Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 14:18

Eddy, bonjour. Il faut beaucoup de ténacité pour sortir de la croyance et s'orienter vers la vérité, notamment dans un monde où la propagande religieuse est très forte, chaque nouveau adepte devenant un agent publicitaire religieux.

MA CONVICTION EST QUE LA RELIGION INTRODUITE A KONGO DIA NTOTILA EN 1482-1491, EST UN ESCLAVAGE SPIRITUEL. EN EFFET, VU QUE LES OCCIDENTAUX NOUS DETESTENT ET NOUS MEPRISENT, EUX QUI NOUS CACHENT LES CONNAISSANCES TECHNOLOGIQUES ESSENTIELLES, S'ILS AVAIENT DECOUVERT UN LIVRE CONTENANT LE SECRET DE LA VIE ETERNELLE, JAMAIS ILS NE NOUS L'AURAIENT REVELE. LA PREUVE, ILS N'ONT PAS INTRODUIT LE TALMUD EN AFRIQUE, UN LIVRE QUI NOUS REDUIT A L'ETAT ANIMAL ET NOUS CONDAMNE A L'ESCLAVAGE. DANS CE LIVRE, LES NOIRS DESCENDENT DE CAIN, C'EST-A-DIRE, DE SATAN - CE QUI EST FAUX CAR NOUS SOMMES LES VRAIES CREATURES DE DIEU. IL N'Y A QU'A VOIR COMMENT ILS SE COMPORTENT, COMMENT ILS VIOLENT LES LOIS DU CREATEUR POUR COMPRENDRE QUE CE SONT EUX, LES EDOMITES OU FAUX JUIFS, LES DESCENDANTS DE SATAN. QUAND ON APPREND QUE JESUS LES A CONSIDERES COMME LES FILS DU DIABLE, CELA MONTRE QU'IL SAVAIT QUE LES FAUX JUIFS DESCENDAIENT DE CAIN QUI ETAIT DU MALIN.

Même si le Créateur lui-même mettait les pieds sur terre, il deviendrait ipso facto un ETRE HISTORIQUE. Surtout, s'il a la faiblesse de naître en humain parmi ses propres créatures - ce qui par ailleurs est peu probable.

Vous demandez un éclairage sur Yissa Yah. Qui est-ce ? Chacun y va de son petit nom pour désigner ce personnage historique pour les uns, mythique pour les autres : Jésus ici, Yehsoua là, Issa pour les musulmans, Iesu pour les Grecs, Yissa Yah, etc. Peu importe le nom qu'on lui prête car il y a peu de chance que ce soit son vrai nom : Christ est un surnom qui vient de Christos dont la racine égyptienne KRST désigne Hérou ou Horus. Quant à Jésus, le sauveur, c'est aussi un surnom. Pourquoi nous pensons que Jésus est un surnom ? Parce qu'il y a plus de 2000 ans, la rigueur juive dans l'application de la loi de Moïse veut que le premier fils porte le nom du père. D'ailleurs, si un homme n'a pas de fils, pour éviter que son nom se perde la tradition juive devenue loi biblique exige que le frère du défunt fasse un enfant à sa veuve en lui donnant le nom du défunt pour qu'il ne disparaisse pas. Quant à Yah, Yahweh, El, YHWH, tous ces noms supposés de "Dieu" appartiennent aux peuples voisins des prétendus juifs. YHWH par exemple selon les textes égyptiens vient des Edomites qui sous la contrainte de Jean Hyrcan adhéreront à la religion juive en 312 avant notre ère. En 132 avant notre ère, les Edomites s'emparent du temple de Jérusalem et du pouvoir religieux où ils imposent le nom de leur dieu YHWH que l'on ne retrouvera dans la Bible massorétique qu'en l'an 1000 de notre ère. La première version biblique de la Septante n'existe qu'en grec à partir de 285 avant notre ère. Elle ne contient pas le tétragramme YHWH que les massorètes imposeront à l'église catholique en l'an 1000.


Je n'ai aucun document sur Yissa Yah. Ce nom n'a aucune importance. Ce qui compte, c'est de savoir ce qu'il en est du personnage HISTORIQUE OU NON se cachant derrière ce nom. Ce sont souvent les Afro-Américains qui en parlent. Issa est le nom de Jésus dans le Coran. Issa ou Yissa, je me demande s'il correspond à quelque nom hébreu.


L'homme n'apparaît pas en Mésopotamie mais en terre de Kama que les Arabes appelaient Alkebulan. Celui qui écrit l'histoire a tendance à l'écrire selon son origine et à son propre avantage. Lors de l'exil, les Juifs ont consulté les textes Sumériens et babyloniens à la grande bibliothèque de Ninive et ont copié leur cosmogonie. Les Babyloniens ne considéraient que deux races : Adamu, la race sombre ou noire et Sarku, la race claire ou blanche. Commencer la création par Adam signifie simplement que Sumériens et Babyloniens considéraient que l'homme noir était la première créature qui a fait l'humanité. Rien d'autre. Il faut reconsidérer l'histoire des hommes car celle-ci ne commence pas en Mésopotamie mais en Afrique.


L'histoire de Yissa Yah ? Elle transpire un peu dans la Bible. C'est en fait un résistant à l'occupation romaine qui utilise sa religion pour chercher à rétablir le trône de David occupé par l'Iduméen Hérode Philippe, collabo des Romains, vu qu'Hérode le Grand est mort avant sa naissance (-4). Il y a des traces du résistant qui transparaissent comme lorsqu'on l'accuse d'inciter le peuple à ne pas payer l'impôt aux Romains. Cela ne s'est passé qu'à l'époque de Juda de Gamala dont certains auteurs en font le père de Jésus qui ne serait autre que Juda Ben Juda surnommé le sauveur Yéhoshua ou Yissa Yah si tu préfères. Juda de Gamala est le fondateur de la quatrième secte celle des zélotes dont on parle très peu. Même Flavius Josèphe fait l'impasse sur cette secte - alors qu'il prétend avoir vécu au sein des quatre sectes. Il assez étonnant que les zélotes soient si nombreux autour de Jésus. Si Jésus était un pacifique, pourquoi demande-t-il à ses disciples de vendre leurs manteaux pour s'acheter une épée ? Pour planter des tomates, peut-être ? Il voulait le trône de David et s'est proclamé roi - sans l'autorisation des Romains. Il a été crucifié par la lex Juliana pour usurpation du titre de roi des Juifs. Il n'a pas réussi à rétablir le trône de David. 


Les apôtres avant ou après lui ? Les apôtres ne sont connus qu'après ton Yissa Yah quand ils passent de disciples à apôtres. Bien entendu, ce ne sont pas leurs vrais noms hébreux mais des noms modifiés. Jean c'est Yohanan, Matthieu, Matthatiahou, etc.


Les lieux des événements ; cette histoire se déroule en terre de Canaan ou la Palestine actuelle. Elle fut d'abord la terre noire de Canaan avant l'arrivée des étrangers comme les Assyriens qui déportèrent les Kamites du royaume du nord en 722 avant Jésus Christ et les Babyloniens qui détruisirent Juda en 586 avant notre ère. Ses populations s'enfuirent en Egypte. Il y a eu les Grecs, les Philistins, les Hysksos, les Romains, les Assyriens, les Romains comme envahisseurs de cette zone de passage qui se trouvait entre l'Egypte et les Barbares. On y trouvait aussi les Hittites, les Hourites, etc. Je sais que nombreux estiment aujourd'hui que l'histoire s'est déroulée ailleurs, notamment en Afrique. Cependant, les Romains ne s'enfoncèrent pas au cœur de l'Afrique car ils furent arrêtés par la reine Kandaka...

Voilà ce que je peux dire pour répondre à vos questions. Derrière le personnage mythique de Yissa Yah ou Jésus, il y a un vrai personnage historique. L'examen des textes du Talmud apporte aussi la confusion en le faisant vivre en 135 avant notre ère, c'est-à-dire, à peu près à l'époque de l'essénien Yossé Ben Yoézer qui lui fut crucifié, décapité et brûlé. Certains estiment que c'est une invention des Romains sous Constantin. Il est par ailleurs curieux de constater les ressemblances entre l'histoire du Bouddha et celle de Jésus. Certains ignorent que l'empreur Ashoka envoya des moines répandre le bouddhisme dans le monde. Le bouddhisme fut introduit en Palestine par les Esséniens. Le messie céleste (Maitreya) est un concept hindou, les Juifs ne connaissant que le Messie terrestre qui viendrait rétablir le trône de David.
Sache juste que nous avons apporté tous les concepts religieux du monde (Ame, Paradis, Enfer, Salut, résurrection, jugement, etc) et que les Noirs ont créé les grandes religions de ce monde. Krishna, Bouddha, Ausar, Herou, voire Yissa Yah, étaient tous noirs. Pour Yissa Yah, il n'y a qu'à regarder ses ancêtres. Le premier grand mystique blanc qui apparaît en Palestine est le romain Appolonius de Tyane qui accompagnait Vespasien. Il deviendra essénien. On prétend que c'est lui qui serait l'apôtre Paul. Il fit de grands miracles. Les Actes parlent de lui sous le nom Appolos. Certains vont jusqu'à dire qu'il a inspiré le personnage de Jésus mais cela semble invraisemblable car il n'a pas été crucifié, la crucifixion étant réservée aux ennemis de Rome. On nous a fait croire que Paul était le fils de Mariamne, la soeur d'Hérode le Grand. Ce Saül n'a jamais été chrétien et qu'il serait devenu Romain lorsqu'Hérode adopta la nationalité romaine avec toute sa famille. Dans tous les cas, Paul n'est pas un Juif. Certaines des lettres qu'on lui attribue ne sont pas de lui. Eusèbe de Césarée, l'historien de Constantion conteste par exemple la lettre aux Hébreux...

LION DE MAKANDA, NE NKOSSI

Partager cet article
Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 10:02
PASCAL LOEMBA NIAMBI, PRESIDENT DE LA FONDATION GERMAINE MAKOUELA LOEMBA, APPELLE A SE MOBILISER POUR LE DON DU SANG

D'entrée de jeu, nous précisons que cet article n'a pas un caractère politique - même si par le biais de l'imagination du lecteur la dimension politique peut s'insinuer partout. Il relève plutôt de l'action sociale.

Nous avons fait la connaissance de Pascal LOEMBA NIAMBI à Paris - ce qui nous a amené à être au courant de ses activités d'intérêt public en sa qualité de président de la Fondation Germaine MAKOUELA LOEMBA - notamment en faveur de la collecte du don de sang que sa Fondation qui porte le nom de sa mère met à la dispostion de la CNTS qui ensuite redistribue les poches de sang aux banques de sang de nos hôpitaux, banques de sang au nombre de quatre.

L'importance du sang pour l'organisme humain n'a pas besoin qu'on s'épanche en longueur sur la question. Les hôpitaux ont besoin de sang pour de nombreuses situations comme les accouchements, les anémies, les accidents du travail, les cas de drépacytose, etc. Il n'existe aucune possibilité de synthèse du sang permettant de le fabriquer en laboratoire. Il faut qu'il soit prélevé chez un être humain afin d'être transfusé chez un autre. Ce qui rend difficile la synthèse du sang, c'est la formule de l'hémoglobine, entre autres.

Quelle est la situation du sang dans notre pays ? Certains en parlent sans en connaître les données. Nous avons pensé interroger monsieur Pascal Loemba Niambi afin d'obtenir de plus amples informations car sa Fondation Germaine Makouela Loemba est au cœur de la bataille de la collecte du sang pour sauver des vies dans notre pays.

Le sang dont la gestion au bénéfice des hôpitaux est assurée par la CNTS bénéficie de quatre banques de sang : Owando, Dolisie, Pointe-Noire et Brazzaville si nous avons bien compris ce que nous a dit monsieur Pascal Loemba Niambi, président de la FGML. Les besoins nationaux sont de 7000 poches de sang par mois. Il revient normalement au ministère de la santé de fournir la quantité de sang nécessaire pour une utilisation optimale dans notre pays mais la crise des finances de l'Etat rend les choses très difficiles, d'autant que l'Etat doit investir près de 30000 francs cfa par poche de sang pour la vendre à perte à 75000 francs cfa aux malades.

C'est en partant du constat que l'Etat ne peut pourvoir à tout que monsieur Pascal Loemba Niambi a eu l'idée de créer la Fondation Germaine Makouela Loemba le 23 février 2016 afin de combler la carence des poches de sang dans nos hôpitaux. Cette fondation dispose de vingt-cinq (25) volontaires impliqués dans la mobilisation de la population, entre autres activités. La collecte du sang est effectuée par des infirmiers. Le sang doit ensuite être "qualifié", c'est-à-dire, passé sous réactifs pour détecter s'il est contaminé ou non. Pascal Loemba Niambi en profite pour dire que pour les donneurs bénévoles, cette collecte constitue aussi un bilan de santé qui est mis en toute confidentialité à leur disposition s'ils souhaitent le récupérer.

La FGML a commencé avec deux collectes par mois. En 2018, la FGML est passée à 3 collectes par mois au rond point Lumumba. L'action déterminée de la Fondation Germaine Makouela loemba a réussi à mettre fin aux ruptures de l'approvisionnement en poches de sang sur toute l'étendue nationale, la CNTS, au travers de ces quatre banques de sang s'occupant de la distribution auprès des hôpitaux de proximité.

Les collectes réalisées par la FGML tournent autour de 800 à 1200 poches de sang par mois qui sont multipliées par quatre au travers d'un système de remboursement familial : les parents de transfusés ont mandat de fournir à leur tour quatre poches de sang pour combler la poche décaissée, un système utile que l'OMS veut pourtant mettre fin en 2020 arguant que l'éthique du don de sang s'appuie sur le volontariat et le bénévolat et non sur la contrainte. Le président de la FGML estime qu'il faudra alors à ce moment-là encore plus de donneurs d'autant qu'environ 15% de poches sont jetés après qualification, c'est-à-dire, après passage sous les réactifs Elisa ou les réactifs rapides qui testent le sang.

En février 2018, le système fonctionnait très bien. Malheureusement en septembre et octobre 2018, les employés de la CNTS sont entrés en grève. Les grévistes ont créé des ruptures pour que le sang manque : ils ont cessé d'appliquer le système des remboursements de poches de sang, un mal nécessaire pour éviter la rupture des poches de sang. Ils ont reçu un mois de salaire mais ont repris la grève en décembre 2018, une grève qui dure depuis quatre mois.

Pascal Loemba Niambi déplore la rupture de réactifs pour qualifier les poches de sang et en appelle à la générosité et à la solidarité nationales - notamment à celles de la diaspora qui peut acheter les réactifs Elisa et les tests rapides en France et les expédier au Congo. Par ailleurs, il invite les Congolais à plus de largesse d'esprit d'autant que le don de sang présente des avantages. Voilà ce que m'a dit en substance le président de la Fondation Germaine Makouela Loemba : 

Les femmes vivent plus longtemps que les hommes à cause des règles, la vidange du sang. Le sang se régénère. Les grands donneurs vivent aussi plus longtemps. La femme devrait donner son sang tous les quatre mois et l'homme tous les trois mois.

Une fois par mois, la Fondation Germaine Makouela Loemba rend visite aux malades dans les hôpitaux et distribue entre 500 et 2000 repas. Il s'agit d'être proche des malades. Pascal Loemba Niambi estime que la FGML est désormais enracinée dans le tissu social, elle qui va organiser une collecte de sang avec la participation des membres de la communauté européenne qui vivent au Congo.

A partir de 2019, la Fondation Germaine Makouela Loemba est passée à cinq jours de collecte de sang par semaine en dépit du manque criard de réactifs. Ceux qui veulent aider la Fondation Germaine Makouela Loemba trouveront les coordonnées qui permettent de la joindre au Congo-Brazzaville à la fin de l'article. Le président de la FGML estime qu'environ 2500 personnes par jour ont été sauvées grâce à la contribution efficace et déterminée de cette Fondation.

Pour résoudre la question de la crise du sang au Congo, Pascal Loemba Niambi esquisse des solutions :

1) - que la grève de la CNTS cesse. Certes, il n'est pas facile dans le contexte actuel de payer les huit mois d'arriérés de salaires mais par le dialogue, il est toujours possible de trouver des solutions ;

2) - L'Etat doit prendre ses responsabilités - notamment en ce qui concerne les réactifs ;

3) - il faut une grande mobilisation populaire car le sang ne se fabrique pas à l'usine comme le dit si bien Pascal Makouela Niambi. Les Congolais doivent prendre conscience et s'approprier le don du sang.

Monsieur Pascal Loemba Niambi a fait sien l'adage qui veut que l'on ne cherche pas ce que le pays peut faire pour vous mais plutôt que ce que l'on peut apporter à son pays.

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Pour entrer en contact avec Pascal LOEMBA NIAMBI,

Président de la Fondation Germaine MAKOUELA LOEMBA

00242044427373

0033666039362

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 13:13

Disons-le d'emblée : la bourse d'études pour les étudiants n'est pas de la mendicité, ni de la générosité du gouvernement congolais mais bien un DROIT acté par des textes de loi, des décrets, des accords bilatéraux. Un agent du FMI m'a écrit pour me dire que les instances internationales participaient aussi à la distribution des bourses d'étudiants. On ne s'imagine pas Cuba, le Sénégal, le Maroc, l'Ukraine, la Russie, etc, recevant des étudiants congolais sans accords bilatéraux préalables dans lesquels l'Etat congolais valide les bourses de ses étudiants qui doivent se concentrer sur leurs études. Ces accords pour ne parler que d'eux ont valeur de lois qui obligent le Congo à budgétiser les montants nécessaires au déroulement de ces sessions universitaires ou de formation.

Il est facile de prédire que si le Congo n'avait pas garanti les ressources de ses étudiants à l'étranger, aucun pays n'aurait accepté de les recevoir. Le Congo émet un besoin qui s'exerce à l'étranger comme la formation de médecins ; il en assure les garanties pour l'atteinte de l'objectif. Les étudiants ne vont pas à Cuba ou au Maroc de leur propre chef. C'est l'Etat congolais qui les a envoyés là-bas. Même s'il s'agit d'une ethnie-Etat, on se dit que les accords signés entre Etats restent valables. Nous nous sommes indignés du nombre excessif d'originaires du nord parmi les étudiants envoyés à Cuba. Aussi, sommes-nous étonnés que Sassou néglige même les siens qu'il a choisis à ce titre, par pure discrimination tribale !

Pour le cas particulier de la Fondation de Denis Christel Nguesso qui s'est amusé d'envoyer des étudiants à l'étranger, se substituant à l'ethnie-Etat, on se dit que " Perspectives d'avenir " a les moyens de soutenir en nombre et en durée cette magnanimité. Si Kiki Rikiki n'a plus les moyens de sa générosité assumée légalement - ce qui en fait un droit pour les étudiants que cette Fondation a envoyés à l'étranger, il se doit de ramener les filles et fils du Congo chez eux. Ce n'est pas si compliqué d'affréter des avions pour rapatrier les étudiants dans leur pays ! ON NE DOIT PAS CORROMPRE UNE BONNE ACTION PARTIE D'UNE BONNE INTENTION PAR UNE FAILLITE MORALE.

Il est difficile de saisir le comportement du grand ndzokou, le barbarosaure de l'Alima : quand il s'agit d'honorer la mémoire de sa fille Edith Lucie Bongo Ondimba, il trouve les milliards pour construire hôpital, basilique, aéoroport, port, abattoir, brasserie, etc, à Oyo et alentours. Quand il s'agit de loger sa petite fille aux Etats-Unis, il trouve facilement 20 milliards de francs cfa pour lui acheter un immeuble dans la Trump Tower. On voit que s'agissant de sa famille et de ses proches, il se mue en homme d'honneur ayant le cœur sur la main mais lorsqu'il s'agit d'honorer - même des accords officiels qui engagent l'honneur et la dignité de tout un Etat, de tout un pays, Denis Sassou Nguesso jette la honte sur le pays ! Comment peut-on aimer le pouvoir pour ne point vouloir le quitter, prétendre représenter et résoudre les problèmes d'un pays pour ne pas s'assumer dès que les circonstances l'exigent ? QUEL GENRE D'ENERGUMENE EST DONC DENIS SASSOU NGUESSO ? Certes, il s'incruste au pouvoir pour satisfaire sa cupidité et sa mégalomanie mais quand il s'agit de dépenser pour l'ensemble du pays, il devient un homme de peu d'envergure, un égoïste doublé d'un cupide qui ne pense qu'à lui. Sassou doit avoir honte quand il s'agit de l'honneur de son pays à l'étranger, lui qui n'hésite pas à distribuer de l'argent à l'étranger - même à ceux qui ne lui ont rien demandé ! Cet homme doit vraiment être un cas intéressant à étudier sur le plan psychanalytique.

UN HOMME QUI N'A PAS DE PAROLE, C'EST-A-DIRE, QUI NE TIENT PAS SA PAROLE, AUSSI RICHE SOIT-IL, NE VAUT RIEN ! C'EST UN NAIN DE L'ESPRIT. Il se comprend facilement pourquoi il a assassiné la honte, jeté aux orties le peu de sens de l'honneur qui lui reste et crucifié la dignité. C'est la définition même d'un MONSTRE, un être sans compassion qui ne se dit pas : " Mon dieu, je suis père comme les Congolais qui voient leurs enfants souffrir à l'étranger ! Bon sang, je suis le président ! C'est moi qui les ai envoyés à l'étranger dans l'intérêt du pays ! C'est honteux et indigne de laisser mes compatriotes se faire tabasser par la police cubaine ! "  Denis Sassou Nguesso a perdu le sens des réalités, lui qui préfère mieux traiter ses vaches, ses moutons, ses poissons-chats et autruches que les citoyens congolais qu'il prétend représenter. On peut constater que Denis Sassou Nguesso ne connaît ni pitié, ni compassion. Et même question honneur, désormais, celui-ci se réduit à honorer sa famille, les morts comme les vivants. 

Le barbarosaure d'Oyo, le monstre de l'Alima, est un égocentrique. On peut être dictateur et aimer son pays en agissant en faveur de tout son peuple. Kadhafi le faisait si bien que les Libyens le regrettent aujourd'hui.

Il ne se passe pas un scandale financier dans le monde dans lequel la famille Sassou & Nguesso n'est pas citée. C'est que les membres de cette famille ont beaucoup pillé le Congo - au point d'avoir épuisé 14000 milliards de francs cfa ! IL FAUT VRAIMENT AVOIR UNE CUPIDITE NDZOKOUESTE POUR LE FAIRE ! Ils ont des palaces partout dans tous les pays du monde, des milliers de comptes bancaires. On voit enfants, petits-enfants exhiber des milliards pour narguer le peuple congolais - comme si le Congo n'appartenait plus à tous les Congolais mais juste à une seule famille. Et personne n'ose se rebeller, le pays étant divisé en deux camps hostiles nord-sud comme si au nord on ne souffrait pas, on ne mourait pas par manque de soins, comme les retraités nordistes étaient payés en douce.

Au nord-Soudan, le prix du pain a fait tomber Omar El Béchir, un dictateur, l'armée ayant pris ses responsabilités. Au Congo, les soldats, en majorité de l'ethnie-Etat, même si Sassou ne les payait pas, défendraient quand même le régime car ils se disent que c'est leur pouvoir. Le peuple congolais n'est qu'un troupeau divisé en plusieurs ethnies qui rêvent de voir l'un des leurs devenir le berger en chef. Il y a longtemps que le régime a dépassé toutes les lignes rouges - surtout avec la banqueroute des finances de l'Etat qui ne s'explique pas par la baisse du cours du baril mais par la cupidité et l'incompétence des proches de Denis Sassou Nguesso, tous enclins à s'enrichir qu'à servir le pays. Sassou continue pourtant à faire confiance aux mêmes, à encourager la médiocrité. Lui ne prend plus plaisir qu'à nourrir ses poissons-chats et ses crocodiles. On voit le peuple algérien manifester tous les vendredis, les Soudanais envahir les rues. Nous, les Congolais, nous supportons tout. C'est donc normal que le régime des crocodiles du PCT aille toujours plus loin : il a volé tout l'argent du pétrole pour nous laisser des dettes, il a cédé nos minerais, nos forêts à des étrangers. Voilà qu'il veut désormais prendre tout ce qui reste aux Congolais, à savoir, nos parcelles, la terre de nos ancêtres en inventant des taxes et et des impôts fonciers pour spolier les Congolais de leurs parcelles. Il faut accepter cela. Je me demande comment des fonctionnaires et des retraités qui ne sont plus payés vont faire pour payer des impôts et des taxes.

Nous estimons que l'Etat-ténia a suffisamment parasité le Congo en s'emparant du peu de ressources que nous laissent les multinationales étrangères. Nos enfants n'ont pas été envoyés à l'étranger pour souffrir et mourir de faim. Ils doivent recevoir leurs bourses.

 

Aux étudiants congolais à l'étranger, je vous demande d'envahir les ambassades du Congo au Maroc, au Sénégal, en Ukraine, à Cuba car ce sont des morceaux du Congo à l'étranger. Ne vous laissez pas faire : manifestez dans les rues pour que votre cause soit connue au niveau international. Si les grands médias étrangers médiatisaient votre cause, vous verrez, même le monstre insensible Sassou, le barbarosaure, sera obligé par ses pairs de résoudre vos problèmes ou de vous ramener à la maison, chez vous. il vaut mieux souffrir parmi les siens que dans une terre étrangère...

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 21:58
LES POPULATIONS DE DOLISIE DEMANDENT AU MAIRE DE CETTE VILLE DE SURSEOIR L'OPERATION RETOUR AU DOMAINE

Ceux qui me lisent savent que j'avais prédit les difficultés que connaîtrait le Congo, suite aux excès de ses élites politiques qui ont depuis longtemps dépassé le stade de la cupidité, en matière de gaspillage et de détournement de fonds publics. C'est peu de dire que notre pays connaît d'énormes difficultés financières - même si Denis Sassou Nguesso nie que le pays se trouve en banqueroute. Evidemment, le régime cherche par tous les moyens à faire entrer de l'argent dans les caisses de l'Etat. Il semble qu'à défaut de regarder du côté des pétrocfas, l'Etat regarde désormais du côté du peuple et veut frapper du côté du foncier - pour renflouer les caisses de l'Etat.

Après Pierre Mabiala qui a légiféré sur la mauvaise idée du premier ministre Clément Mouambe, voilà que le maire de Dolisie veut dresser une liste de parcelles de sa ville pour un retour au "domaine". Je nous épargne la publication du texte que j'ai reçu. Nous allons examiner les choses avec lucidité. De quel domaine s'agit-il puisque la terre a été acquise auprès des mfumus ntoto et non auprès de l'Etat ? En effet, au Congo, la terre n'appartient pas à l'Etat mais aux mfumus ntoto qui dans le respect des traditions - ne reprennent pas ce qu'ils ont vendu. Dans la mesure où le ministre Pierre Mabiala lui-même reconnaît la préséance des mfumus ntoto sur la propriété de la terre, de sorte que ces derniers vendent librement la terre à qui ils veulent, le sol et le sous-sol revenant aux acquéreurs des terrains, de quel droit, me disent les habitants de Dolisie, monsieur Ghislain Rodrigue Nguimbi-Makosso, maire de Dolisie, veut-il leur spolier leurs parcelles ? Existe-t-il un délai de lotissement dans notre pays ? NON. Les populations exigent que le droit de propriété soit respecté. S'il veut s'emparer des terrains non vendus, c'est une affaire entre lui et les mfumus ntoto qui sont pour nombreux Kugnis comme lui. Il lui est donc loisible de régler cette situation avec eux mais vouloir vendre les parcelles des personnes qui détiennent des titres fonciers est simplement incompréhensible dans notre pays.

Il est possible de renflouer les caisses de la mairie autrement. Nous n'allons pas lui dire comment faire ici car il est assis au bon endroit pour trouver comment renflouer de façon légale les caisses de la mairie de la ville de Dolisie. L'insalubrité des terrains n'est qu'un prétexte, disent les habitants de la ville de Dolisie. Un peu de verdure dans les parcelles ne fait de mal à personne. Au demeurant, il peut exiger un toilettage des terrains mais cela n'est pas obligatoire car aucun texte de loi ne l'exige. Le prétexte est trop gros.

Au moment où les étudiants congolais à l'étranger s'insurgent pour des bourses non payées à Cuba, au Sénégal, au Maroc, ce n'est certainement pas le moment de rajouter une couche. Si la mairie de Dolisie vend les parcelles des citoyens qui en sont les propriétaires légaux, c'est tout simplement une spoliation. Nous espérons que cette affaire n'ira pas jusqu'au bout. Il est parfois nécessaire de prendre du temps entre l'achat d'une parcelle et son lotissement. Le terrain laissé en friche avec quelques herbes ne dérange personne. Du reste, il existe de nombreux terrains inoccupés à vendre si des personnes veulent acheter des terrains : il leur suffit de s'adresser aux mfumus ntoto. Et à ce niveau, ce ne sont pas des terrains qui manquent.

Pour ma part, j'ai suggéré qu'au lieu de s'en prendre aux pauvres citoyens qui n'ont parfois que leur terrain ou leur parcelle pour seule richesse, que l'Etat prélève 10% de l'argent de la vente de chaque parcelle auprès des mfumus ntoto afin de renflouer les caisses. Les mfumus ntoto n'ont rien investi car ils se proclament juste propriétaires fonciers au nom de la tradition ou au nom de la primo-occupation. Que l'Etat prélève 10 ou 15% dans la vente d'une parcelle me paraît judicieux - surtout si cet argent permet d'améliorer les conditions de vie des populations locales.

Aussi, nous demandons au maire de Dolisie de surseoir son opération "RETOUR AU DOMAINE" car cela voudrait dire qu'il les restitue aux mfumus ntoto qui n'ont rien demandé. Le bon sens voudrait qu'il lance un appel aux populations pour qu'elles nettoient leurs terrains inhabités. Ceux-ci prendront le temps pour ceux qui sont sur place à Dolisie de désherber leurs parcelles : il lui suffit d'utiliser les médias nationaux.

Les rumeurs qui circulent disent que le maire de Dolisie se sentant protégé par Denis Christel Sassou Nguesso se croit tout permis. Pour notre part, nous n'y voyons pas de lien immédiat quant à l'initiative qu'il veut prendre pour se donner les moyens, en tout cas nous l'espérons, d'aménager sa ville. Force est de comprendre que si l'Etat n'a pas d'argent pour répondre à ses charges, les mairies ne peuvent qu'avoir des problèmes d'argent. La ville de Dolisie possède de nombreux atouts pour renflouer les caisses de la mairie. La ville s'agrandit, notamment grâce au tronçon de la route nationale Pointe-Noire - Brazzaville qui met la ville verte à quelques heures de Pointe-Noire en voiture.

Cela ne sert à rien de rajouter de la souffrance à la souffrance, d'autant que le rôle d'un maire est de résoudre les problèmes du quotidien des citoyens au lieu de les provoquer. Nous en appelons dons à la sagesse du maire de Dolisie. Que reste-t-il à nos compatriotes dans leur extrême souffrance ? La terre de leurs ancêtres. De grâce, ne faites pas de nos compatriotes des étrangers et des parias dans leur propre pays...

Les parcelles achetées par les citoyens sont immatriculées au cadastre. Elles sont donc propriétés privées et il serait regrettable que dans un Etat qui se prétend de droit qu'on spolie nos concitoyens sous un prétexte fallacieux. Il vaut mieux utiliser de façon plus intelligente l'argent qui va servir à recenser les parcelles en friche et ce ne sont pas les utilisations qui manquent.

Il semble que la seule occasion où l'Etat dépossède les citoyens de leurs terrains, c'est en cas de projet d'utilité publique. Et même dans ce cas, il est prévu de les dédommager. Ce que l'Etat ne fait pas toujours. Si la mairie à son tour se dote d'un droit de préemption illégale sous un prétexte fallacieux, nous pouvons dire sans risquer de nous tromper que le peu de droit qui nous restait et que l'on croyait intangible a complètement disparu dans notre pays. Si le Congo perd les 5% de respect de la loi qui lui restait, on peut dire sans embages que LA REPUBLIQUE DU CONGO N'EST PLUS UN ETAT DE DROIT, déjà que nombre de Congolais doutent que le Congo ait jamais été un Etat de droit.

Au nord-Soudan, le prix du pain vient d'avoir raison d'Omar El Béchir renversé par l'armée. Certes, le contexte congolais est différent. Cependant, il ne faut pas chercher à réveiller un peuple à qui il ne reste que sa terre, une terre qu'il dispute déjà à des étrangers qui achètent des pans entiers de nos forêts et de nos villes. Evitez d'insuffler du courage à un peuple moribond car celui qui a tout perdu est capable de tout. L'histoire des révoltes n'a besoin que de petites étincelles pour s'écrire. Il y a une limite à tout. Même à la peur.

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 16:27

Les étudiants congolais tant de l'intérieur que de l'extérieur ne perçoivent plus leurs bourses, une modique somme indispensable au bon déroulement de leur cursus universitaire. La bourse a pour objectif de leur permettre de se concentrer sur l'essentiel, en dépit des difficultés liées à son faible montant : leurs études. Le cas des étudiants congolais à l'étranger est encore plus à plaindre car ils sont loin de leurs familles et de leurs amis pour survivre en s'appuyant sur eux : à l'étranger, sans bourse d'étude, sans parents fortunés pour vous venir en aide, la situation est très compliquée, d'autant que les étudiants étrangers ne possèdent pas le droit de travailler, leur statut ne le leur permettant pas dans des pays comme la Russie.

Le message des étudiants congolais en médecine à Cuba aux membres du gouvernement du dictateur Denis Sassou Nguesso est très explicite dans un langage très châtié : " vous êtes des menteurs. " C'est un mensonge d'Etat d'expédier des jeunes congolais pour étudier la médecine en leur promettant une bourse d'études avant de les abandonner à leur sort - comme s'ils étaient apatrides. La crise n'est pas une raison car l'argent du pays continue à être jeté par les fenêtres dans des projets inutiles et sans intérêts, tous consacrés à la gloire d'un seul homme : Denis Sassou Nguesso. La preuve que l'argent existe, c'est le fait que les étudiants congolais au Sénégal aient perçu un mois de bourse pour éviter de perturber la cérémonie de prestation de serment du président Macky Sall.
C'est indigne d'un État d'envoyer des étudiants à l'étranger pour apprendre à sauver des vies avant de les laisser mourir de faim dans un pays étranger comme Cuba. Cela prouve une chose : le monstre de l'Alima et son gouvernement se foutent des vies des Congolais. En effet, si la vie de nos concitoyens importait à leurs yeux, les membres du régime feraient en sorte que les étudiants quels qu'ils soient, notamment ceux en médecine perçoivent leurs bourses.

Le montant des bourses a été imputé dans le budget congolais et alloué aux étudiants pour la durée de leur cursus universitaire. L'argent est donc détourné par des gens sans scrupules, notamment par le ministre dédié et par les ambassades.

Quand il s'agit de construire une église pour des prêtres pédophiles à Oyo, Denis Sassou Nguesso trouve les milliards de francs cfa nécessaires à un tel projet non essentiel à notre pays - sans négliger l'importance de la curie romaine qui à notre avis n'est pas plus indispensable que de bons médecins. Que vaut l'hôpital sans médecins ? Rien du tout - même si la qualité de notre système de santé laisse à désirer.

Que Sassou Nguesso se rappelle que sa fille chérie était médecin. Si elle était en vie, elle reprocherait à son père d'être devenu un monstre insensible qui laisse mourir son peuple. À quoi cela sert-il de construire un bel hôpital Lucie Bongo Ondimba si on ne forme pas les médecins qui doivent y travailler ? Sassou déshonore sa fille bien-aimée en laissant ses ministres détourner l'argent qui aurait permis aux étudiants congolais en médecine de terminer leur cursus. Si Edith Lucie Bongo Ondimba était en vie, elle reprocherait à son père d'avoir laisser assassiner le CHTue de Brazzaville.

UN CHEF D'ÉTAT, MÊME GANGSTER D'ÉTAT, SANS HONNEUR ET DIGNITÉ, N'EST PAS UN HOMME D'ÉTAT MAIS UN MERCENAIRE D'ÉTAT, UN CRIMINEL DE DROIT COMMUN À L'ÉGARD DE SON PROPRE PEUPLE QUAND IL L'EXPOSE A LA MORT, AU DESHONNEUR ET A L'INDIGNITE.

Si Edith Lucie Bongo, en tant que médecin devait choisir entre se faire construire une église et payer les étudiants en médecine à Cuba, le choix de la première dame du Gabon tant honorée au Congo, serait clair comme de l'eau de roche.

NE NKOSSI ZA MAKANDA

Partager cet article
Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 17:55
POUR COMPRENDRE LES DONS DE DENIS SASSOU NGUESSO EN DIRECTION DE L'EGLISE CATHOLIQUE

Depuis la construction d'une église à l'honneur de sa défunte fille, un ami m'a demandé d'écrire un article aidant à comprendre l'attitude de Denis Sassou alias Nguesso à l'égard de l'église dite catholique mais qui n'a rien d'universel. Pour comprendre cet homme, il faut cerner ses valeurs : mégalomanie avec désir intense de posséder tous les pouvoirs, d'être premier en tout - même en nombre d'enfants, idolâtrie des membres de sa famille d'où le culte des morts - avec un cimetière familial entretenu aux frais de l'Etat à Kona-Kona, à noter l'idolâtrie exagérée de sa défunte fille Edith Lucie Bongo Ondimba érigée au rang de déesse, une reine que le Gabon n'honore pas par ailleurs - alors qu'elle a été la première dame de ce pays, soif de gloire et d'honneur à l'infini, orgueil immense et surtout esprit de vengeance à l'encontre de ceux qu'il déteste dont les Bakongo occupent la première place.

C'est étonnant que feue Edith Lucie Bongo Ondimba née Sassou Nguesso - possède des statues, un hôpital à son nom et même une église au Congo - où elle n'a pas fait grand' chose pour le peuple - même si c'était une femme au grand cœur. Par contre, elle était une sorte de conseillère occulte de son père qu'elle a même aidé à reconquérir le pouvoir en utilisant la fortune de son époux, feu le président Omar Bongo Ondimba.

Ce n'est pas une si mauvaise chose qu'on construire une basilique ou des églises catholiques au nord du pays. Le problème est que les nordistes, surtout nos compatriotes mbochis, ne prient pas beaucoup préférant l'onganga et les nkissis au dieu crucifié. La cloche Edith Lucie Bongo Ondimba pourra sonner pendant des heures que peu viendront s'asseoir sur les bancs de la nouvelle église. La question est : pourquoi donc Sassou construit ces bâtiments - alors qu'avec ces milliards de francs cfa on peut construire des écoles ou améliorer les conditions de vie des populations ? L'église catholique pédéraste, pédophile et satanique mérite-t-elle de tels égards - alors que le Vatican est riche ?

Pour comprendre pourquoi Sassou flatte l'église en rendant honneur au passage à sa princesse de fille Edith Lucie Bongo Ondimba, il faut regarder du côté de ses valeurs. Nous l'avons déjà dit : Sassou veut le dernier pouvoir qui lui manque : contrôler l'église catholique au travers d'un cardinal mbochi qu'il ne parvient pas à obtenir - en dépit de toutes les demandes qu'il fait auprès du "saint" siège. C'est que le Vatican a juré de ne pas doter le Congo d'un cardinal tant que Denis Sassou Nguesso vivra. Pourquoi ? Parce qu'il le tuera comme il a tué le cardinal Emile Biayenda. Depuis la mort de ce dernier, il n'y a plus jamais eu de cardinal au Congo - alors que la RDC en possède un.

Denis Sassou Nguesso, le grand ndzokou de l'Alima, adore les honneurs et la gloire. En construisant basilique et églises, il sait que l'église catholique lui rendra les honneurs - même si elle rechigne à lui nommer un cardinal mbochi. La gloire et l'honneur, c'est déjà beaucoup car c'est la première nourriture de l'âme noire du monstre de l'Alima.

C'est Edith qui lui aurait conseillé de faire d'Oyo une ville avec tout le confort urbain nécessaire. Comment on le sait ? Tsaty Mabiala,assistant aux obsèques d'Edith Lucie Bongo Ondimba, nous l'a révélé. Sassou aurait dit, en public, en pleurant sa fille : " Mama, nionso oyo olobaki na sala, na ko sala ango ". Il travaille donc à tenir cette promesse... Oyo a désormais un port qui ne sert à rien. Ollombo possède un aéroport ou l'on s'ennuie grave. Denis Sassou Nguesso est le seul homme d'affaires du coin. Il est heureux de présenter ses vaches, son fromage, sa bière ndzokou, ses étangs et ses autruches à Dominique Strauss-Khan, ainsi que son abattoir neuf pour lui permettre de traiter convenablement sa viande. Il a même réussi à fournier l'électricité à Oyo avec le barrage d'Imboulou. Pendant que le pays souffre, Sassou gaspille l'argent du pays dans des ouvrages ne visant que sa gloire personnelle ou celle de ses morts. Il ne se préoccupe nullement des Congolais dont le sort ne le concerne pas. Sassou est le premier prédateur du pays qui ruine son avenir. Il veut le pouvoir de l'église catholique pour donner un coup final à sa domination totale des Bakongo - qui sont très croyants. Sassou continuera à flatter l'église babyolonienne romaine jusqu'à obtenir son cardinal mbochi. Hélas, les voies du Seigneur des cardinaux sont impénétrables...

 

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

POUR COMPRENDRE LES DONS DE DENIS SASSOU NGUESSO EN DIRECTION DE L'EGLISE CATHOLIQUE
Partager cet article
Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 16:41

Une photo du président Lissouba Pascal LE GRAND circule dans les réseaux sociaux qui ne respecte pas le droit de la protection de l'image, une photo certainement volée car prise à l'improviste, le professeur Lissouba ayant été photographiée dans une position inconfortable qui donne de lui l'mage d'un impotent, d'un homme fatigué proche de la mort, juste habillé en polo. Celui qui a fait fuiter cette photo a voulu casser le moral des Lissoubistes, des vrais militants de l'UPADS restés fidèles à ce grand homme. Ceux qui l'ont vue savent que si celui qui l'a prise a choisi son plus mauvais profil pour discréditer l'homme de quatre-vingt-huit ans.

L'image parle. L'image véhicule un message. Lorsqu'on vous présente une photo d'Egyptiens blancs, on veut vous dire que les Kemetiou étaient blancs et non noirs. L'image d'Hollywood suffit à le dire au monde entier sans prononcer une seule phrase. Le message est ici un détournement de l'histoire qui fait croire que ce sont les Occidentaux qui ont créé la société égyptienne - alors que les historiens et les Egyptiens eux-mêmes sont unanimes : l'Egypte est une création d'Ethiopiens conduits par Osiris de son vrai nom Ausar. Dans le cas de la photo du professeur Lissouba, l'image dégage la volonté de ne plus compter sur un homme très mal en point sur lequel on ne saurait plus compter. On oublie que les idées du professeur Lissouba sont toujours vivantes dans les coeurs et dans les esprits des militants de l'UPADS et de ceux qui reconnaissent la grandeur morale et politique de l'homme.

Celui qui jette une photo comme un pavé dans les réseaux sociaux ne le fait pas innocemment. Il a une idée derrière la tête : montrer à la base de l'UPADS un homme de 88 ans dans une posture de fin de vie comme pour dire : "Ne comptez plus sur Lissouba mais comptez sur moi...". Un seul homme est capable d'une telle infamie. Cet homme a déjà eu des propos très désobligeants sur la santé du professeur Lissouba Pascal LE GRAND. Il s'agit du tout petit rat palmiste de Loudima, un nuisible qui squatte illégalement  le sommet du parti aux trois palmiers, j'ai nommé Tsaty Mabiala, Pascal le Petit. C'est le petit Pascal qui n'arrive pas à éclipser LE GRAND PASCAL. Il souhaite certainement sa mort pour ne plus avoir à pâlir de son ombre gigantesque. C'est donc lui qui a intérêt à balancer une telle image qui viole la vie privée d'un homme qui a créé le parti qui l'enrichit, lui l'opposant fonctionnaire d'Etat qui salit l'image d'un homme de 88 ans dont le petit rat palmiste n'arrive même pas à la cheville.

Le professeur Lissouba PASCAL LE GRAND a reçu la visite de Tsaty Mabiala. Avec les téléphones modernes, il est facile de prendre une photo du président Lissouba dans une position inconfortable. Le rat palmiste de Loudima avait toute la latitude pour le faire. C'est un viol de l'image d'un aussi grand personnage - juste pour démoraliser ceux qui croient en cet homme. Tsaty Mabiala ne doit pas se réjouir très vite car nous ne sommes pas tombés dans le panneau : LES IDEES ET LES IDEAUX DE LISSOUBA PASCAL LE GRAND SONT SI ELEVES QU'IL NE POURRA PAS ALLER AU DELA DE 4% DES MARCHES QUI CONDUISENT A LA GLOIRE POLITIQUE SUPREME. LE GRAND PASCAL RESTERA LE MODELE POLITIQUE ET LE PETIT PASCAL UNE ERREUR POLITIQUE.

Nous avons appris que le PCTue ferait une enquête sur Tsaty Mabiala car il ne serait pas satisfait du travail qu'il fournit en qualité de taupe à la tête de l'UPADS. Qu'il laisse Lissouba tranquille et qu'il s'occupe de satisfaire son maître le grand ndzokou.

Les méthodes malodorantes de cet homme nous conduisent à nous battre pour récupérer l'héritage politique que nous a légué le professeur LE GRAND PASCAL LISSOUBA. Tsaty Mabiala veut assassiner l'UPADS. Cependant, il lui faut d'abord assassiner politiquement son fondateur. Un petit prénom ne peut pas faire le poids devant un grand prénom. Le charisme, l'aura, les idées, les idéaux du GRAND PASCAL LISSOUBA RESTENT VIVANTS. Le rat palmiste aux dents pointues doit le savoir.

Le petit Pascal n'est même pas une pâle copie du GRAND PASCAL derrière lequel il se cache pour grappiller ses noix de palme. Ce n'est qu'un opportuniste qui s'accroche à l'orteil d'un géant pour se faire une place politique. Qu'il se rassure : les éléphants finissent toujours par se lasser des taupes avant de les écraser. Pascal le petit sait qu'il doit rester accroché au sommet des trois palmiers ; c'est pour cela qu'il n'organisera pas un Congrès de l'UPADS : Le petit Pascal ne va pas organiser son propre suicide politique. Qu'il sache que la trompe de l'éléphant est assez longue pour le faire descendre de son piédestal.  Feu le président Marien Ngouabi avait raison de dire : " Quand vous prenez un tout petit et que vous le juchez très haut, il devient très dangereux... "

 

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 17:04

Ce mois, je me suis consacré à la rédaction de mes prochains livres : j'ai des vieux manuscrits à corriger et à mettre en forme. Je suis plus actif sur les réseaux sociaux.

Pendant que le Rwanda s'apprête à lancer un satellite de communication et que ses enfants fabriquent des robots, Denis  Sassou Nguesso ne se consacre qu'à la conservation du pouvoir - pourtant entre les mains de l'ethnie-Etat, alors même que personne ne menace le pouvoir. Denis Sassou Nguesso, au lieu de se contenter de gérer sa banque centrale d'Oyo, veut spolier les parcelles des pauvres retraités qui ne pourront pas payer l'impôt foncier ou la taxe d'habitation. C'est le seul projet qui pourrait rapporter de l'argent au régime qui cherche à rassembler les fonds de la prochaine campagne présidentielle de Denis Sassou Nguesso dont la famille est invitée à se cotiser afin d'avoir de quoi célébrer de façon pompeuse les dix ans de la mort de feu madame Edith Lucie Bongo Ondimba, une femme qui je le reconnai,s avait un bon coeur. Si la famille la plus riche du Congo doit se cotiser pour célébrer une fête de famille, il y a de quoi se poser des questions.

Le régime des barbarosaures nous distrait avec le procès d'André Okombi Salissa, une farce qui est une véritable honte pour notre pays - tellement la volonté du prince de condamner un homme innocent est manifeste. Okombi a décidé de se défendre - au lieu d'adopter la politique du silence du Général Jean Marie Michel Mokoko dont le procès en appel aura lieu en mars. On se demande : pourquoi ne s'être pas défendu au lieu de garder le silence ? Nous souhaitons néanmoins bonne chance à ses avocats.

L'honorable André Okombi Salissa a repris l'argument que nous avons émis sur les armes qui sont toutes tracées avec un numéro unique. On peut savoir d'où elles viennent et le régime le sait. Dans l'affaire Okombi, il faut absolument interroger monsieur Ossiébi, l'occupant de la parcelle, aujourd'hui disparu : les armes n'ont pu être déposées chez lui qu'avec sa complicité. Il y a donc vice de procédure dans cette affaire car le principal occupant de la parcelle n'est pas là, madame Okombi se trouvant à Paris et André Okombi Salissa n'y résidant pas. C'est donc un procès farfelu qui oblige le système par un de ses agents d'injustice de prétendre détenir la preuve qui clouerait le bec à André Okombi Salissa, un élément qui ne se trouve pas dans le dossier. On nous distrait au lieu de chercher à résoudre les VRAIS problèmes du pays.

Quel gâchis ! On a détourné 14000 milliards de francs cfa qui auraient permis de doter le pays d'écoles d'ingénieurs, d'architecture, de ponts et chaussées, d'universités dédiées à l'informatique, l'électronique et la robotique, préparant ainsi l'industrialisation du pays totalement livré aux étrangers qui le saccagent et le polluent avec la complicité des membres du système qui sont actionnaires de ces sociétés étrangères - parfois créées par des Congolais qui restent dans l'ombre. La pollution des rivières de Kellé et la destruction de ses forêts par une société chinoise a ému les Congolais. Pour coaguler l'or, on utilise du mercure et de l'arsenic qui tuent tous les êtres vivants dans les cours d'eau. Les habitants de Kellé font bien de se soulever mais tant que les engins restent en bon état, les activités de la société chinoise se poursuivront. Les yeux bridés chinois ont pollué leur pays ; ce n'est pas au Congo qu'ils auront des scrupules.

Nous sommes à peine 4 millions d'habitants. Avec toutes les sommes amassées pendant plus de vingt ans, il y avait de quoi loger tous les Congolais. Or, en dépit de notre pétrole, de nos minerais, de notre bois et de nos fleuves, lacs et rivières, nous manquons de tout : pas d'eau, pas d'électricité, pas d'hôpitaux, pensions et salaires non payés, université dont le personnel est en grève. Voilà qu'ils ont même réussi à détourner 14000 milliards de francs cfa au point où nous n'avons presque plus de liquidités à la BEAC, alors que le Congo prêtait (en fait donnait) de l'argent à qui lui en demandait ! Notre économie est totalement entre les mains d'étrangers. Nous signalons que si le Nigeria est la première économie africaine, c'est parce qu'il fait la part belle aux Nigerians dans le domaine des affaires. Il faut trouver le moyen de retenir l'argent dans le pays ; ce que le Ghana et le Nigeria font si bien. Même le Sénégal a un tramway ! Avec la découverte du pétrole offshore, il va avoir plus de moyens pour progresser vers une situation plus "émergente".

Où est passé l'argent du Congo ? Où sont passés les 14000 milliards des générations futures ? On dit qu'ils se trouveraient à Oyo - enfin, juste 60%, d'où la nécessité d'une banque dans une bourgade où la pêche est l'activité principale. Oyo a l'air d'un petit Yamoussoukro : plus grand hôtel du Congo qui tourne à perte, le plus grand hôpital pour une population de trois mille personnes, même pas, un port, un aéroport international dans lequel le personnel s'ennuie, une zone économique spécial, un abattoir, etc. Ce n'est pas une si mauvaise idée de développer Oyo mais si cela n'est dû qu'au fait que c'est le village présidentiel transformé en ville, le destin d'Oyo risque d'être semblable à celui de Gwadolite. Oyo a plus de maisons vides que d'habitants d'après certaines rumeurs, bien sûr, exagérées.

Il faut absolument qu'on se penche sur le cas de notre pays avant que les Chinois sous le prétexte de la dette ne fassent de nos compatriotes des étrangers dans leur propre pays. Ils pillent déjà notre littoral, massacrent nos forêts, polluent nos rivières, s'emparent de notre or, achètent les hectares de nos forêts, coupent notre bois précieux. Demain, il ne leur restera que de s'installer à notre place dans nos cités - ce que Denis Sassou Nguesso prépare sans doute derrière son impôt foncier. En attendant, la gendarmerie et la population se font la guerre à Kellé où Yves Kallas Oyalessa, commandant de brigade, a été abattu par les paysans après la mort par torture d'un enfant de douze ans - ce qui se généralisera si Pierre Mabiala fait du zèle.

Pour le régime, tout va bien ; ses membres vivent bien, continuent à détourner le denier public et à acheter des biens immobiliers à l'étranger. L'ethnie-Etat compte sur le FMI pour se faire de l'argent facile et gagner encore quelques années de pouvoir tranquilles. L'argent du FMI ne servira même pas à résoudre les problèmes des Congolais : il servira à rembourser les Chinois et à enrichir les membres du clan. Madame Lagarde prêtera des milliards de dollars au Congo à ses risques et périls. Si le Congo ne parvient pas à payer ses dettes, à régulariser salaires et pensions, ce n'est pas le FMI qui sera vite remboursé. Denis Sassou Nguesso et son régime ne sont pas dignes de confiance.  Ce qu'il faut que le FMI exige, c'est une opération d'envergure où tous les Congolais poseront sur la table TOUS les problèmes du pays. Il faut sauver ce qui peut l'être encore pendant qu'il est encore temps. On peut comprendre que ceux qui démolissent le pays et qui nous laissent des dettes en détournant le denier public ne veulent rien voir car pour eux, tout va bien. C'est le peuple congolais qui souffre par la faute du régime des crocodiles du PCTue. Il faut qu'on leur prouve que le Congo est malade. Et pour cela, il leur faut une opération de la vue qui s'appelle une confrontation politique.

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB, MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
1 février 2019 5 01 /02 /février /2019 21:30
CONGO/FONCIER : LA TAXE FONCIERE ET L'IMPOT FONCIER SONT ILLEGAUX

C'est une idée qui avait déjà été émise par Clément Mouambe, virtuel premier sinistre du Congo alias Ya Ku Vuandila Pongui na kiti. La voilà reprise par Pierre Mabiala revenu aux affaires foncières du royaume. Ce personnage haut en couleurs vient de mettre en place un impôt titre foncier et un impôt taxe foncière variables selon la ville, le district, le quartier,  etc, et l'emplacement préférentiel de la parcelle dans son environnement urbain ou non. Les prix de la taxe foncière vont de 10000 francs cfa à 200 francs cfa dans les villages. Quant au titre foncier, selon le lieu, ville ou district, emplacement préférentiel au centre ville ou pas, il varie entre 500000 francs cfa et 10000 francs cfa dans les villages. Et on ose nous dire que ces droits fonciers exceptionnels - entrent dans le cadre de la politique sociale (sic) du gouvernement. L'argent sera " récolté " de 2019 à 2021. On pourra ensuite financer la campagne présidentielle de Denis Sassou Nguesso.

 

Il est à noter que ces impôts ne tiennent pas compte de la superficie des terrains. Pourquoi ? Parce que ce sont les voleurs de l'ethnie-Etat et leurs valets de toutes les ethnies qui ont des parcelles qui font des hectares. Déjà qu'il est peu certain qu'ils soient concernés par cet impôt et cette taxe qu'ils ne paieront pas. Il est impensable qu'à Oyo on paye un centime pour ça. Les nkanis ne le permettront pas...

 

Nous estimons que ces impôts sont illégaux et nous allons le démontrer. Pierre Mabiala lui-même a signalé que les mfumu ntoto sont redevenus propriétaires des terres du Congo au bénéfice de la Conférence Nationale Souveraine du début des années 90. La terre n'est donc pas à l'Etat mais aux seuls mfumu ntoto qui vendent des terrains même aux membres de l'ethnie-Etat. A partir du moment où les mfumu ntoto ou propriétaires fonciers vendent le droit de propriété et le cèdent avec le pouvoir foncier à l'acheteur, le sol et le sous-sol d'un terrain ou d'une parcelle appartiennent au propriétaire qui n'a plus aucun droit à payer. En France, par exemple, bien que l'on achète un terrain pour y construire sa maison, la terre reste propriété de l'Etat. On donc obligation à lui payer une taxe foncière ; ce qui ne se justifie pas au Congo où la terre n'appartient pas à l'Etat mais aux mfumu ntoto. La seule chose que l'Etat peut faire, c'est de taxer la vente des terrains par les mfumu ntoto en y percevant 10% des sommes, cela rapportera plus d'argent. Les mfumu ntoto n'ont rien investi sur les terrains qu'ils se sont appropriés en se proclamant seuls possesseurs de la terre. Ils doivent être imposés ou taxés. Or, je constate que Pierre Mabiala les a oubliés pour s'acharner sur les populations.

Nous signalons que les retraités ne sont pas payés depuis près de deux ans.  Où vont-ils trouver l'argent pour payer ces impôts illégaux ? Dans la mesure où la terre dans notre pays n'appartient pas à l'Etat, les impôts et taxes inventés par Pierre Mabiala sous le brillant conseil de Clément Mouambe sont illégaux.

Nous demandons aux Congolais de ne rien payer. DE TOUTE FACON, IL LEUR REVIENT DE SE RENDRE AU GUICHET UNIQUE. IL SUFFIT DE NE PAS Y ALLER. Les seuls qui doivent payer quelque chose sont les mfumu ntoto qui amassent gracieusement des millions voire des milliards en vendant la terre de nos ancêtres à tous même à l'Etat. Eux doivent payer. Or, ils ont été épargnés. Pourquoi ? Pierre Mabiala doit s'expliquer. Certes, ils sont concernés à titre individuel mais pas au titre de mfumu ntoto. Certains terrains sont pourtant vendus à des prix exorbitants. Cette escroquerie d'Etat ne passera pas.

Et on se demande : SI LES POPULATIONS DU PAYS NE PAYENT PAS CES IMPOTS-ARNAQUE-ESCROQUERIE, QUE VA FAIRE L’IMPÉTUEUX PIERRE MABIALA ? Va-t-il enfermer les paysans ? Va-t-il leur voler leurs parcelles pour 10000 ou 200 francs cfa ? Evidemment, non. Des familles qui vivent tranquillement depuis des générations à Kakamouéka, à Tchitondi, à Mouyondzi, à Manganzi, à Ollombo, à Oyo, à Owando, à Makoua, à Kéllé, à Ewo, à Mayama, va-t-il les chasser de leurs propres maisons ? Aura-t-il le courage de chasser ses parents bakugnis de Makabana ? Pourra-t-il même oser aller réclamer ces impôts ridicules à Oyo ? Si Pierre Mabiala veut contribuer à résoudre la crise financière du Congo, il n'a qu'à demander à Denis Sassou Nguesso et aux autres membres de l'ethnie-Etat de ramener les 14000 milliards de francs cfa dans les caisses de l'Etat. Attendez, ils ont tout volé dans les caisses du Trésor Public et veulent à présent escroquer les populations ? Je vous parie qu'on s'acharnera plus sur les Sudistes que sur les Nordistes, déjà que la majorité de la population du pays vit au sud. Ethnocratie oblige. Cette arnaque de mauvais goût, arnaque d'Etat ne fera pas long feu. C'est une audace de trop, me semble-t-il.

 

NE NKOSSI ZA MAKANDA,

LION DE MAKANDA,

MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 23:21

 

Je fais des recherches pour mon prochain livre. Ce qui m'a amené à considérer ce qui nous caractérise en tant qu'êtres vivants distincts des autres - ce qui fait qu'on nous déteste, nous tue, nous sous-estime, nous exploite, ce qui a même conduit à notre servitude... Ce qui fait qu'on nous qualifie de "noirs", "nègres", "négros", c'est l'abondance de mélanine dans notre corps, notamment sur notre peau. Qu'est donc la mélanine ? La mélanine est une substance moléculaire que l'on trouve même dans le cerveau humain dont le rôle et l'importance commencent à être connus. C'est la substance qui nous distingue des autres êtres humains par la pigmentation de notre peau. Lisez donc ce qu'en dit Fabre Trocme qui cite Frank Barr à la fin de l'article. Si vous lisez bien, vous allez tout comprendre.
 
Ce texte ne doit pas être pris juste sur le plan biologique ou physiologique mais aussi sur le plan ésotérique et spirituel car tout y est dans ce petit extrait comme le fait que la mélanine se crée seule (auto-synthèse) et s'auto-organise sans le concours de l'ADN. Sur le plan spirituel, cette molécule transforme l'énergie électromagnétique de la lumière solaire - le soleil étant sur le plan physique l'image visible du Créateur invisible - en vibrations sonores ET vice-versa, c'est-à-dire, que la mélanine permet aux vibrations sonores de se transformer en énergie électromagnétique - ce qui renvoie à la "parole divine".
Pour Frank Barr, la mélanine, c'est même la molécule clé à la base DES systèmes vivants. L'auteur va jusqu'à parler de CONSCIENCE ET D'ETAT DE CONSCIENCE qui dépendent de la mélanine ! Nous avons une plus grande perception du divin que les autres êtres humains car nous avons par la mélanine la possibilité de nous élever à des états de conscience supérieurs. C'est ce qui caractérise le KIMUNTU que les batantu détruisent en nous pour couper notre relation particulière au Créateur. C'est déplorable que les étrangers aient réussi à introduire des fausses religions sur la terre sacrée de KAMA - pour nous éloigner de la véritable LUMIERE SPIRITUELLE...
 
Vous comprenez pourquoi je parle de nous comme "FILS DE LA LUMIÈRE" ou BANA BA NTEMO. Ils savent qui nous sommes. Hitler parlant des Etats-Unis disait en évoquant les Noirs : " Ils détiennent les bijoux de Dieu " . LES BIJOUX DE DIEU SONT LES ENFANTS DE LA TERRE DE KAMA DÉPORTÉS AUX ETATS-UNIS PAR LES FILS DES TÉNÈBRES... Or, Hitler était un très grand mystique féru de sciences occultes. Il n'avait pas dit cela par hasard. Il connaissait la véritable nature des BANA BA NTEMO. La haine qu'on nous voue n'est pas le fruit du hasard. Nous sommes sur cette terre - ce qui a le plus d'importance aux yeux du Créateur. Lisez Amos 9 : 7 et vous comprendrez ce que je dis. Pour ceux qui ne lisent pas l'hébreu, dans le verset en langue originale, les Hébreux, en importance auprès de Dieu, sont comparés aux Cushim, descendants de Cush qui occupent la première place dans le coeur divin, c'est-à-dire, aux Noirs d'Afrique.
 
Vous n'avez donc pas à avoir honte de votre couleur noire mais au contraire, vous devez vous réjouir car vous êtes "LE PEUPLE DU DIEU VERITABLE" pour lequel toutes les VRAIES prophéties prennent sens. Nous sommes le commencement de l'humanité. Nous serons toujours présents sur cette terre qui a été créée pour nous jusqu'à la fin des temps...
 
Ils le savent, eux qui commercialisent la mélanine - puisque ce texte vient de leur science. Nombreux sont les Afro-Américains qui disparaissent chaque année aux Etats-Unis. Vous pouvez y réfléchir pour savoir pourquoi.
 
Ce petit texte ci dessous, si vous en tirez bien les conclusions, indique aussi que nous sommes le peuple primordial de la terre, pour ne pas dire la race primordiale. Nous incarnons l'Homme dans sa complétude. On va de l'absorption à de la totalité de la lumière physique et spirituelle à l'absence d'absorption. Sur le plan du spectre de la lumière, on va du noir au blanc, le noir étant tout le spectre, le blanc l'absence de lumière dans un spectre...
 
 
 
NE NKOSSI ZA MAKANDA,
LION DE MAKANDA,
MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

DE L'IMPORTANCE DE L'HOMME DIT NOIR
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg