trois avocats du chef d'Etat congolais - Francis Teitgen (Teitgen Werl avocats), Jean-Pierre Versini-Campinchi (Versini-Campinchi & associés) et Simon Bernard-Dupre ont été chargés de lancer cette procédure après s'être entretenus avec leur client, le dimanche 7 avril à l'hôtel Meurice, lieu de villégiature de Sassou durant son séjour. Les trois robes entendent démontrer que l'affaire des BMA constitue une atteinte à la souveraineté du Congo-B et une violation aux traités internationaux, deux arguments que le président congolais rabâche comme une antienne notamment depuis la saisie réalisée en février par les juges Roger Le Loire et René Grouman dans l'appartement de sa fille Julienne Sassou Johnson (LC nº653).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg